Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:40

 

Traduit de l'anglais par: Josée Kamoun.

 

Lu dans le cadre du club de lecture de ma médiathèque.

 

 

Autour de l'exposition de Bruxelles , Jonathan Coe tisse ses habituelles réflexions sur les rapports humains.

Tout se passe en distance et sans heurts , là où il pourrait y avoir un roman d'espionnage palpitant , une histoire d'amour torride, une naissance illégitime, on a une agréable partie de campagne , des grandes vacances d'un intellectuel anglais pas très amoureux de sa femme et attiré par des jeunes femmes en particulier un jolie hôtesse belge.

Le roman se lit facilement et ne manque pas d'humour , mais on n'est jamais passionné.
On se dit aussi que Jonathan Coe n 'aurait vraiment rien à faire d'un lectorat passionné.

C'est agréable à lire aussi , pour la nostalgie d'une époque où l'on avait toute confiance dans le progrès scientifique: heureux temps où l'on croyait que l'atome allait résoudre tous les problèmes de la vie sur terre.

Mais c'est aussi la guerre froide, et la tentation d'une autre vie possible en URRS, et petit détail qui m'a étonné, la Belgique avait invité des Congolais pour montrer leur artisanat local, ils ne sont pas restés longtemps car ils se sont sentis comme des animaux de Zoo, on les comprend!.

Un bon moment de lecture mais un peu fade à mon goût.

 

Citations:

Humour, idée pour la participation britannique à l'exposition de 1958 , idée qui n'a pas été retenue , on se demande pourquoi!!


Nous faisons tous la petite et la grosse commission, Sir John, même vous! Nous pouvons bien répugner à en parler, répugner à y penser même, mais il y a de longues années, quelqu'un y a pensé, il a poussé-poussé, si j'ose dire... la réflexion, et le résultat, c'est que nous pouvons depuis faire notre grosse commission en toute hygiène et sans honte, et que le pays entier, que dis-je, et le monde entier, ne s'en porte que mieux. Alors pourquoi ne pas rendre hommage à cette réussite? Pourquoi ne pas célébrer le fait que, outre qu'ils ont conquis la moitié du globe, les Britanniques ont livré une bataille historique contre leur grosse commission et qu'ils l'ont remportée.

 

Genre de préjugé que revèle cette exposition dite universelle :

Le fait est que ces Belges sont plus andouilles que nature, ils connaissent rien à la bière, et, d'ailleurs rien à rien.

 

On en parle ….

Clara et d'autre avis sur Babelio

 

Repost 0

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard