Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:21

 

J ai suivi l'enthousiasme d'Aifelle et j'ai acheté cet essai .Malheureusement, je l'ai acheté sur ma liseuse et je ne peux donc l'envoyer à personne car je ne peux pas dire que j'ai été très intéressée par les mémoires de cette femme hors du commun et ce livre n'aurait certainement pas encombré les rayons de ma bibliothèque.

Oui , sa vie est extraordinaire mais la sécheresse de sa plume a bien du mal à nous en rendre compte.
Elle écrit qu'elle a rédigé ses mémoires trop tard , c'est l'excuse que je lui accorde volontiers . Trop tard sans doute pour nous permettre de revivre avec elle les angoisses d'une jeune fille juive dans les années de guerre de l'Allemagne nazie.

Son histoire est stupéfiante, son père belge décide en 1939 de faire vivre sa famille en Allemagne alors que sa femme est juive . Tout le monde lui dit de ne pas accomplir cette folie et sa femme de milieu très aisé et de nationalité américaine décide d 'y aller.

Tout est incroyable dans cette histoire dont je ne doute pas de la véracité, sa mère s'est décidée ainsi à partir en Allemagne:

«En désespoir de cause , ma mère se livra à une véritable partie de poker. Elle consentirai à le suivre à une condition: qu'il (son mari) révèle à ses correspondants allemands l'origine juive de sa femme. Mon père accepta. Ma mère nourrissait le fol espoir que les Allemands mis au courant renonceraient au projet de nous faire venir en Allemagne . Ils enregistrèrent l'information , sans modifier leur proposition.».

Une fois en Allemagne , la vie est difficile et surtout ils ont faim , les persécutions anti juives , elle ne les voit pas et même s'ils ont peur ,cela ne les empêche pas de mener une vie à peu près normale.
Rien de l'ambiance étouffante que décrivent si bien les témoignages des rares juifs ayant survécu au nazisme .
C'est un pays triste et où l'on a faim , soumis à des bombardements intensifs.

Ils espèrent la victoire des alliés et se retrouvent aux USA avec leur famille sauf le père qui restera à Bruxelles.
Sa vie aux US est facile mais elle n'arrivera pas à se sentir américaine dans ces banlieues trop propres où elle s'ennuie. Il y a là, quelques remarques qui m'ont intéressée.

Bref un livre fade pour une vie qui ne l'a pas été.


 

Citations:

Le mal de mer (je connais quelqu'un qui répondrait oui à cette interrogation)

Nous courions toute la journée pour trouver les personnes et recueillir les informations, n'avions jamais le mal de mer. Se peut-il qu'une activité intense vous en protège.


 

Incommunicabilité des témoignages, et pour elle il ne s'agit que des privations pas des camps de la mort dont elle ne parle pas.

J'ai vite compris que je n'arriverai pas à communiquer mon expérience , qu'il fallait que j'accepte ce fossé qui me séparait d'une partie de l'humanité incapable d'imaginer les horreurs et les privations de la guerre.

 


 


 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 14:21


Comme le titre l'indique l'historienne spécialiste de la révolution française, Mona Ozouf raconte son enfance bretonne , sa double appartenance:
                                            - à la lutte pour la reconnaissance à l'identité bretonne à travers le combat de son père.
                                              - à l'école publique et républicaine par sa mère et son propre plaisir d'être une bonne élève.
Ces deux premières parties sont très intéressantes et agréables à lire.
Ensuite elle explique son engagement intellectuel, ses lectures et sa compréhension des idées politiques qui ont construit la France. La lecture devient alors beaucoup plus difficile, les idées sont intéressantes mais ce n'est plus du tout le même livre, on quitte le récit pour un débat d'idées un peu long et froid.

Citations
Les hommes selon lui (Jules Ferry)  , doivent être laissés libres d'errer, car la liberté, fût-elle payée par l'erreur, est plus désirable que le bien.

Jamais sans sa coiffe. L'attacher est son premier geste du matin, bien avant l'éveil de la maisonnée.

Son souci constant est la dignité .. sa règle morale essentielle est de ne jamais se mettre dans une situation telle qu'on puisse en avoir honte. "Gand var vez" , "avec la honte" est l'expression qui, pour elle englobe tout ce qu'il est inconvenant de faire et même de penser.

Trois pélerinages, donc, qui résumaient assez bien les trois lots de croyances avec lesquelles il me fallait vivre : la foi chrétienne de nos ancêtres, la foi bretonne de la maison, la foi de l'école dans la raison républicaine.




Repost 0

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard