Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 21:09

 

Un livre très intéressant sur un sujet contemporain : La douleur d'une famille estonienne .
L’Estonie a été traversée par l'occupation soviétique, nazie puis à nouveau soviétique.
On peut facilement imaginer les différentes strates de souffrances que de telles tragédies peuvent laisser dans une famille.

Le roman nous permet de comprendre le drame de ce pays tout en suivant le destin d'une jeune femme qui cherche à se libérer du poids du passé familial.
Ce roman est à deux voix , celle de la jeune femme vivant en France confrontée à la mort d'une grand mère toute puissante et détentrice de la cohésion familiale.
Et celle d'une femme du goulag condamnée à 20 ans dans un camps de Sibérie qui demande sans cesse des nouvelles de son petit garçon laissée à la garde de cette grand-mère.

Tout de suite on soupçonne , cet enfant d'être le père de la jeune fille , mais est ce la vérité?

Où est-elle d'ailleurs la vérité et à qui fait-elle du bien?

Le roman ne donne pas la clé , on aimerait que cette jeune femme se lance dans la vie , mais le passé estonien lui colle à la peau et envahit ses rêves en les transformant en cauchemars .
C'est un beau et triste roman, écrit d'un façon très lyrique , j ai beaucoup aimé la langue de cette jeune écrivaine . Je lui trouve une forme d’exotisme très agréable à lire.

 

Citations :

J ai aimé , pour des raisons toutes personnelles , ce passage:

Une maison en désordre est une maison qui vit. Peu après avoir signé le registre des mariages, Kersti découvrit que prendre un époux équivalait à s'enterrer vivante. L'ordre de papa la rendait folle. Elle ouvrait le placard, jetait les gilets et les robes au sol en faisant cliqueter l'aluminium des cintres; saisissait à pleine main des tas de partitions qu'elle laissait tomber en pluie et mélangeait ensuite du pied pour qu'elles soient de nouveau dans un désordre parfait.

 

Et ce passage me fait penser à quelqu'un:

En rentrant de l école , je déplaçais toutes nos affaires, dépliais et repliais les vêtements en commençant par ceux de maman que j étalais d'abord soigneusement sur le lit, avant de les redisposer en une pile dont l'ordre variait selon les jours , le lundi le rouge en bas, le noir en haut, le jeudi le noir en bas, le bleu en haut. .... Je découvris que le rangement n'a pas pour but d'organiser l'espace, ni de lutter contre le trop-plein d'objets, mais de mettre de l'ordre dans le vide, de tendre des filets au dessus du précipice abyssal de la vie.

 

Explication du titre:

Comme si, dans les comptes du Tout-Puissant , dans l'arithmétique des Dieux, le nombre des morts et des vivants avait été fixé d'avance et que la sauvegarde d'un être humain y avait pour corollaire le sacrifice d'un autre.

 

Les souffrances des hommes face aux régimes politiques:

Après la guerre, en URSS, on nous a appris que le passé n'avait pas existé, que le présent non plus n'existait pas, du moins pas comme nous le croyions, et que nous mêmes n'avions pas le droit d'exister. Certains ont bien retenu la leçon, d'autres ont fait semblant, et quelques uns s'en fichaient éperdument. Je crois qu'Ilmar a si bien retenu la leçon qu'il n'osait plus savoir ce qu'il ressentait, ce qu'il était, ni ce qu'il avait fait, il savait seulement ce qu'il devait ressentir, c'est-a-dire, la culpabilité. C'était le propre de l'époque : ceux qui avaient souffert avaient honte d'être des victimes, et ceux qui n'avaient pas souffert avaient honte , par ce fait même, d'appartenir au clan des bourreaux. Seuls ceux qui commettaient les véritables crimes n'éprouvaient pas de culpabilité car, à la place de la conscience, ils avaient le pouvoir et ils dictaient ce qu'on devait penser. Notre époque elle-même était coupable, mais c'étaient les hommes qui vivaient dedans qui portaient le poids de la culpabilité.

 

 

On en parle...

Lolalit

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Aifelle 30/08/2014 06:19

J'ai envie de la lire, mais je commencerai par "un roman estonien". Il est à la bibliothèque.

luocine 30/08/2014 13:26

je lirai son premier roman à l'occasion
je ne peux que te recommander celui-là
Luocine

jerome 29/08/2014 17:26

J'ai un peu peur du "très lyrique" mais l'Estonie est un pays dont on parle peut en littérature donc ça m'intéresse.

luocine 29/08/2014 21:43

je ne pas su définir son style, il y a une forme de poésie "slave" très particulière que j'aime beaucoup , c'est important pour ce roman car elle recherche ses racines et qu'elle les trouve dans l'écriture .
Luocine

Dominique 29/08/2014 10:44

super ses deux romans sont dispos

luocine 29/08/2014 10:48

alors un jour je lirai tes commentaires
Luocine

Dominique 29/08/2014 10:41

Ici c'est le pays qui m'attire, j'aime cette région d'Europe et je suis toujours friande d'en savoir plus
C'est noté

luocine 29/08/2014 10:48

Et je pense que tu apprécieras l'écriture.
Luocine

Céline 29/08/2014 10:02

Ce roman a l'air très beau en effet, mais emprunt de tristesse.

luocine 29/08/2014 10:47

Oui, évidemment mais cela ne va pas vers l'horreur , comme "Purge" par exemple que j'ai beaucoup apprécié mais qui était insoutenable .
Luocine

maggie 29/08/2014 08:00

Je ne connaissais pas du tout mais tu m'as donné envie de le lire !

luocine 29/08/2014 09:40

J'espère bien, il vaut vraiment la peine.
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard