Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 19:01

 

J ai lu plusieurs articles à propos du deuxième roman de Raphaël Jerusalmy: «La Confrérie des Chasseurs de livres» , et vous souligniez combien vous aviez aimé son premier roman «Sauver Mozart».
Puisque vous m'avez tentée, autant commencer par le premier!
Quel livre!ça fait longtemps que je n'ai pas mis 5 coquillages aussi facilement .

C'est un roman étonnant et que j'ai lu d'une traite, je vais le relire avec plaisir pour le savourer.

Nous lisons les lettres à son fils et le journal de Otto J Steiner, mélomane «un peu juif» qui dit de lui:

«Je suis autrichien de confession phtisique . Et fier de l'être.».


Il est malade,mal soigné et très malheureux d'être dans ce sanatorium au milieu de gens encore plus malades que lui . Il va mourir et a souvent envie d'avancer l'heure de sa mort.

Il n'a personne à qui se confier, sauf ce journal qui pourrait bien être une source de graves problèmes.
Si bien que le lecteur est le seul à savoir la vérité sur des sentiments qu'il ne peut que cacher s'il ne veut pas être immédiatement dénoncé et fusillé.

C'est peut-être pour cela ,qu'il est a un aussi mauvais caractère, et puis franchement cela devait être difficile d'avoir le sourire en Allemagne en 1939!

Il rouspète sur tout:

- le cabillaud bouilli du vendredi, et puis l'absence de cabillaud quand les temps seront encore plus durs.

 - Le malade qui chantonne des airs obsédants , mais c'est de ce détail que lui viendra une idée extraordinaire !

Il rumine sa vengeance contre ce régime et tous ceux qui assassinent sa si belle musique , je ne peux, hélas! sans dévoiler les effets du roman, vous dire comment il va s'y prendre.

On est pris par ce texte du début à la fin et tout s’enchâsse de façon implacable , l'auteur nous plonge dans l'ambiance hitlérienne et dans la maladie , il le fait avec un tel talent que la lecture transporte son lecteur , par exemple le jour où Mussolini a rencontré Hitler en 1939 sur un quai de gare est grand moment de littérature.

On est bouleversé , également, quand la Gestapo descend dans le sanatorium et que l'on voit ces grands malades parfois grabataires traités comme du bétail!

C'est tragique! Et tout cela à cause du fils du concierge qui paiera de sa vie un geste d'humanité !

 

Mais ce livre est aussi un hommage à la musique et ravira tous les passionnés de Mozart.

Il pose cette question jamais résolue comment se fait-il que les nazis pouvaient écouter cette musique sublime et aller tuer de façon abominable de pauvres ères sans défense?

 

Citations :

 

l'importance de la musique:

Je n'ai jamais aussi bien compris la musique que depuis que je n'en écoute plus . Depuis que j'en suis privée par la force des choses. Mais elle a d'autres moyens de se faire entendre . Pas besoin de gramophone. Ni de partition. Le génie musical, c'est le souffle qui traverse «la Flûte enchantée» avant même qu'elle n'émette un seul son. L 'attente qui précède l'entente . C'est le geste, l'attitude, l'émotion. Rien à voir avec les notes.

 

Un peu de vocabulaire:

J ai l'impression de vendre mon âme. Et de trahir Mozart. Servir de «nègre» à Hans .. «Nègre»?C'est l'expression consacrée. Négritude. Servitude.

Nous sommes tous esclaves des mots .

 

La musique et les Allemands:

Étrange que les Allemands soient mélomanes. La musique est éternelle approximation .

 

 

Et voici la postface , qui pose bien les problèmes de la place de la musique:

 

Salzbourg fut le haut lieu de la vie culturelle des nazis et le symbole du «rayonnement du Reich» .
Aucun des musiciens et chefs d'orchestre mentionnés dans le journal d'Otto ne prit jamais la défense de la liberté d'expression ni ne prêta la moindre assistance à ses collègues persécutés.

Après la guerre , tous jouirent de l'admiration sans réserve des mélomanes du monde entier.
Aujourd'hui, Salzbourg demeure l'une des capitales de la musique et de l'art. Et le «Festspiel» continue d'avoir lieu, chaque été.

 

On en parle...

à sauts et à gambades où j'ai pris l'idée de ce livre et lettre express

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans roman français
commenter cet article

commentaires

jerome 15/10/2013 13:47

Ton enthousiasme pour ce livre est impressionnant. dire que je ne connaissais pas du tout !

luocine 15/10/2013 13:52

je ne prends aucun risque lis le et tu verras
Luocine

Dominique 15/10/2013 10:41

heureuse de voir que je n'avais pas exagéré, ce livre est un petit bijou, attention je te redis que le second est très différent, moins séduisant mais très plaisant

luocine 15/10/2013 10:51

je pense que je ne vais pas me précipiter sur le second , je veux rester sur l'impression de celui-ci
Luocine

krol 15/10/2013 08:47

Oh !!! Comme ton billet donne envie de découvrir ce livre...

luocine 15/10/2013 10:38

Il arrive parfois que l'on soit tellement sûr du résultat qu'on hésite pas à le conseiller sans aucune retenue
Luocine

Hélène 15/10/2013 08:33

Trés tentant, je renote !

luocine 15/10/2013 10:37

C 'st souvent comme ça que ça marche , on le voit passer une fois puis une deuxième fois et là on se dit ..j'y vais! vas-y je n'ai aucun doute quand au résultat
Luocine

keisha 15/10/2013 08:13

J'ai repéré l'auteur, j'attends son deuxième livre pour l'emprunter à la bibli (pas vu le premier encore!). Mais il me tarde!

luocine 15/10/2013 10:36

et je te lirai avec plaisir j'ai vraiment adoré tout est bien dans celivre
Luocine

Aifelle 15/10/2013 07:01

J'ai fait comme toi, je l'ai remarqué en lisant des billets sur son deuxième roman et il est à la bibliothèque ! je n'ai plus qu'à ...

luocine 15/10/2013 10:35

et j'attends ton billet, j'avais du temps ce matin et je l'ai relu , je me rends compte que mon billet est bien incomplet , j'aime vraiment beaucoup ce petit roman
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard