Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 12:58

 

 

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Camille Lavacourt

 

Ce roman a croisé ma route cet été, il a représenté un très bon moment de lecture.
J'en avais lu une bonnes critique chez Clara .

Je vais joindre ma voix au concert de louanges malgré une réserve.
Je rappelle brièvement le sujet : une grand-mère , bientôt arrière grand mère attend sa famille dans sa maison de vacances avec accès direct sur la plage .

 

Toute sa vie Alice se reproche la mort accidentelle de sa jeune sœur, Mary. Un incendie lors d'un  bal donné en l'honneur des soldats partant pour la guerre 39/45 a vu périr   de nombreuses personnes  brûlées vives ou piétinées, comme la trop fragile et tendre Mary, par une foule paniquée.

 

On sait dès le début du roman qu'Alice , veuve et quelque peu acariâtre, veut donner sa propriété à l'église, lieu où elle a trouvé du réconfort toute sa vie.

Ses enfants ne sont pas au courant des projets pour la maison à laquelle ils sont, pour certains d'entre eux, très attachés.


C'est un roman à plusieurs voix, Alice , Kathleen sa fille, Anne-Marie la belle fille parfaite et Maggie la petite fille bientôt mère alors qu'elle vient de rompre avec son petit ami.

Ce qui rend ce roman attachant, c'est l'analyse de plus en plus précise des relations familiales à travers le 20° siècle.
La description des charmes d'une maison de vacances au bord de la mer où les enfants , puis les cousins et cousines se retrouvent tous les étés me rappellent de bons souvenirs.


La passion de la belle-fille , parfaite femme au foyer, pour la construction des maisons de poupées, m'a fait sourire et  penser à toutes les œuvres décorant certaines maisons : encadrements, broderies, patchworks , tapisseries.....

Un beau roman de vacances , malgré l'aspect parfois caricatural des différentes personnalités.

 

 

 

Citations :

Les joies des réunions de famille:

A Thanksgiving , l'année d'avant , Kitty et Alice en étaient presque venues aux mains après une dispute sur le poids que devait avoir une dinde pour nourrir vingt personnes. Elle n'avait plus adressé la parole à Kitty depuis. Ni à son frère pour le punir d'avoir épousé un tel monstre.

Passion d'une femme au foyer, les maisons de poupées:

Minnie's Minis de Staffordshire, proposait de superbes gâteaux miniatures avec un glaçage très proche de la vraie pâte d'amandes , des cerises en céramique sur le dessus , chacune pas plus grosse qu'une tête d'épingle . On pouvait même enlever une part de gâteau pour apercevoir le chocolat et le coulis de cerise à l'intérieur.

 

L'importance de l'égise:

 

L'église était comme une scène pour Alice, l'endroit où elle se tenait bien, où les autres la voyait telle qu'elle voulait être vue.

 

Et la citation que j'adore , celle qui m'avait fait noter ce roman chez Clara:

Passé un certain stade , vous ne vous inquiétez plus pour vos rides et vos bourrelets. Vous refusez de rentrer votre ventre au moment où vous tentez d'avoir un orgasme.

 

 

 

On en parle … Clara, Cathulu, Cuné, Brize

et Keisha

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans romans américains
commenter cet article

commentaires

jerome 16/08/2014 08:43

Je viens de le terminer. Je trouve aussi les portraits de femmes très caricaturaux mais je me suis quand même laissé emporter, c'est un roman qui se lit tout seul.

luocine 16/08/2014 09:27

En très peu de mots tu dis exactement ce que je pense. Et puis , avec le temps on se rend compte qu'il ne reste pas tant d'impressions de cette lecture .On a "tourné les pages" et passé un bon moment.
Luocine

krol 15/08/2014 22:48

Ce roman me fait de l'oeil sur beaucoup de blogs. Il faudra bien un jour que je le lise...

luocine 16/08/2014 00:37

Méfie toi du côté un peu caricatural des personnages. Sinon c'est un bon roman
Luocine

Athalie 15/08/2014 14:34

L'aspect caricatural des personnages m'avait déjà dérangée dans "Les filles de l'ouragan" de la même auteure, je vais passer ce roman d'été là ... Pour les grands espaces et tout, tu as tenté les titres de chez Gallmeister ? Je pense surtout à "Lonesome dove", un de mes chouchous ...

luocine 15/08/2014 15:14

je ne connaissais pas mais je vais aller voir s'il existe dans ma bibliothèque merci
tu peux passer ce roman, mais tu vois qu'il a beaucoup plu à des blogueuses amies
Luocine

keisha 14/08/2014 20:13

J'ai aimé (http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2013/07/maine-etrange-passion.html) et la couverture était plus jolie, je pense...

luocine 14/08/2014 22:08

je vais le mettre en lien
Luocine

clara 14/08/2014 18:34

Le meilleur de cette auteure je trouve ! A force de lire des romans avec ce contexte, c'est vrai qu'on est plus "exigeant"..

luocine 14/08/2014 20:03

je suis bien d'accord!
Luocine

Dominique 14/08/2014 17:06

je comprends bien ton commentaire et le côté attachant de ce genre de roman mais avec le temps j'ai de plus en plus de mal à les lire, je n'arrive plus à m'intéresser aux conflits familiaux, aux imbroglios entre les différents membres d'une famille, bref je cale

luocine 14/08/2014 17:37

et oui, un grand nombre de romans me déçoivent un peu, sans pour autant me déplaire.
Les États-Unis m'avaient habituée à des romans qui m'emportaient dans un souffle (noir, ou épique) servi par de grands espaces que je peine à retrouver dans les œuvres d'aujourd'hui.
Mais voilà , c'est un bon roman d'été

Luocine

Céline 14/08/2014 15:31

J'ai vraiment bien aimé ce roman malgré quelques longueurs peut-être. Les relations intergénérationnelles sont finement décrites je trouve !

luocine 14/08/2014 15:54

moi aussi , comme je le dis un rien caricatural
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard