Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 21:03

 

coup de coeur du club de lecture de la médiathèque

 

Présenté comme un roman pour ado ,mais plutôt pour adulte, à mon avis.
Un jeune américain venant d'un village arriéré de l'Illinois à la population abrutie par la méchanceté et l'alcool , part faire la guerre du Vietnam.

L'armée découvre qu'il ne connaît pas le sentiment de peur, il sera donc recruté par la CIA pour ses basses besognes.

Le personnage ne se sent jamais impliqué par les aventures qu'il est amené à vivre . Il fait un peu penser à Forrest Gump, il lui manque quelque chose , et cet éloignement du réel lui permet de voir le fonctionnement de son pays sans aucune bienveillance.
On voit donc à travers Bibow Bradley les actions les plus sombres de la CIA. Autant quand les américains le font, je suis intéressée autant quand c'est un français , je n'ai pas le même plaisir de lecture.
Dans ce roman , c'est sans aucune nuance, les US sont vraiment le grand Satan que tant d'autres décrivent.

On est pris par ce roman au rythme rapide, car ce personnage tel un autiste essaie de comprendre le monde , il lui manque les clés habituelles comme l'attirance, la compassion, la peur. Il faut donc l'initier aux différents sentiments , mais on utilise d'abord ses capacités pour en faire un tueur redoutable .


J 'ai une réserve sur le côté , critique violente de la politique anticommuniste de la CIA lors de la guerre du Vietnam, mais en lisant les avis sur Babelio, je vois que je suis bien la seule à m'être étonnée de cet aspect du roman.


Citations:

L'Illinois profond :

les crétins des p'tites villes américaines sont pas très doués en géographie, en général . Faut dire que par chez nous, quand on entend parler d'un pays , c'est qu'on est en guerre avec.

 

En 1954 :

En mai, la France se « fait baiser par les Viets !!! ».
Mon grand père commente : »connards de Français d'merde. Déjà qu'i z'ont pas pu s'débarrasser des boches tout seuls ! »

 

On en parle ..

Un nouveau blog qui insiste beaucoup sur l'aspect humoristique du roman dont je n'ai pas assez parlé, il est vrai.

 

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 07:10

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41y6HHOL2YL._SL500_AA300_.jpg

 

traduit de l'anglais (États-Unis) par Cécile de la ROCHERE

 

 

100x66-c[1]Livre trouvé sur le blog de "la souris jaune" le commentaire enthousiaste m' a fait acheter ce roman aussitôt.


C'est un bon livre pour adolescente et le suspens est bien mené. On ne s'ennuie pas un instant .

Evi est une jeune américaine dont la mère est trop belle, elle se se fait remarquer par tout où elle passe et empêche sa fille de prendre conscience de ses propres capacités de séduction.

Elles seront en rivalité pour un beau jeune homme qui dévastera le cœur d'Evi.
Cet amour douloureux la fera passer définitivement du côté des adultes.

J' ai bien aimé l'ambiance de l' immédiate après-guerre , on retrouve un peu ma série préférée «Mad-Men» mais du côté de ceux qui ne réussissent pas.

Comme le héros Don Draper , le beau père d'Evi, Joe a ramené de la guerre un lourd secret qui fait à la fois sa richesse et son malheur.

Je ne raconte pas plus , pour ne pas émousser le suspens .
Je ne sais pas si c'est vrai mais j'ai été très étonnée qu'on puisse en 1951 chasser des gens des hôtels de Floride car ils étaient juifs.

Le racisme aux États-Unis me surprendra toujours.

Si vous avez des adolescentes autour de vous retenez ce livre il plaira certainement.

Pour les adultes, la volonté de l'auteur de terminer son livre sur un «happy-end» moralisateur lui fait perdre beaucoup de force.

 

Citations:

J 'avais vu aux informations ce qu'on avait découvert à la fin de la guerre.

Mais je n'y avais jamais réfléchi jusqu'ici. Les magazines et les films montraient tout le contraire ? La guerre était finie, on s 'amusait, on buvait du Coca , on fumait des Camel et on économisait pour achète une nouvelle Chevrolet.

 

On en parle...


chez «la souris jaune» évidemment, et dans «ma bibliothèque virtuelle»

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 14:53

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41BhgLDy8gL._SL500_AA300_.jpg

Club de lecture

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Joli roman pour adolescent, j’ai bien aimé l’ambiance de ce livre, la chaleur de la famille russe fait du bien et on pense que cette petite fille a bien de la chance d’être entourée par des grand-parents originaux et très vivants.
Là dessus une histoire d’amour avec un cousin aux yeux bleus une belle histoire où il ne se passera pas grand-chose puisqu’ils n’oseront rien se dire, mais si proche de la réalité.

C’est ma seule réserve, autant j’ai apprécié cette histoire qui n’en est pas une, autant je me demande si les adolescents n’ont pas besoin d’un récit plus construit pour soutenir leur intérêt.
Je ne peux pas répondre pour eux !

 

Citations :

Elle agaçait terriblement Babou, mais c’était le cas avec la plupart de femmes plus grandes qu’elle.

 

Tout cela l’avait obligé à se tenir bien droite, histoire d’éviter la douleur qui tire les êtres vers le bas.

 

Babouchka et Didia étaient très vieux et très russes. Mais plus russes que vieux en fait.

 

 

On en parle…
Le blog de Sharon

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 22:26

http://ecx.images-amazon.com/images/I/513xmANO71L._SL500_AA300_.jpg

 Traduit de l'anglais par Anne Krief

Club de lecture

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Roman pour adolescent, très agréable à lire, également, pour les adultes.

Le monde des avocats américains est analysé à travers la compréhension particulière d’un jeune autiste qui est incapable de mentir. Pour comprendre le monde, il est parfaitement logique et sa façon de tout décortiquer, permet de comprendre que dans la « réalité » on triche souvent avec l’honnêteté. Marcello apprendra qu’il faut faire des choix au risque de faire souffrir des gens qu’on aime.
Je crois que c’est un roman qui plaira aux adolescents, car l’histoire est passionnante – une enquête policière à propos de la responsabilité d’un constructeur de pare-brise – mais surtout, parce qu’il aborde de façon originale les questions qui intéressent tous les jeunes. En particulier la sexualité. Marcello n’arrive pas à éprouver des sentiments, la façon dont il cherche à comprendre la sexualité est à la fois belle et touchante.

L’auteur a parfaitement rendu compte des difficultés de ce jeune autiste pour vivre en société. Les efforts de Marcello  pour comprendre le monde  et sa façon de raisonner le rendent émouvant. Il est entouré de personnages parfois méprisables ou au contraire honnêtes et qui lui veulent du bien. Mais mêmes ces gens là, peuvent être  complexes et lui poser des problèmes.

 

Citation :

 

Il y a tant de choses avec lesquelles j’ai énormément de difficultés. Je ne peux pas me rendre dans un lieu inconnu sans plan. Je me trouble quand on me demande de faire plus d’une chose à la fois. Les  gens emploient des termes que je ne comprends pas ou ont des expressions du visage impossibles à décrypter. Ils attendent de moi des réponses que je ne peux pas leur fournir.

 

On en parle ….

S'il était encore une fois 

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 06:58

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/Grandes110/8/0/7/9782812600708.gif

 

 

 

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img197.imageshack.us/img197/3459/dsc00723320x200.jpg Il ne faut jamais rater les livres « ado » dans la liste du  club.

D’abord parce que ça nous permet de rester en contact avec la lecture d’une génération qui est parfois loin de nous.
Ensuite, comme notre bibliothécaire n’en met qu’un, il est toujours très représentatif et bien choisi.
C’est le cas pour ce roman. Alors pourquoi n’a-t-il pas ses quatre ou cinq coquillages ?

Parce que je suis assez hermétique au genre policier.

Comme les adultes, les ados ont le droit à leurs auteurs suédois !
Pour un pays qui passe pour être tranquille, quelle imagination les auteurs déploient dans le genre meurtre en tout genre.
Pour ce que je peux juger du polar, c’est bien fait, car on ne peut se détendre qu’à la toute fin de l’histoire.

J’ai beaucoup aimé la description de l’adolescence, cette façon que les ados ont de ne pas résister aux personnalités leaders dans les classes, même s'ils savent voir les défauts de ceux qui les entraînent à faire et à dire ce qu’ils n’ont pas vraiment envie de dire ou faire .

Et puis, la méchante qu’on aimerait tant voir coupable ou au moins complice, n’est qu’une garce détestable, le romancier ne fait pas dans la facilité. Le coupable sera effectivement un personnage qu’on avait sous les yeux mais qu’on n’attendait pas là.

Ça ne donne pas envie de revivre l’adolescence !

 
Les parents se battent avec des problèmes d’adultes pas simples à résoudre. Bref l’atmosphère est bien rendue.
Cela ne m’étonne pas que les grands ados apprécient, enfin tous ceux qui aimeront plus tard les romans policiers.

 

 

On en parle …(j'ai choisi ce site à cause du nom, oui! enlivrez, ça fait du bien!)

 

 

link

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 21:54

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes110/9/6/5/9782211064569.gif

 

 

 

   

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img197.imageshack.us/img197/3459/dsc00723320x200.jpg Roman destiné aux adolescents, ce roman peut séduire un public assez large de l’enfance aux adultes. C’est un plaidoyer contre tous les obscurantismes. Elvina jeune fille juive vivant au 11° siècle n’a pas le droit d’apprendre. Elle est interdite d’école et d’études parce que c’est une fille !

Or l’écriture la passionne et rien ne pourra l’empêcher d’apprendre.

On voit de l’intérieur d’une famille, pourtant très érudite,  tous les interdits religieux qui sont autant de frein à la compréhension du monde. Au- delà  de la petite communauté  rode les hordes des croisés, et la peur qu’ils  anéantissent tous les juifs  avant de partir en terre sainte.

Comme  le récit est vu à travers le personnage  d’Elvina, c’est très facile à lire et permet de revivre cette époque. Le point de vue sur les croisades n’est pas exactement  celui que j’avais appris à l’école mais c’est vrai qu’il n’y a plus aujourd’hui grand monde pour chanter les louanges des valeureux croisés !!
Le mazal ? C’est l’ange gardien d’Elvina à qui elle écrit tout ce qui la perturbe, un peu comme les adolescentes d’aujourd’hui  remplissent des cahiers intimes.

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 13:05
http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/images/couvertures/34205.gif
http://resize.over-blog.com/100x63-c.png?http://www.ville-dinard.fr/biblio/images/carte-abt.jpg


http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img197.imageshack.us/img197/3459/dsc00723320x200.jpg Livre pour adolescents ou plutôt adolescentes. Une jeune fille de la petite noblesse anglaise, en l’an 1290, tient son journal.

Ce qui le rend plaisant à lire c’est qu’elle est particulièrement délurée, elle n’a pas la langue dans sa poche. Son regard sur ses proches est sans pitié. On peut facilement  comprendre ses révoltes si l'on admet qu’elle n’a aucune envie de répondre aux attentes des mœurs de cette époque : une femme noble doit apprendre à coudre, broder, tisser, et surtout attendre avec patience le mari que son père lui choisira.

Ce qui est plus difficile à comprendre c’est la raison pour laquelle cette jeune fille n’accepte pas cette éducation qui était la règle pour les femmes de sa condition dans ce temps-là. L’auteur lui donne une personnalité et un langage du 21° siècle. C’est un roman, pourquoi pas après tout, c’est ce qui rend la lecture amusante.

La façon dont les Anglais vivaient à l’aube du 13° siècle est bien rendue. Je ne sais pas si ce livre a connu un grand succès auprès des jeunes. Je me pose souvent cette question quand je lis des livres pour adolescents. Celui-ci ne cherche pas à plaire aux adultes, et j’ai un peu peur qu’il ennuie les adolescents d’aujourd’hui.

Catherine commence l'éciture quotidienne de  son journal en citant le saint du jour et en racontant les raisons pour lesquelles il est devenu saint. J’ai beaucoup ri d’apprendre que

-   Colman est saint  « parce qu’il a appris à une souris à le maintenir éveillé pendant la messe »

 - Brigitte d’Irlande fut sainte pour avoir transformé « l’eau de son bain en bière pour les religieux de passage »

- Tatwin fut saint parce qu’  « il était archevêque de Canterburry et faiseur de devinettes »

 

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 17:10

http://www.images-chapitre.com/ima1/newbig/453/26325453_5601085.jpg


http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Un beau roman, qui fait du bien , il doit plaire aux adolescents.  Tous ces gens mal dans leur vie qui essaient de s’en sortir par tous les moyens m'ont fait penser aux personnages d’Anne Gavalda . On ressent la même confiance dans la force de l’amour et dans le  hasard des rencontres.
J’ai adoré ce petit Tom qui va voler des pommes de terre et qui replante les plans pour que ça ne se voie pas trop. La fin reste en suspend mais sur la bonne voie. Il ne faut pas trop penser à la réalité c’est un roman et on peut espérer que, parfois, la vie, c’est comme ça aussi. J’ai bien aimé les animaux, ils sont très importants : il arrive que l’histoire soit imaginée de leur point de vue. (le rêve du chien qui pète m'a fait sourire et quand on connaît mon amour des chiens,  j'y verrais bien une preuve du talent de cette auteure!)

 

Citations :


Dans le potager, il marche à l’ombre de la haie. Il connaît bien le coin. De loin, il se repère, puis se décide. Il court dans l’allée. Il s’accroupit devant un plan. Tire dessus très doucement. Fouille ses racines. Ramasse quatre pommes de terre. Remet soigneusement le plan en terre. Tasse bien autour du pied et repart.

 

 

Allongé à leurs pieds, Cap’tain Achab cherche par tous les moyens à attirer leur attention. Il aimerait leur faire comprendre, ce matin, qu’il a un besoin pressant de caresses. Là sur le ventre se serait bien. Maintenant ! Ça fait des jours et des jours qu’ils le négligent. Alors il met le paquet. Long étirement, clignement d’yeux lascifs.


On en parle ...

link


Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 04:54
http://storage.canalblog.com/48/03/444228/42121341_p.jpg http://resize.over-blog.com/100x63-c.png?http://www.ville-dinard.fr/biblio/images/carte-abt.jpg


http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img197.imageshack.us/img197/3459/dsc00723320x200.jpg Ce n'est pas la couverture qui a guidé mon choix !
Il ne restait que ce livre
à lire dans la sélection du mois de janvier au club de lecture, mais je ne l'ai pas regretté.
C'est écrit par une auteure qui connaît bien cette période (le V° siècle) et les légendes arthuriennes.
L'histoire est pleine de rebondissements comme les adolescents doivent les aimer et les personnages ont une certaine consistance, on s'attache à eux et ont veut  savoir ce qui va leur advenir.
De plus, c'est une période qui m'a toujours intriguée : comment la civilisation gallo-romaine a-t-elle disparu ?
L'héroïne, Azilis, est une jeune fille d'une grande villa et vit comme une romaine mais le domaine de son père est menacé par les Francs qui dévastent tout et s'installent peu à peu dans la contrée.
Fuyant un mariage qui lui répugne, elle accompagne son cousin dont elle amoureuse en Bretagne pour aider le roi des Bretons dans sa guerre contre les Saxons. Elle est protégée par son esclave, homme courageux et épris de sa maîtresse.
 Si on se laisse prendre à  cette trame, somme toute ordinaire pour un roman d'aventures, c'est que le fond historique est bien documenté, les personnages sont complexes et peu à peu, on voit se dessiner les mythes de la légende du roi Arthur.
Comment faire alors avec la magie des légendes celtes? Je trouve que l'auteure s'en sort très bien . Sans nier le surnaturel, ni trop rationnaliser les enchanteurs et les fées elle permet au lecteur d'aujourd'hui de comprendre comment de tels personnage sont pu prendre toute leur place dans une société qui avait si peu de réponses face aux violences de l'époque.

Citation
  La jeune fille la fixait d'un air implorant. Azilis comprit pourquoi elle l'avait suivie  On la prenait pour un être aux pouvoirs extraordinaires parce qu'elle avait apporté Kaledvour à Arturus. Devenait magie la moindre déduction logique de sa part. Car qui ignorait que les jeunes gens se mariaient à l'automne, après la saison des combats et des moissons?

On en parle ...

link
Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 18:00

http://www.cuneipage.com/media/00/01/1686805091.jpg

http://www.ville-dinard.fr/biblio/images/carte-abt.jpg Les filles doivent adorer, les garçons je suis moins sûre. J’ai trouvé cet avis sur un blog :

link

 Louis : C'est le livre que j'ai le moins aimé... et de très loin !! Cette histoire est étrange, certains éléments n'ont ni queue ni tête, la plupart des personnages sont moyennement réussis et l'héroïne est vraiment nunuche. De plus comment peut-on être amnésique et oublier quatre ans de sa vie en tombant dans des escaliers ? Il faut vraiment ne pas être dégourdi!! Ce livre est plus pour les filles.

 

Personnellement, j’ai trouvé ce livre agréable à lire, mais je suis une fille!

 A la suite d’un trauma crânien Noémie est partiellement amnésique et quatre années de sa vie se sont effacées. Elle est confrontée à sa vie de lycéennes. Ses amours vont s’en trouver quelque peu perturbées !

Aucun personnage n’est caricatural et si tout finit bien, la complexité de la vie réelle est bien racontée.

 

Citation:

Même si nous n’avions jamais été ensemble comme des amoureux, je l’aimais. Je l’aimais. Je l’avais toujours aimé, je crois bien. Pour tout vous dire, c’était un peu un fardeau de le savoir.

Je me souviens des porcs-épics que j’avais regardés avec papa le soir où j’avais cru que Will allait peut-être mourir. Pas la partie sur l’aspersion d’urine. Le moment où ils se regardaient dans les yeux. Nous n’en étions pas encore là, Will et moi.(Personnellement, j’espérais ne jamais arriver au stade du pipi)

 

 On en parle

link

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman ado
commenter cet article

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard