Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 22:12

 

 

 

 

Photo prise sur son site que je vous recommande même s'il est très fouilli http://www.volkovitch.com/

 

 

Après avoir lu les blabla de Michel Volkovitch, plus jamais vous n'oublierez de mettre le nom du traducteur quand vous présenterez un livre étranger.

 

 

Je suis arrivée vers ce livre grâce à un commentaire après le billet de Dominique à propos du livre «Poésie du Gérondif» de Jean-Pierre Minaudier , un des commentaires disait que dans le genre , les livres de Michel Volkovitch était bien meilleur.

Comme je possède la liseuse Kindle, j'ai pu pour une somme modique acheter cet ouvrage et le moins que je puisse dire c'est que je me suis régalée .

 


 

Toutes les réflexions à propos de son métier sont passionnantes.

Traduire, c'est à la fois se mettre au service d'une œuvre , se l'approprier et la retranscrire dans une autre langue.

Commençons par son auto portrait:

«Pour le traducteur disons plutôt: sans humilité on ne va nulle part. Sans orgueil on ne va pas loin.
Certains écrivains ne sont présents qu'à eux mêmes . Le traducteur un écrivain qui écoute.
Peut-on bien traduire sans être généreux?»

 

Je n'avais jamais pensé à quel point le rythme et les sonorités pouvaient avoir une telle importance.
Bien sûr Michel Volkovitch traduit souvent de la poésie, mais cela est vrai aussi pour la prose, il en donne des exemples très parlants.

Son livre est rempli de détails amusants . Comment par exemple utiliser l'image d'une femme mante religieuse en portugais , quand on sait que dans cette langue l'animal est surtout symbole de fragilité et de l'éphémère?

J ai beaucoup aimé, également la façon dont il se moque des débats des universitaires à propos des différentes théories de la traduction.
J 'y ai retrouvé tous les travers que je connais trop bien des enseignants intolérants et enragés dès qu'il s'agit de prétentions intellectuelles .

Comme lui, j'ai souvent pensé que: «S'il n'est pas un peu théoricien le praticien n'ira pas loin. Mais s'il n'est pas un un peu praticien , le théoricien n'ira nulle part.»

Hélas! ces théoriciens remplissent les discussions entre universitaires français.

 

La langue qui lui semble le plus difficile à traduire c'est l'anglais. Le français semblent souvent fade et plat à côté des formules rapides et incisives anglaises. Il dit que «sur le plan de la nervosité et du swing, l'anglais est la reine des langues et le français traîne derrière en s’essoufflant.»

 

A propos des différentes versions et de la censure voici le genre de détails qui me font éclater de rire:

«La véritable apologie de Socrate de Costas Varnalis, dans une version anglaise de 1955 le grec dit «Ils s'enivrent et se roulent dans leur vomi». L 'anglais:«..ils se roulent dans la boue». Le grec: «ils se curent le nez et collent la morve sous leur siège». L'anglais: «Ils se raclent la gorge».

 

 

 

 


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un livre pas cher en numérique, c'est à retenir !
Répondre
L
c'est un grand plaisir de lecture et on comprend beaucoup à propos de la traduction
K
Il me semble très intéressant ce livre !
Répondre
L
Oui et il donne le moral c'est beaucoup en ce moment<br /> Luocine
K
J'ai eu la chance de suivre les cours d'expression française de Michel Volkovitch en Master. Cet homme est une perle et un artiste de la langue. Et je ne savais même pas qu'il avait écrit ce livre... nouvelle lecture en vue !
Répondre
L
Je suis jalouse à un point tu n'as pas idée , entendre un homme aussi humain et aussi cultivé cela doit être un réel plaisir<br /> Luocine
A
Il a l'air assez irrésistible ce livre, alors ne résistons pas ;-)
Répondre
L
non ne pas résister à la joie de vivre et à l'intelligence<br /> Luocine
D
j'ai beaucoup parcouru son blog à la suite de sa présence en librairie pour un livre grec et je me suis beaucoup amusée et bien sûr je suis repartie avec une liste de livres longue comme le bras
Répondre
L
voilà quelqu'un que tu vas faire aimer à ton tour , j'attends ton billet plein d ebelles images<br /> Luocine
C
Oh la la, magnifique ! Tu as trouvé une perle ! Je vais lire ça avec gourmandise :)
Répondre
L
oui j'en suis certaine , il est vivant et drôle<br /> Luocine
K
Oh mais je veux le lire, il me le faut! Je comprends maintenant ton commentaire chez moi (OK, je me suis réveillée trop tôt), j'y parlais aussi du dernier tiers de Comment j'ai appris à lire de Desarthe (épatantes pages sur la traduction). Tu connais aussi sans doute Le poisson et le bananier;<br /> Quant à moi, sauf oubli involontaire, j'indique le nom du ou des traducteurs des livres chroniqués sur mon blog, je suis sensible à leur travail!
Répondre
L
je lirai le Desarthe que tu conseilles . Michel Volkovitch est une mine de plaisirs et de vie!<br /> Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard