Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 10:14

http://www.bibliosurf.com/local/cache-vignettes/L164xH250/arton18982-d48da.jpg

 

traduit de l’anglais par Brice Matthieussent

 

Club de lecture

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Jim Harrison a un véritable talent : celui de nous entraîner dans un ailleurs  fait de grands espaces, d’une nature superbe, grandiose, majestueuse et parfois dangereuse.

Je dois avouer que je n’ai lu que la première des trois nouvelles. Cela ne veut absolument rien dire pour la qualité des autres, simplement, j’ai du mal à lire des nouvelles du même auteur à la suite, ce sont trois univers différents qui demandent à chaque fois un effort pour entrer dans le monde mental des personnages. Elles sont liées par un cadre somptueux mais ça ne suffit pas. Ce livre étant au programme de lecture de notre club, je ne peux pas le garder trop longtemps, je reviendrai donc, vers ce recueil à un autre moment.
La première nouvelle « La fille du fermier » est très belle, toute l’Amérique est présente dans ce récit : le retour à la nature de parents qui ne pensent pas beaucoup au bien-être de leur enfant. La personnalité d’un vieil homme qui arrivera à capter l’affection de la petite fille, les adolescents qui s’ennuient dans cette « belle » nature, et la violence d’un sale pervers. Jai été captivée par le cheminement de Sarah qui passe du désir légitime de vengeance qui risque de la détruire encore plus, à une « re »construction plus riche de sa personnalité.

La fin est quand même très romanesque on a dû mal à croire à son amour…. mais, pourquoi pas ?  Plus long qu’une nouvelle C’est un petit roman qui se termine bien. (Trop bien ?)

 

Citations :

 

Son père parlait peu, et sa mère, tout occupée à trouver ce qu’elle allait répondre, n’écoutait pas.

 

N’ayant jamais appris à s’apitoyer  sur les autres, elle n’éprouvait aucune pitié sur elle-même.

 

Elle sombra dans la dépression et Franck la conduisit chez un médecin d’Helena, à cent soixante kilomètres  de chez eux, lequel lui prescrivit du Valium, très populaire chez les épouses de fermiers.

 

On en parle....

Fata Morgana

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur américain
commenter cet article

commentaires

Chamane51 27/11/2010 09:35


Oui c'est vrai Jim Harrison est toujours aussi excellent dans ce livre. J'ai bien aimé, pour ma part, Un bon jour pour mourrir également :
http://chamane51.skyrock.com/2834171648-Un-bon-jour-pour-mourir-de-Jim-Harrison.html


Luocine 27/11/2010 10:20



j'ai lu avec grand plaisir votre article , je lirai ce livre à l'occasion.


merci pour votre commentaire


Amicalement


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard