Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 05:00

http://images.commeaucinema.com/news/208_140077.jpg

 

http://img696.imageshack.us/img696/9706/downloadwot.jpg

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img682.imageshack.us/img682/3810/dsc00721320x200.jpg Le mot qui me vient à la bouche c’est jouissif, c’est un film qui fait du bien. C’est rare, non ?

Bien sûr il y a des outrances, bien sûr ce n’est pas un chef d’œuvre, mais un dimanche d’hiver où, même à Dinard, tout était gris autour de nous, j’ai profité d'heure quarante quatre de bonheur. Et je voulais vous le dire.

Je pense que l’idée du film est dans le nom du réalisateur, qui a dû être si heureux de ne pas s’appeler Edouard, jusqu’au jour où le fils Michel est devenu plus célèbre que son père. Comme le dit la chanson, c’est bien qu’il y ait un avantage à s’appeler Ducon.

Ce film ne se raconte pas, le résumé que vous trouverez partout suffit. Chacun aimera ce film pour des raisons différentes. J’en connais  qui s’arrêteront à la scène du métro !

Ma scène  préférée : le résultat des élections de 2002 (la défaite de Jospin, certains s’en souviennent encore !) dans la famille Martin ;

J’ai beaucoup ri, je n’étais pas la seule, avec la famille Martin à la pointe du modernisme, ils ont toujours su choisir les inventions à durée de vie limitée. Que de souvenirs !

J’ai adoré la mère militante de toujours, chez les Benmahmoud , on la connaît si ce n'est pas elle c'est sa soeur !

C’est un film tendre et les petits moments d’émotion lui donnent du charme. Ce n’est pas la vraie vie, cela n’en est pas si loin C’est du cinéma, et pour moi du bon cinéma.

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 11:44

http://www.lexpress.fr/imgs/16/105.jpg

 

http://img41.imageshack.us/img41/7797/3173568178.jpg Cap malo complexe de 12 salles à côté de RennesP1010341 [R+®solution de l'+®cran]

 

 

Nous étions bien trois,le troisième prenait la photo, j'espère que ce film a connu plus de succès ailleurs , il le mérite!!

 



 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Un film à aller voir avec des amis chaleureux

 

Pourquoi ?

C’est un très bon film mais très dur. On connaît cette réalité (l'émigration clandestine) , mais,  il arrive qu’on n’ait ni le courage ni la force de le voir au cinéma.

C’est dommage pour ce film qui est aussi un grand moment de cinéma.

Visiblement, il fait un peu peur : dans une salle prévue pour 300 personnes nous n'étions que nous, trois amis nous réconfortant devant cette triste réalité si bien fimée. Comme l’a dit Anne "c’est la première fois que je peux faire mes réflexions à haute voix et ne déranger personne".


Si vous ne connaissez pas le sujet, je le résume trop rapidement. Un homme, Uxbal, vit d’expédients et exploite la misère des émigrés à Barcelone : il est le lien entre un atelier de clandestins chinois et des revendeurs à la sauvette sénégalais. Il  va mourir d’un cancer. Il est aussi le père de deux enfants qu’il aime beaucoup et qu’il a eu avec une femme bipolaire bien incapable de s’occuper d’enfants même si elle les aime.

On vit avec lui ces derniers jours, il est pris dans un tourbillon de catastrophes et veut en même temps assurer l’avenir des siens.
Si le film est très beau, c’est qu’il n’y a pas de vision manichéenne. Ce cinéaste Alejandro González Iñárritu a le génie de trouver en chacun des parcelles d’humanité, on a l’impression qu’il aime ses personnages même quand ils commettent des actes abominables.
La mère des enfants qui a obligé son enfant de 4 ans à remonter un matelas dans un escalier de quatre étage, nous touche car sa folie la rend tragique.
J’ai été un peu moins sensible à l’aspect surnaturel, Uxbal, peut parler avec des morts et les aider à trouver leur chemin. Mais ce n’est pas du tout l’aspect le plus important du film.

On peut même y voir comme une sorte  de morale.

La femme qui lui a révélé ce don lui dit, que la seule condition pour l'exercer, c’est de le faire gratuitement , or lui, avait besoin d’argent et se fait payer .

Les  morts sont-ils, donc, venus le chercher ?

Mais je ne parle pas du plus important, les émigrés clandestins chinois ou sénégalais, leur misère est absolument bouleversante. Comme pour tous les sujets qui traversent ce film, il n’y a aucune leçon donnée dans ce film mais ce qui est certain c’est que c’est absolument insupportable.

J’allais oublier, l’acteur principal Javier Bardem est très beau et joue à la perfection.
Bref allez voir ce film, avec des amis pour vous réconforter et évitez d’y aller en hiver, sous la pluie, sauf si vous avez un moral à toute épreuve !!

 

On en parle....

 

Le blog du cinéma

 

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 08:10

http://img.filmsactu.net/datas/films/l/e/les-petits-mouchoirs/v/4c4956a2e5c32.jpg

Au Vauban à saint-malo

http://img41.imageshack.us/img41/7797/3173568178.jpg

 

http://img295.imageshack.us/img295/6397/dsc00724p.jpg Dans une salle archipleine, avec des amis chaleureux et conquis, j’ai vu ce film dont je n’avais encore lu aucune critique.
L’effet « Festival du film britannique » a joué à plein, dommage pour « les petits mouchoirs ».
J’explique : après 20 films tous plus forts les uns que les autres – je dis forts, pas bons – j’ai beaucoup de mal à rentrer de nouveau dans les « gentils films français ».

En lien, je mets une critique officielle très élogieuse, qui permet de relativiser mon jugement.

Je me suis terriblement ennuyée et seule je sortais au bout d’une demi-heure.

Pourtant les acteurs sont excellents et les paysages magnifiques, la dune du Pilat est très photogénique.

Je crois que ça vient aussi de la façon de filmer, le mot qui me vient à la bouche c’est « convenu », après  l’accident du meilleur pote de la petite bande, il n’y a plus jamais  de surprise, on s’attend à toutes les péripéties et même à toutes les répliques.

J’ai pu entendre  dans cette salle que l’homosexualité faisait encore bien rire, je pensais qu’on avait changé d’époque !

Je crois, quand même, que toutes les critiques se plaisent à souligner que le personnage de l’ostréiculture moralisateur est peu crédible et un peu « cliché ».
Franchement la scène de moral autour de la table est pour moi insupportable et tellement banal , j'allais encore écrire "convenue". L’authenticité du monde rural, les valeurs éternelles de l’homme qui travaille de ses mains, opposée aux nouveaux riches de la ville, c’est du déjà vu et revu non ?

Pour Patrice qui m’a entraîné voir ce film, la seule scène qu’il enlèverait ou raccourcirait, c’est celle de l’enterrement, alors que, moi, j’ai trouvé très crédibles les pleurs de Marion Cotillard, un peu long certes mais pas plus que le reste.

 

On en parle de façon tellement plus positive

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 18:26

festval

 

Dimanche 10 octobre

It's over ! Vive le festival 2012

J'ai donc vu 17 films, 18 avec le pré-festival, je n'ai été déçue que par un film (et encore!) , je suis tout simplement Happy-Heureuse .

 

 

Four Lions de Chris Morris

 

lionsBon exemple du bienfait d’un festival. Brigitte et moi avions  écarté ce film parce qu’on avait lu que c’était un film loufoque qui racontait les aventures de poseurs de bombes islamistes. Mais tout le monde nous en disait le plus grand bien. Alors, ce matin nous y sommes allées.
C’est drôle, on a ri aux éclats et toute la salle riait, certaines scènes vont devenir des grands classiques du cinéma comique. Si vous avez un peu le moral en berne avec les jours qui raccourcissent, allez ! (Come on !) un petit coup de Four Lions et ça redémarre j’en suis certaine. Patrice, achète vite la cassette toutes tes amies vont mourir de rire devant ton « home cinéma »!!

Un extrait d'une interview de Chris Morris


Morris a fait beaucoup de recherche sur le terrorisme et, à sa grande surprise, il est tombé sur des situations plutôt humoristiques. Il raconte par exemple l’histoire de ces jihadistes yéménites qui voulaient faire exploser un bateau de guerre américain à l’aide d’une embarcation chargée d’explosifs. À 3 heures du matin, ils se sont réunis sur le quai, ont mis leur bateau à l’eau, l’ont rempli d’explosifs et il a coulé.

 

 

 

Nowhere Boy de Sam Taylor-Wood

 

Nowhere.jpgVoilà également un exemple d’un film pour lequel la rumeur du festival a parfaitement fonctionné. Il n’est passé que le premier jour et aujourd’hui en film surprise. Il raconte l’enfance de John Lennon, c’est très bien joué et très intéressant. Les personnalités sont complexes.  Enfin, on voit une Angleterre un peu plus heureuse et subtile que le monde noir de la violence alcoolique ou de la drogue. Son enfance n’a pas été toute rose, mais on n’est pas dans le sordide  et c’est très agréable ! Ce film est diffusé en France surtout ne le ratez pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exam de Stuart Hazedine

 

examIl s’agit d’un huis-clos, huit personnes sont  dans une salle. Une seule d’entre elle sera retenue pour un poste prestigieux. Les règles sont simples il faut répondre à la seule question posée. Mais quelle est la question ?

Les candidats vont faire preuve de bassesse de cruauté de ruse  et parfois de courage et de compassion.

C’est évidemment, le seul personnage qui a des qualités positives qui obtiendra le poste.
Je n’ai pas été passionnée par ce film, c’est un peu un grand classique du thriller  psychologique, mais c’est bien fait et bien joué. C’est tiré d’une pièce de théâtre et je pense que je l’aurais préféré au théâtre.

 

 

 

 

 

Goodbye  and see you next Year

 

PS vous remarquez mes progrès  en Anglais !!! il y a un mot que j'ai beaucoup entendu mais que je ne peux pas écrire Fu.... you

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 21:34

festval

 

Samedi 9 octobre

 

snap.jpgSnap de Carmel Winter

C’est certainement le film le plus fort que nous ayons vu lors de ce festival. En plus la réalisatrice a animé un débat d’une qualité exceptionnelle. Comme elle nous l’a dit son film se comprend peu à peu, et lorsqu’on trouve une réponse, on est plongé devant d’autres découvertes.

Elle nous donne toutes les clés pour comprendre et pourtant on ne les saisit pas immédiatement. Je retournerai voir ce film s’il passe en salle car je veux le revoir en sachant tout ce que je sais maintenant..

Le sujet : une femme  n’arrive ni à comprendre ni à aimer son fils qui a kidnappé un bébé pendant cinq jours..

 

Une belle journée de Gaby Dellal

 

mullan.jpgTrès bon moment de cinéma, Peter Mullan est l’acteur principal de cette histoire d’un homme qui traverse la manche à la nage. Il cherche ainsi à retrouver sa  fierté d’homme  alors que le chantier naval où il travaillait a fermé. Il cherche aussi à faire le deuil d’un enfant mort noyé. C’est un beau film sur les relations d’amitié entre des hommes blackboulés  par une vie marquée par le chômage. Un film sympathique agréable à regarder.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cérémonie de la remise des prix

Hitchock D'or                               Treacle Junior et We want sex

Prix du Jury                                  We Want sex

Prix du scénario                          We Want Sex

Prix de la photo                            Mr Nice

Prix Cinecinema                           Exam (qui n'était pas en compétition!)

 

Neds de Peter Mullan

 

neds.jpgIl en fallait un et bien ce sera celui là ! Franchement je n’ai pas aimé du tout et Brigitte non plus. La violence des jeunes délinquants anglais on l’a, déjà, beaucoup vue au cinéma et  ce film ne rajoute rien à une liste trop longue. Le petit détail, il était un bon élève et alors ? Rien. Sa mère est complètement effacée son père alcoolique au dernier degré, il suivra donc les traces de son frère le caïd du coin.

Dommage de finir la soirée ainsi et pour Peter Mullan qui est vraiment sympathique.

 


Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 20:36

festval

 Vendredi 8 octobre

 

cameraCameraman de Craig McCall

Documentaire sur la vie de Jack Cardiff  qui a tourné pour le cinéma du temps du muet et qui tourne encore en 2005. Sa vie est entièrement au service du cinéma, en particulier de la prise de vue. C’était absolument passionnant et donnait envie de revoir des films anciens dont il avait été  chef opérateur, comme les chaussons rouges. Ce film avait bien sa place dans ce festival et la salle était pleine ce qui pour un documentaire est une sorte d’exploit.

 

orphan.jpgOrphan de Peter Mullan

 

Les funérailles en Ecosse, ce n’est pas triste et ça finit souvent en bagarre. Trois frères et une sœur handicapée sont confrontés à la mort de leur mère, au lieu de s’unir, ils réagiront chacun différemment mais tous dans l’excès.

Peter Mullan  nous a présenté son film, il nous a appris qu’il était autobiographique, il l’a écrit après la mort de sa mère. Il nous a dit également, qu’il n’avait jamais reconnu au cinéma, la force des sentiments qui l’habitaient ce jour là.

C’est un premier film, et je l’ai trouvé  excessif et répétitif , mais très intéressant et je ne me suis pas du tout ennuyée.

 

eilenCome on Eilen de Finola Geraghty

 

Beau film sur une femme alcoolique qui avait arrêté de boire, mais qui replonge brutalement sans que l'on sache bien pourquoi. L’actrice joue très bien ainsi que l’acteur qui joue son fils désespéré de la voir replonger dans l’alcool.

Brigitte avec qui je regarde tous les films est beaucoup plus sévère que moi sur ce film. Pour elle le sujet de l’alcoolisme n’est pas traité, et le film est superficiel.

 

Another Year de Mike Leigh

 

http://www.lexpress.fr/imgs/14/188.jpg Film extraordinaire tout en finesse sur les rapports entre des amis  autour d’un couple vieillissant et qui s’aiment encore. C’est tellement peu filmé des gens qui s’aiment !

Nous avons eu la chance d’entendre une actrice qui un rôle très important nous expliquer comment Mike Leigh concevait son travail, c’était vraiment très intéressant.

Le traducteur,  qui a, également,  mis les sous-titres a fait  une remarque très intéressante. Il était étonné que des gens si gentils n’aident finalement pas tant que ça les autres, et qu’un certain mal de vivre se dégage  de ce film , au-delà d’une première impression de bonheur total. Le personnage de l’amie excitée et encombrante est très touchant.

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 20:17

festval

 

Jeudi 3 octobre Trois films,(seulement! )

 

 

We Want Sex de Nigel Cole

wewantsexExcellent, drôle et pathétique à la fois. La lutte des 187 ouvrières de l’usine Ford pour obtenir l’égalité des salaires entre les hommes et lesfemmes, est passionnante et très bien filmée. Le public était enthousiaste et je ne suis pas un grand devin quand je vous annonce déjà que ce film aura le prix du public.

Petite réserve, pour ma part, je l’ai trouvé trop manichéen : les ouvrières sont formidables, les dirigeants de chez Ford de vraies crapules qui ne pensent qu’aux profits, les syndicalistes fourbes et prêts à toutes les compromissions. Je pense que si c’était aussi simple, ça se saurait.

Mais ne boudons pas notre plaisir à propos d’un film qui fera, j’en suis certaine, l’unanimité du public.

Certaines scènes sont étonnantes de vérité, et très drôles par exemple, lorsque les femmes se mettent à l'aise pour travailler dans des locaux surchauffés.

 

http://www.slantmagazine.com/images/house/festivals/sex&drugs&rock&roll.jpg Sex and Drugs and Rock and Roll de Mat Whitecross

 

Ce n’est pas du tout mon genre de musique, je n’aime pas du tout les histoires de sexe liées à la drogue et je suis allée voir ce film uniquement  parce qu’il était en compétition. Je pense que pour les raisons que j’ai énoncées au début on peut  détester ce film, mais …… je suis tombée sous le charme. J’ai été bouleversée par l’histoire de cet enfant atteint de polio qui n’a jamais su ni pu grandir. Pour la première fois j’ai compris que la violence qu’il exprime sur scène est sa seule façon de survivre et j'ai donc compris que la violence du Rock peut avoir du sens.

Je trouve que le travail du cinéaste est absolument remarquable, car il permet de comprendre sans jamais être explicatif. Bref ! j’ai adoré ce film et pourtant je n’irai jamais écouter un concert de musique Rock

 

http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2010/04/09/article-1264707-090EC0D5000005DC-969_468x286.jpg A Passionate Woman de Kay Mellor

 

Film très agréable à regarder. Une belle histoire d’amour qui finit bien. Beaucoup de tendresse entre les personnages. Et un jeune premier beau comme un Dieu.

C'est plus léger que les films en compétition, je suis  moins enthousiaste , comme je le disais au début c'est agréable, on passe un bon moment.

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 20:24

festval

 

Mercredi 6 octobre 4 films!!!

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/69/05/08/19508643.jpg Mr Nice de Bernard Rose 

Film créé à partir de l’autobiographie de Howard Marks, héros de la contre-culture britannique. Issu des classes populaires du Nord de l'Angleterre, diplômé d’Oxford, il devient un des plus importants trafiquants de marijuana des années 70 et 80. Son popularité croissante, ses relations avec l’IRA et le MI6, ses voyages et couvertures multiples, ne l’empêchent pas de mener une vie de famille épanouie avec sa femme et ses quatre filles. Jusqu’à la chute... le plus grand trafiquant de marijuana des années 70 et 80.

C’est un film à la gloire de la drogue qui permet une sexualité épanouie, d’avoir des idées intéressantes et l’argent facile.
Je ne peux pas dire que j’ai été très convaincue. J’ai bien aimé la  façon dont l’IRA et ses militants apparaissent, bien loin de tout romantisme révolutionnaire, et aussi la description  des pouvoirs et leurs liens avec les mafias de  la drogue

 

http://www.soulboythefilm.com/sites/soulboythefilm.com/files/imagecache/cast-crew-main/cast-crew/SWSO_A_542.jpg Soulboy de Shimmy Marcus, excellent film, comme les anglais savent si bien les faire. Venant d' un milieu populaire un  jeune garçon s’initie à la danse et à la musique « Soul » et à l’amour.

Les personnages sont crédibles et l’histoire bien racontée. Un bon moment de cinéma.

 

 

 

 

 

 

 

 

Skeletons de Nick Whitfield ,

sketor.jpgC’est le fantastique anglais. C’est un peu long et bizarre mais très bien filmé. Je me suis un peu perdue dans cette histoire pourtant pleine d’humanité. Je dois avouer que je me suis un peu endormie.

Nous avons rencontré les acteurs dans Dinard , ils étaient très sympathiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.curtisbrown.co.uk/file.ashx?image=11920&height=272&width=272 Treacle.Jr de Jamie Thraves

Excellent film surtout à cause du personnage d’Aidan complètement paumé et qui parle tout le temps en déformant les mots. Une partie de l’humour vient de ce qu’ils prononcent mal les mots et cela m’a, un peu, échappé  (mon anglais n’est pas courant !)

J’ai beaucoup aimé l’humanité qui se dégage de ce film, même si j’ai eu du mal à comprendre le personnage de  Tom. On ne sait pas pourquoi il est aussi mal dans sa  vie au point de vouloir vivre comme un SDF.

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 18:24

festval

 

Tous les ans, à la même époque, Dinard devient la capitale du film britannique, c’est un plaisir intense pour tous les amateurs de cinéma.

En avant festival, on peut voir d’excellents films.

Je suis donc allée voir :

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg

http://s.excessif.com/mmdia/i/49/0/london-river-intl-vign-3666490drljk_14.jpg?v=1 London River et j’ai beaucoup aimé. L’intensité des rapports entre les deux personnages qui sont tous les deux à la recherche de leur enfant, est très bien filmée. Les acteurs sont tous les deux remarquables.

On a tellement peur d’apprendre que ces deux jeunes amoureux ont été acteur des attentats que jusqu’à la fin, les parents et nous spectateur, on les ressent  comme des victimes. Mais peut-être ont-ils été acteurs de ces crimes abominables ?

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/49/2/3666492xlfnq.jpg?v=1

 

On en parle ......

excessif.com

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 11:43

http://www.etat-critique.com/images/content/articles/article_3049.jpg     

http://img696.imageshack.us/img696/9706/downloadwot.jpg

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8371/dsc00725320x200.jpg J'ai complètement détesté ce film. Je me suis terriblement ennuyée, en plus je confondais la réalité et les rêves. Je sais que c'est fait exprès, mais ça ne permet pas de se raccrocher au film.
Je n'ai pas vu la poésie que d'autres ont vue.

Vraiment "la palme d'or à Cannes" est pour le moins étonnante!!

 Le résultat que je trouve intéressant, c'est de permettre de  passer en salle un film qui n'aurait aucun succès autrement.
Le spectateur  se pose, alors,  plein de questions : Est-ce ce genre de films que les autres cinéastes ont envie de faire? Pourquoi?

Pourquoi est-ce si attirant pour eux, les plans qui durent plus de 6 minutes sur la forêt ou les naseaux d'un buffle ?

 

Une critique plus positive :

link

Repost 0
Published by Luocine - dans cinéma
commenter cet article

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard