Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 18:30

Lire l'intégralité de cet article sur luocine.fr

 

J'ai passé une excellente soirée au cinéma grâce à Jean Becker.

Les acteurs sont excellents, Gérard Lanvin joue un rôle de grincheux qui lui va comme un gant.

Si vous voulez vous détendre n'hésitez pas un instant , cela m'étonnerait que vous soyez déçus.

Bien sûr ce n'est pas le chef d’œuvre du siècle, mais c'est un film sympathique qui fait du bien.

Je n'ai qu'une réserve , le personnage du kiné me semble trop caricatural. C'est bien l'esprit, mais pas la manière , du moins à ma connaissance.

Je trouve que dans une époque morose, sourire et parfois rire ça fait un bien fou.

Peut-être, certains reprocheront-ils les «Happy-end», mais il y a des moments où on souhaite de toutes ses forces que les rapports entre les gens fonctionnent un peu comme ça!

 

BANDE ANNONCE

Si vous êtes comme moi ne la regardez pas:  je préfère ne pas regarder les bandes annoces, elles dévoilent trop de choses sur le film

 

Repost 0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 12:11

 

Soutenue par toutes les impressions positives glanées dans les différents blogs , je voulais absolument lire cette bande dessinée.

Je savais que cet auteur de BD me plairait depuis la sortie des « Ignorants» qui m'avait également enchantée.


J'explique ce qui me fait aimer une BD, moi qui suis de la religion du texte sous la forme de livres: j'ai besoin d'éprouver que le dessin sert mieux le récit de l'auteur que le texte.
Je n'ai pas besoin que l'auteur illustre son propos mais que je ressente que, sans le dessin, il n'exprimerait pas la totalité de ce qu'il veut nous dire.

Il y a deux moments dans cette BD qui sont caractéristiques de cela:
Quand la famille présente le tableau de l’arrière grand père, le fameux "Chien qui louche".
L'expression du visage du personnage principal qui pense en même temps:

«Mon dieu!quelle horreur!»

«Mais comment le leur dire sans me fâcher définitivement avec la famille de celle que j'aime!»

«Mais ce n'est pas possible , qu'est ce que je peux dire?»

Trois phrase pour un dessin beaucoup plus efficace .

Finalement il va dire quelque chose qui m'a fait éclater de rire.

Je ne l'écris pas car je déflorerai l'effet.


L'autre exemple tout simple , c'est la tête que fait le personnage dans le métro bondé quand son nez est à la hauteur d'une aisselle mal lavée appartenant à un personnage jovial qui discute avec son amie sans se douter de rien.
Scène si banale et si bien croquée , aucun texte ne peut la rendre aussi bien que ce dessin.

Sinon , l'histoire est bien menée , les personnages de fiction crédibles et tout à fait  dans notre époque .
Une BD, c'est aussi un brin d'érotisme , je vous laisse à la découverte des plus belles fesses du Louvre que je me promets bien d'aller voir.

 

On en parle...

Les blogs qui en parlent sont nombreux

Hélène et Jérôme mais d'autres aussi
 

 

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 21:14

 

 

Traduit de l'anglais (Canada)par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso

PS Je suis un peu étonnée par certaines formulations un peu relâchées , sont elles voulues par l'auteur ou un effet de traduction?

 

Je ne suis visiblement pas la seule à n'avoir pas entendu parler d'Alice Munro avant l'attribution de son prix Nobel.

Mais quelle écrivaine , comment puis-je lire très régulièrement et passer à côté d'une telle auteure.

Je ne suis pas une adepte des nouvelles mais je ne peux que vous recommander: «Fugitives» , ces huit femmes ne sont pas prêtes de vous quitter.

Je suis mal à l'aise avec les nouvelles car je n'aime pas passer de l'une à l'autre . Je reste imprégnée par l'atmosphère de la précédente quand je lis la suivante et dans ce recueil ,il ne le faut pas.
Chaque destin est différent , ils n'ont en commun que d'être celui de femmes qui fuient, ou, parfois, n'ont qu'envie de fuir un destin qui n'est pas tout à fait le leur.

Tout est dit avec beaucoup de pudeur, sans drames inutiles, à la manière de la vie ordinaire.
Ça fait mal, parfois, mais ça passe , tout passe n'est ce pas?

Même la séparation brutale avec un enfant adulte; comme cette Pénélope qui a rompu complètement avec une mère folle de douleur et d'incompréhension et qui en vieillissant «continue à espérer un mot de Pénélope, mais sans aucun acharnement. Elle espère comme les gens espèrent sans se faire d'illusion des aubaines imméritées, des rémissions spontanées , des choses comme ça.».

J ai lu et relu «Passion» le personnage de Grace m'a complètement bouleversée. Cette jeune femme aurait pu devenir une réplique de la jeune américaine classique , un homme passe, dangereux et alcoolique , mais elle franchit grâce à lui le pas nécessaire pour sortir de la voie toute tracée du destin , on peut penser qu'ensuite elle vivra pour elle et non pas pour l'image qu'elle veut donner d'elle.

J ai évidemment été très émue par le destin de Robin qui a raté de si peu sa véritable histoire d'amour.


Tout cela est important mais dit si peu du talent de cette auteure qui sait mettre en scène des ambiances, des personnalités , aucun personnage n'est bâclé , tous retiennent notre attention et nous rappellent des gens que nous rencontrons dans la vie.

La dernière nouvelle «Pouvoir» m'a légèrement déçue.
Mais justement ,c'est cela qui m'agace si fort dans les nouvelles : on a du mal à ne pas les comparer les unes aux autres .

 

Citations :

Vision de la femme, vision de l'homme :

Mme Travers avait fait un premier mariage avec un homme qui était mort. Elle avait gagné sa vie et entretenu son enfant , en enseignant l'anglais commercial dans une école de secrétariat . M Travers quand il évoquait cette période de la vie de sa femme avant leur rencontre en parlait comme d'une épreuve presque comparable au bagne, que pourrait à peine compenser une vie entière d'un confort qu'il était heureux de procurer.
Mme Travers elle-même n'en parlait pas du tout de cette façon.

 

Réaction de Grace après avoir vu Elizabeth Taylor dans « Le père de la mariée »:

Grace ne pouvait expliquer ni tout à fait comprendre que ce n'était pas de la jalousie qu'elle éprouvait , en définitive, c'était de la rage. Et pas parce qu'il lui était impossible de courir les magasins ou de s'habiller comme ça. C'était parce que les filles étaient censées ressembler à ça. C'était ainsi que les hommes -les gens , tout le monde- pensaient qu'elles devaient être. Belles, adorables, gâtées, égoïstes , avec un pois chiche à la place du cerveau. C'était ainsi qu'une fille devait être pour qu'on en tombe amoureux . Ensuite elle deviendrait une mère et se consacrerait tout entière à ses enfants avec une affection baveuse. Elle cesserait d'être égoïste mais garderait son pois chiche à la place du cerveau. À tout jamais.

 

Fragilité masculine:

Les femmes ont toujours quelque chose à quoi se raccrocher pour continuer. Quelque chose que les hommes n'ont pas.

 

Toujours vrai :

« Petite » Ginny est au moins aussi grande que lui et l'envie m'a démangée de le lui dire. Mais c'est extrêmement rosse de parler de taille avec un homme tant soit peu déficient dans ce domaine et je suis donc restée coite.

 

On en parle ….

« Les fanas de livres » blog que je lis régulièrement.

 

Repost 0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 19:12

 

 

 

Traduit de l'italien par Danièle VALIN

 

les raisons pour lesquelles le billet de Dominique m'a fait lire ce livre, deviendront peut-être les vôtres et vous vous précipiterez vers ce roman.
Allez, une fois n'est pas coutume, je commence par le seul point faible, selon moi, de ce ce merveilleux récit.
Je n'arrive pas trop à adhérer à un aspect des deux personnages féminins, d'une beauté telle que tous les hommes chavirent devant elles!

Leur beauté extraordinaire et leur côté femme fatale ne m'ont pas convaincue.

Mais peu importe, le roman vous emportera comme tous ceux ,et toutes celles, qui l'ont plébiscité vers le Haut-Adige ou Tyrol du sud.
Comme beaucoup, je ne savais rien de cette région offerte à l'Italie en 1918 , en compensation de la guerre 14/18, cette province autrichienne n'avait jamais été italienne .
On imagine la stupeur des habitants- de pauvres paysans montagnards- qui se trouvent confronter à un monde italien qui, hélas pour eux, devient fasciste peu de temps après!

Le choix pour les habitants devient une véritable horreur: devenir fasciste italien ou revendiquer son appartenance à l’Allemagne nazi!!

Là, je me suis dit, mais comment faire pour rester humains, simplement humain!

Le roman raconte cela et toutes les conséquences , jusqu'à l'assassinat d'Aldo Moro.
Oui, toute l'histoire de l'Italie est là devant nos yeux mais vu de cette petite région qui n'avait rien demandé à personne.

Les fils de la grand histoire se tressent avec la petite histoire de Gerda et de sa fille Eva, élevée sans père puisque l'auteur de ses jours n'a pas daigné la reconnaître, Eva est une femme libre qui mène sa vie sans rien devoir à personne sauf à sa mère qui s'est battue pour elle.

Fille mère , c'est encore un scandale en Italie dans l'Italie des années 60.
Eva traverse en train toute la botte italienne pour rejoindre celui qui aurait pu être un père pour elle: Vito , le carabinier italien qui a aimé Gerda la cuisinière tyrolienne.

Aucun personnage n'est caricatural et le bien et le mal ne sont pas toujours faciles à reconnaître.

 

Que de personnages torturés, que de violence cachée et que de souffrances, tout cela parce que cette partie du Tyrol a été offerte à une Italie qui ne la demandait pas!

 

Citations:

Aujourd'hui, un pays aux deux cultures:

Après Sterzing/Vitipendo, un peu avant de sortir à Franzensfeste/Fortezza, Carlo s'est arrêté à l'Autobahnraststätte/Autogrill et nous avons mangé un belegtes Brötchen/sandwich.Puis nous avons quitté l'Autobahn/autoroute et nous avons payé au Mautstelle/péage Dans sa Volvo qui heureusement est suédoise et ne se traduit donc ni en allemand ni en italien . Bienvenue dans le Südtirol/Alto Adige, royaume du bilinguisme.

 

L'après guerre:

Nazi,collabo,délateur,criminel de guerre, konzentrationslagerführe:ce n'étaient pas des mots mais des grenades qui n'avaient pas explosé, que l'on contournait sur la pointe des pieds , pour ne pas déclencher une détonation plus terrible, celle de la vérité.

 

La civilisation de l'argent:

Italiens,Allemands ou Autrichiens étaient tous égaux pour Paul Staggl, du moment qu'ils laissaient leur argent dans les caisses des hôtels. Il avait compris bien avant la plupart de ses compatriotes que l'argent, non seulement n'a pas d'odeur, mais n'a pas d'ethnie non plus.

 

On en parle ....

chez Mango et Dominique

 

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 16:21

 

Traduit de l'anglais (des États-Unis) par Hélène Hinfray

Avant propos de Mario Pasa

 

Si je cite l'auteur de l'avant propos , c'est qu'il raconte si bien à la fois ce livre et la personnalité de son auteur. C'est suffisamment rare pour être souligné.
Il a bien de la chance , Mario Pasa de connaître Bill Bryson, on sent, en effet, sa sympathie pour un auteur hors du commun.
Bill Bryson est un boulimique de connaissance et il sait les transmettre.
Le projet de ce livre, c'est donc à partir de sa maison , un ancien presbytère britannique , retrouver l'histoire du monde.
On apprend donc beaucoup, sinon tout, sur les briques, le fer, l'acier,le téléphone, les toilettes, la propreté , les maladies, la condition ouvrière...

On y croise des noms très connus: Eiffel, Darwin, Thomas More , Jefferson....et des noms beaucoup moins connus fort injustement.

J ai été , encore une fois, très étonnée de voir combien il est difficile e faire accepter les progrès en médecine. Deux exemples

  • le scorbut , plusieurs personnes avaient fait la relation avec l'alimentation privée de produit frais sur les navires partant pour de longs mois. Mais il y avait toujours quelqu'un pour nier l'évidence et les pauvres marins continuaient à mourir, alors qu'il suffisait de les nourrir différemment.

  • La fièvre puerpérale , très vite on s'est rendu compte que la propreté des mains et des instruments des chirurgiens avait un rapport avec la mortalité des femmes , mais avant que ces messieurs acceptent de se laver les mains avant de s'occuper d'une parturiente , il a fallu tant de morts.

Évidemment avec Bryson on ne s'ennuie jamais et on s'amuse beaucoup quand on ne se révolte pas.


Encore une fois, on voit que a condition ouvrière du début de l'ère industrielle est particulièrement horrible surtout pour les plus faibles: les femmes et les enfants.

J'ai deux petites réticences , mais qui n'ont absolument pas entaché mon plaisir.

  • J ai eu parfois une impression de redite , avec son livre , «une histoire de tout ou presque» et d'autres livres que j'ai lus , en particulier sur la condition ouvrière du XIX° siècle .

  • Le rapport de ce qu'il raconte avec les pièces de la maison est, le plus souvent, tiré par les cheveux.

 

Citations:

Je pourrai recopier tant de passages.... je n'en choisis qu'un:

De toutes façon, le christianisme a toujours été curieusement mal à l'aise avec la propreté, et la tradition a très tôt assimilé sainteté et saleté. Quand Saint Thomas Becket rendit l'âme en 1170, ceux qui firent sa toilette notèrent en termes approbateurs que ses sous-vêtements «grouillaient de vermine». Au Moyen Age, faire le vœu de ne jamais se laver était un moyen quasi infaillible de s'assurer une gloire éternelle . Beaucoup de gens, par exemple, faisaient à pied le pèlerinage d'Angleterre en Terre sainte, mais un certain moine Godric, qui l'effectua sans se débarbouiller une seule fois, ne pouvait que devenir saint Godric- c'était couru d'avance.

 

On en parle....

je n'ai pas encore lu de billets sur ce livre mais cela ne saurait tarder , je mettrai alors un lien

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 12:16

 

 

J'ai lu depuis un bon moment déjà ce roman autobiographique, mais j'ai attendu que les polémiques s'apaisent pour faire mon billet.

Je suis mal à l'aise par ce que j'entends à propos de l'auteur , on dissèque les différents protagonistes de son histoire personnelle et ça devient vraiment glauque.
Ses parents, sa mère en particulier, son village, son collège , les autres élèves , tout le monde y passe et rien ne dit ce que j'ai ressenti.

J ai cru être assommé par un énorme coup de poing, autant de souffrance , et une France aussi déshéritée , je ne le savais pas!

Et cela bouleverse pas mal de mes certitudes.

Je sais que les enfants au collège peuvent être cruels mais s'ils se transforment en tortionnaires c'est qu'il y a autre chose .
Cette autre chose , c'est la désespérance d'un milieu qui n'a que la télé comme ouverture au monde.

Et puis, il y a cette écriture, si précise et qui se met au service du ressenti de l'enfant qu'a été Édouard Louis, du temps où il s’appelait Eddy Bellegueule..

Je crois qu'il faut que tout le monde lise ce livre, à la fois pour comprendre ce que les enfants différents peuvent ressentir quand ils sont victimes du rejet , et pour savoir à tout jamais que rien n'est joué d'avance pour ce genre d'enfant.

Et puis aussi,  pour mesurer la force du rejet de l'homosexualité dans notre monde.

Je pense à tous les enseignants qui sont découragés par le déterminisme social, et bien non! aujourd'hui encore l'école de la république peut servir à se sortir de ce déterminisme.

 

Citations:

le malheur de l'enfant victime

Uniquement cette idée: ici, personne ne nous verrait, personne ne saurait. Il fallait éviter de recevoir les coups ailleurs, dans la cour devant les autres, éviter que les autres enfants ne me considèrent comme celui qui reçoit les coups. Ils auraient confirmé leurs soupçons,"Bellegueule est un pédé puisqu'il reçoit les coups" (ou l'inverse, peu importe). Je préférais donner de moi une image de garcon heureux. Je me faisais le meilleur allié du silence, et, d'une certaine manière, le complice de cette violence.

 

L'importance de la télé pour sa mère:

Quand au lycée, je vivrai seul en ville et que ma mère constatera l'absence de télévision chez moi elle pensera que je suis fou-le ton de sa voix évoquait bel et bien l'angoisse, la déstabilisation perceptible chez ceux qui se trouvent subitement confrontés à la folie "mais alors tu fous quoi si t'as pas de télé?"

 

 

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 13:11

 

Lu dans le cadre du club de lecture de ma médiathèque.

 

Livre très sympathique  qui remonte le moral. Cela n'empêche pas l'auteur de décrire notre société de façon assez triste.
Il se sert pour cela de la personnalité d'un vieil homme de plus de soixante dix ans qui refuse l'ensemble du modernisme.
Son intérêt pour la société dans laquelle il vit s'est arrêté aux années 60. Depuis plus rien ne trouve grâce à ses yeux, ni les noms des voitures qui, d'appellations  qui font rêver comme Caravelle, Dauphine, Ariane, sont passée à des mots qui ne veulent rien dire comme Scénic, ni les beauté féminines, son idéal féminin restera à jamais Grace Kelly, ni bien sûr les façons modernes de communiquer.
Lui restera pour toujours relié au monde avec un téléphone en bakélite noir avec un cadran que l'on tourne avec un doigt...

Son fils va devenir père, et le roman raconte très bien les peurs du futur père et sa joie absolue devant le bébé fragile mais dont le regard est si présent.

L’année des 6 ans du petit, le grand père le gardera un mois dans sa maison au coeur des landes. Le bonheur de ces deux être, aux deux bouts du temps de l'espace humain est touchant : ce petit fils saura séduire ce vieux grincheux , et le petit garçon aimera de toutes ses forces ce grand-père hors norme.

Toutes les peurs dans lesquelles sont élevées les enfants d'aujourd'hui sont évoquées et si on comprend les parents, on est également du côté du "grand-paria" (nom qu'il s'est choisi et qui lui va bien) , l'hyper protection dans laquelle sont élevées les enfants d'aujourd'hui, leur permettra-t-elle de grandir?

Les personnages ne sont pas idéalisés, ils sont dans leur vérité. J’ai bien aimé que la maman de l’enfant, Leila, ne succombe pas au charme du grand-père : la conversation téléphonique où le grand-père explique que l’enfant a dormi dans le même lit que lui pour ne pas avoir de cauchemars est bouleversante. Elle a peur de l’inceste, et le grand-père est totalement choqué qu’elle ait pu penser à cela.

 

Le premier chapitre démarre par une scène dans le métro absolument inoubliable, elle fera sourire les parisiens et les provinciaux qui sont si heureux de ne jamais utiliser les transports en « commun » parce qu’ils sont communs justement ! (Ce n’est pas de moi, c’est une réflexion du grand père)

 

Citations :

La télévision aujourd’hui :

Encore ignore-t-il l’existence du rap et des émissions de téléréalité. Ne m’a-t-il pas déclaré tout récemment : « un jour, tu vas voir, ils vont foutre des caméras dans une maison et filmer des crétins à ne rien faire » ? S’il savait. Je n’ose rien dire. Je n’ai jamais osé.

 

La jeunesse d’aujourd’hui vue par le grincheux :

On montre son cul, on a des anneaux dans le nez, on mange avec les doigts, on s’exprime par borborygmes, on se tape dessus au moindre désaccord, on se trémousse sur des rythmes binaires…ça ne t’évoque rien

  • Euh…
  • Moi si : l’âge des cavernes. des siècles de civilisation pour en arriver là ! Ce n’est pas triste  c’est effroyable.

 

L’opinion du grincheux sur les médecins :

 

  • Tu as vu un ophtalmo ?
  • Un type qui te regarde dans les yeux pour te prendre ton fric ? Même les femmes n’osent plus faire ça.

 

Le masculin :

Que tu dises non, non et non ! A force de ne plus être machos, vous êtes devenus manchots, ma parole, toi et les hommes de ta génération !

 

Petite leçon d’économie :

Pourquoi acheter, toujours acheter, quand on peut faire durer les choses ? Pourquoi jeter, toujours jeter, grossir les décharges, quand on peut réparer ? Tu as remarqué que les verbes « jeter » et « acheter » étaient très proches ? Cette machine, je la jette, cette machine, je l’achète, ça sonne pareil … Et voilà comment la fuite en avant continue, et vas-y que j’achète , et vas-y que je jette , et tant pis pour la planète ! En plus ça rime ! Tu vois je suis un grand poète . Un grand poète paria.

 

On en parle ....

Livre-esse, Cathulu

 

 

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 14:45

 

 

J'avoue avoir lu ce roman un peu à reculons , malgré les louanges que j'avais lues à son propos.

La première raison c'est que je n'avais pas été charmée par le précédent roman de Maylis de Kérangal «Naissance d'un pont».

La deuxième, c'est la nature même de son sujet, le don et la greffe d'organe.
Je suis le plus souvent choquée par les campagnes incitant les citoyens à manifester leur volonté de donner leurs organes s'ils se retrouvaient en état de mort cérébrale.
On insiste toujours sur le fait qu'ainsi ils peuvent sauver des vies et il y a toujours un discours culpabilisant vis à vis de eux qui ne souhaitent pas donner leurs organes.

 

Et bien ce roman prend la peine d'évoquer sans jamais juger ni donner la moindre leçon de morale , l'état de souffrance absolue des parents qui apprennent la mort cérébrale de leur fils et doivent en même temps accepter, ou non, de donner ses organes.

Toutes les questions sont bien posées et on vit au plus près l'état de sidération dans lequel sont plongés les parents de Simon.

La façon dont leur cerveau se fige à l'annonce qu'ils ne peuvent  imaginer et leur plongée dans le plus noir des cauchemars.
Ce qui rend ce roman exceptionnel, c'est le talent de Maylis de Kérangal, qui à partir de là, décrit tous les acteurs qui vont se mettre en mouvement , jusqu'à la «ré» implantation du cœur de Simon dans le corps de Claire. Tout cela se passe en moins de vingt quatre heures. Mais qui dit urgence et rapidité, n’empêche pas de sentir l'intensité du déroulement des vies celle du donneur, de ses parents, du receveur...

Cela permet à l'auteur de nous décrire plusieurs «types» de notre société . Face à la mort de ce jeune surfeur de dix neuf ans, elle rassemble, les différentes personnalités du corps médical: du prestigieux chef de service , héritier d'une dynastie de médecins parisiens, à l'infirmière du Havre aux amours compliquées.

Un petit exemple bien vu de notre époque, l'infirmière qui attend désespérément un appel d'un amoureux et qui répond au médecin chef de service en sentant les vibrations de son portable, complètement partagée entre l'envie de regarder qui l'appelle et se concentrer sur ce qu'on est en train de lui reprocher.
Notre époque vous dis-je!

Je comprends les louanges à propos de «Réparer les vivants» et je trouve qu'au delà du sujet choc , c'est un grand roman que je conseille à chacun et chacune de lire si ce n'est déjà fait.

 

Citation:

Un passage où on voit son talent à décrire des personnages ancrés dans notre société, mais aussi un bon exemple de son style, je raccourcirais volontiers certaines de ses phrases( mais pas celle -là):

La plupart comédiens sur le carreau, débutants pleins de promesses ou éternels seconds couteaux de productions télévisuelles, arpenteurs de spots publicitaires, doublures, figurants, silhouettes, courant les castings pour amasser des heures, gagner de quoi payer un loyer – le plus souvent une colocation dans un arrondissement du nord-est parisien ou de la proche banlieue-, ou reconvertis coach pour des journées de formation aux techniques de vente – à domicile ou autres-, et finissant parfois par intégrer des panels de cobayes où ils louaient leurs corps, goûteurs de yaourt, testeurs de crème hydratante ou de shampoing antipoux, expérimentateur de pilules diurétiques.

 

On en parle …

Clara et Cathulu et Kroll et bien d'autres avis intéressants sur Babelio

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 08:57

 

 

Quel plaisir de retrouver mon blog avec ce roman
J ai beaucoup lu pendant ces semaines bien occupées,tout n'est pas d'égale valeur.
J'avais eu le temps de noter ce roman d'abord chez Dominique,puis chez beaucoup d'entre vous. Je vais me joindre au chœur de celles et ceux qui se sont senties bien dans cette épopée du 20° siècle.


Épopée de la vie et de la mort.


Épopée de ceux qui ont survécu aux terribles incendies qui ont ravagé les forêts canadiennes dans les années 1910.
L écrivaine a su rendre compte de la force destructrice du feu et de la terreur qui est, à jamais, entrée dans le regard des survivants.


Épopée  des êtres si vieux qu'on voudrait les mettre à mourir tous ensemble, et qui décident de vivre leur fin de vie comme ils le veulent, libres et indépendants bien cachés au fond des bois.


Épopée d'une femme enfermée à 16 ans dans un asile psychiatrique et qui n'en ressortira qu'à 80 pour enfin vivre une vraie vie.

 

Épopée, enfin, de la narratrice, femme photographe qui réussira à monter l'exposition qui lui tenait à cœur pour rendre compte de cette période où « il pleuvait des oiseaux » au-dessus des forêts calcinées du nord canadien.

 

Si j'ai utilisé le mot "épopée", ce n'est pas pour trahir la simplicité du style ni la banalité des vies ordinaires qui font la richesse du roman, c'est que, je le pense, il y a une grandeur à savoir rendre compte du quotidien des êtres quand ils sont libres et vivent dans leur propre système de valeur.

Un roman superbe, envoûtant et profondément vrai dont j'ai littéralement savouré chaque phrase.
 

Citations:

Comme moi, je pense que tous ceux et celles qui aiment les histoires se retrouveront dans ce passage:

J'aime les histoires, j'aime qu'on me raconte une vie depuis ses débuts, toutes les circonvolutions et tous les soubresauts dans les profondeurs du temps qui font qu'une personne se retrouve soixante ans, quatre-vingts ans plus tard avec ce regard, ces mains, cette façon de vous dire que la vie a été bonne ou mauvaise.

 

Échapper au sort commun de la vieillesse:

- En deux minutes, j'avais fait mon baluchon et en route pour la Liberté !
et de s'éclater encore d'une grande salve de rires, accompagné de Charlie qui avait abandonné toute retenue et juillet d'un bon rire gras et sonore. Les deux vieillards s'amusaient comme des enfants à l'idée de ce coup asséné à toutes les travailleuses sociales de ce monde qui veulent enfermer les vieux dans des mouroirs .

 

l'euthanasie sans les lois:

Il y avait un pacte de mort entre mes p'tits vieux. Je ne dis pas suicide, ils n'aimaient pas le mot, trop lourd, trop pathétique, pour une chose qui, en fin de compte, ne les impressionne pas tellement. Ce qui leur importait, c'était d'être libres, autant dans la vie qu'à la mort, et ils avaient conclu une entente.


 

Description d'un incendie de forêt:

Le feu a des caprices qu'on ne s'explique pas. Il va sur les plus hauts sommets, arrache le bleu du ciel, se répand en rougeoiement, en gonflement, en sifflement, dieu tout-puissant, il s'élance sur tout ce qui est vivant, saute d'une rive à l'autre, s'enfonce dans les ravins gorgés d'eau, dévore les tourbières, mais laisse une vache brouter son herbe dans son rond de verdure. Que peut-on comprendre? Le feu, quand il atteint cette puissance, n'obéit qu'à lui-même .


 

L'esprit de village :

Qui Ange Polson était-elle venue embêter?
Tout le monde et personne en particulier, la réflexion de sa mère ou de la mercière , venait de ce fond inépuisable de méchanceté que les petites villes entretiennent jour après jour.


La dernière phrase qui sonne si juste et pas seulement pour ce roman.


Et la mort?
Eh bien, elle rôde encore. Il ne faut pas s'en faire avec la mort, elle rôde dans toutes les histoires.

 

On en parle :

à sauts et à Gambades , Sylire , Aifelle, Clara.....

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 19:39

 

 

Traduit de l'américain par Jean-luc PININGRE

 

 

J ai passé quatre semaine en compagnie de ce gros roman , j'avais noté cet auteur chez Cuneipage, à propos d'un autre titre que je lirai également. J'ai commencé par celui-là car il était diponible à la médiathèque.
C'est un roman exigeant et long à lire, mais jamais ennuyeux et qui peint toute la société nord-américaine aux différents stades de la vie.
De l'enfance , en passant par  l'adolescence jusqu'à  la vieillesse, tout est là avec des propos d'une justesse étonnante.
Je sais qu'un livre me restera en mémoire quand j'ai envie de noter une multitude de passages.
Les scènes dans le bar de Miles sont criantes de vérité.(Mais trop longues à recopier!)


On rit parfois, par exemple, lorsque le seul jeune américain qui n'avait pas conduit avant de prendre des leçons passe son permis au péril de la vie de l’examinateur est à mourir de rire (finalement , l'examinateur n'aura que le poignet cassé!).
On sourit souvent aux remarques douces amères sur les défauts des personnages secondaires.

Et des personnages, il y en a beaucoup certains hauts en couleur comme ce vieux prêtres complètement frapadingue qui écoute en confession des amours des uns et des autres, en se faisant passer pour son collègue.

 

Certains sont d'une humanité qui me touche comme Béa, tenancière de bar,la mère de  Jeanine, la future "ex" femme du personnage principal, qui se trompe souvent et qui préfère se fâcher contre sa mère plutôt que d'ouvrir les yeux sur ses conduites.

Et puis il y a Francine Whiting qui a provoqué le malheur de tant de gens! Elle est souvent haïssable mais finalement est-elle responsable ou victime?


Mais le roman ne se résume pas à une peinture de personnages, on a peur également car on sent une tension monter peu à peu jusqu'au dénouement et la violence d'un jeune trop cassé par la vie.


J 'aime beaucoup la personnalité du personnage principal qui se laisse tout le temps avoir à cause de sa gentillesse , il le sait mais n'arrive pas à devenir méchant.
Il accepte de servir dans son bar, l'homme qui lui a ravi sa femme , mais j'ai adoré qu'il lui casse la figure le jour où , enfin, la coupe a été trop pleine.
Tout le roman est sous-tendu par une histoire qui s'est passée du temps de l'enfance de Miles, on la découvre peu à peu et on sent que le point final ne pourra être mis que lorsque tout sera enfin éclairci.

 

Un grand roman , j ai tout aimé et aussi parce qu'il a réussi à me faire ralentir mon rythme de lecture habituel.

 

Citations:

Personnalité du gentil Miles :

Il avait suggéré à Mrs. Whiting de le remplacer, mais c'était un appareil coûteux et la vieille dame s'y était refusée tant qu'il fonctionnerait. Quand Miles était d'humeur clémente, il voulait bien se rappeler que les femmes de plus de soixante dix ans n'aimaient pas qu'on leur parle d'une machine âgée, épuisée, qui avait déjà duré plus que leur espérance normale de vie. Lorsqu'il était d'humeur moins charitable, il soupçonnait son employeur de faire coïncider l'obsolescence de tout le matériel -le Hobart, le fourneau Garland, le Grimm, le Mixer à milk-shake, avec son propre décès, minimisant ainsi sa générosité

 

L'humour de l'adolescente :

La seule bonne chose qu'ait apportée la séparation de ses parents, avait déclaré Tick, était qu'au moins elle n'avait plus besoin d'aller à l'église, maintenant que sa mère avait troqué la religion catholique contre l'aérobic.

 

Les disputes dans le couple:

Pour Miles un des grands mystères du mariage était qu' on disait à chaque fois les choses avant de comprendre qu'il aurait fallu se taire.

 

Un dicton à méditer:

Qui veut s'entendre avec ses voisins met une clôture à son jardin.

 

Humour de Miles:

A chaque fois que Max l'emmenait en voiture, Miles ressentait une profonde parenté avec tout être vivant incapable de courir plus vite que son père ne conduisait, à savoir -les guépards étant rares dans l'état du Maine- à peu près tous.

 

Un personnage vraiment radin et antipathique :

Walt avait même dû emprunter pour payer l'alliance et les deux jours de lune de miel foireuse sur la côte, au cours desquels, si Jeanine avait eu un cerveau, elle aurait pu comprendre pourquoi il aimait tant faire l'amour avec elle. Parce que ça ne lui coûtait rien

 

Je trouve cette phrase particulièrement juste :

Ce n'est pas parce que les les choses arrivent progressivement qu'on est prête à les vivre. Quand ça urge , l'esprit s'attend à toutes sortes de mouvements brusques , et on sait que la vitesse est un atout. La "lenteur" , qui fonctionne sur un mode totalement différent , donne à tort l'impression d'avoir le temps de se préparer, ce qui occulte une réalité fondamentale , à savoir que les choses peuvent sembler particulièrement lentes, on sera toujours plus lent soi-même.

 

On en parle....

voir Babelio

 

 

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard