Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 11:07

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5179JH5ki7L._SL500_AA300_.jpg

 

traduit de l'anglais américain par  Éric Chédaille

Cadeau des édition Christian Bourgeois

 

http://img295.imageshack.us/img295/6397/dsc00724p.jpg Tenir un blog, toutes celles qui le font savent à quel point c’est un plaisir.  Essentiellement, celui de pouvoir dire pourquoi on apprécie tel ou tel livre. Comme le monde des blogs est très vaste, nos avis se croisent et nous permettent d’affiner nos impressions.
Il est un autre plaisir, celui de recevoir en cadeau un livre pour en faire la chronique.

Les choses alors se compliquent ; a-t-on le droit de critiquer un cadeau ?
Je dois d’abord dire merci aux éditions « Christian Bourgeois » de m’avoir envoyé ce roman. Et je précise bien que je suis lectrice, non pas critique littéraire.

Toutes ces précautions prises, je dois dire que je n’ai qu’à moitié apprécié ce roman.
Deux thèmes se croisent, un amour pour un trop beau pilote qui s’avère être un homme à femmes, et une épidémie mystérieuse qui coupe peu à peu l’Amérique des autres pays et des bases de sa propre civilisation.

Si vous voulez connaître toutes les peurs des Américains ce roman vous éclairera

-         Peur d’être rejeté par le reste du monde.

-         Peur de ne pas être aimé.

-         Peur de ne plus avoir le confort du monde moderne.

-         Peur de la maladie.

-         Peur de la pollution.

-          Peur d’autrui….

 

Le thème du retour au monde primitif a été maintes fois traité, il n’y a rien d’original dans ce roman. Par contre, la découverte  de la vraie personnalité de son bel amour aurait pu être un bon ressort si, dès le début, on ne devinait pas que ce bellâtre n’allait pas tenir ses promesses.
D’abord, dans un roman américain d’aujourd’hui, écrit par une femme les hommes ne peuvent pas avoir un beau rôle, ici c’est presqu’une caricature : ils meurent, ils disparaissent, ils fuient !!

Ce qui m’a le plus intéressée,  c’est la transformation de l’adolescente révoltée stupide en une vraie personnalité. Ce n’était peut-être pas la peine d’imaginer une épidémie de peste pour ce résultat.

Je n’ai pas trouvé de blogs parlant de ce livre mais quelques sites, ils vantent l’écriture de cette écrivaine, comme je ne l’ai pas lu en anglais c’est difficile de juger. J’ai trouvé que ce roman était très lent,  plat, sans montée  réelle vers l’angoisse de la mort et que ce défaut n’était pas contrebalancé par  la peinture, critique ou positive  du quotidien d’une famille américaine.
C’est le principal reproche  que je ferai : « En un monde parfait » décrit la vie de tous les jours à travers une passion puis  d’une rupture amoureuse, autour de ces personnages rôde une terrible épidémie, mais on n’a jamais peur, tout finit par se solutionner.

Il y a bien quelques morts, surtout des hommes, sans pour autant de montée dans l’angoisse.

 

J’espère que d’autres lectrices vont me contredire. Bonne chance à ce roman !

 

 

Citations :


D’une demoiselle d’honneur elle possédait les jambes galbées, la taille de guêpe, les cheveux blonds retombant sur les épaules... Elle avait porté du satin vert et de la mousseline jaune et quelque chose de rose et d’empesé… 

 

Certains des cyclistes arboraient le désormais familier drapeau américain frappé d’un gros X noir.

À présent, tout le monde haïssait, semblait-il les Etats-Unis. Ce pays qui avait, durant des dizaines d’années, saccagé l’environnement avec ses grosses voitures et ses interventions armées, voulait maintenant étendre son épidémie au reste de la planète.

Yankee go home

US not welcome



Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur américain
commenter cet article

commentaires

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard