Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 13:20

http://images.telerama.fr//medias/2010/01/media_51130/kim-thuy-ru,M31793.jpg

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img682.imageshack.us/img682/3810/dsc00721320x200.jpg Comment transmettre la mémoire de l’horreur ? Nguyên An Tinh, narratrice très proche de l’auteure a fui, sur un boat-people, le Vietnam communiste.

Elle nous livre des moments de sa vie, des fragments de sa mémoire. Une odeur, un bruit, un mot entraîne un nouveau souvenir. Monsieur Vinh grand chirurgien de Saigon, a confié ses cinq enfants,  à cinq bateaux différents,  essayant ainsi de multiplier les chances qu’au moins un d’entre eux survive. Ils survivront tous,  lui deviendra balayeur de rue à sa sortie de prison. « Prison » ce mot  ramène l'auteure à une autre prison, celle de l’autisme où son fils, Henry, est enfermé pour toujours.

On a déjà entendu à peu près toutes les horreurs par lesquelles, elle et ses proches sont passés. Comme ce Monsieur An ancien juge de Saigon qui croit sa mort arrivée car, ce jour-là,  un garde l’oblige à sortir des  rangs des prisonniers, à s’agenouiller, lui met le pistolet sur la tempe, tire …. Il n’y avait pas de balle dans le chargeur. Monsieur An ne sera plus jamais le même, et il se souviendra toute sa vie des nuances des bleus du ciel du jour où ...


Van Thùy a réussi à nous transmettre l’horreur qu’elle porte en elle. Et pourtant ce livre reste léger et pudique. Même quand elle décrit la prostitution des jeunes, voire des enfants. C’est la force de ce livre, il n’y a jamais aucun mélodrame et pourtant quelle trace il laisse dans notre mémoire !!

 Je pense que chaque lecteur portera en lui un moment de sa mémoire, pour moi c’est l’hommage qu’elle rend aux femmes du Vietnam.

Quand j’ai refermé ce livre, je me suis demandée pourquoi elle était retournée dans ce pays , et, est-ce qu’un jour le Vietnam deviendra une démocratie .


La relecture de ce livre pour notre Prix du club de lecture m'a encore plus subjuguée que la première fois. Je n'ai pas compris pourquoi je ne lui avais pas mis 5 coquillages , et surtout ai-je assez insisté sur le style de Kim Thuy ? Elle écrit à la perfection dans  une langue proche de la poésie, très personnelle et si facile à adopter par tout le monde.


 

Citations :

Proverbe vietnamien :

La vie est un combat où la tristesse entraîne la défaite.


 Mon passage :


On oublie souvent l’existence de toutes ces femmes qui ont porté le Vietnam sur leur dos pendant que leur mari et leurs fils portaient les armes sur  le leur. On les oublie parce que sous leur chapeau conique, elles ne  regardaient pas le ciel. Elles attendaient seulement que le soleil tombe sur elles pour pouvoir s’évanouir plutôt que s’endormir. Si elles avaient pris le temps de laisser le sommeil venir à elles, elles se seraient imaginé leurs fils réduits en mille morceaux ou le corps de leur mari flottant sur une rivière telle une épave. Les esclaves d’Amérique savaient chanter leur peine dans les champs de coton. Ces femmes, elles, laissaient leur tristesse grandir dans les chambres de leur cœur. Elles s’alourdissaient tellement de toutes ces douleurs qu’elles ne pouvaient plus redresser leur échine arquée, ployée sous le poids de leur tristesse.

 

On en parle ...

link

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Minou 18/11/2011 20:33

Je l'ai lu aujourd'hui et ai été moi aussi conquise, bien que je n'aie pas su en parler aussi bien dans mon article : j'ai eu du mal à mettre des mots sur mon ressenti et sur la marque que ce livre
laissera en moi. Cet avis le fait en partie, j'y retrouve notamment ce que je pense du style de cette auteure: léger et pudique, extrêmement délicat.

Luocine 23/11/2011 11:14



cela fait toujours plaisir de partager un bon moment de lecture


Luocine



Librivore 14/05/2010 17:47


J'ai beaucoup aimé moi aussi ce roman, cette écriture poétique, cette légèreté grave.(j'ai mis un lien vers votre article, c'est comme un partage de lecture))


é Luocinehttp://appshopper.com/games/babel-risingi 14/05/2010 18:39



merci pour le lien, nous avons lu ce livre dans le cadre du club de lecture, il a fait l'unanimité moins une voix , une lectrice a eu du mal avec le côté décousu. Nous n'étions absolument pas
d'accord avec elle.


 


Amicalement



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard