Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 11:01

 

 

 

 

 

 

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Adélaïde Pralon

 

 

 

Il est des livres qui touchent profondément alors qu’ils se veulent légers. Ce sont sans aucun doute mes livres préférés.

« Les fiancé d’Odessa » raconte les difficultés d’une femme belle et intelligente qui veut sortir à tout prix de son pays où la vie est trop difficile.

Du côté anecdotique, il y a  une histoire d’amour très compliquée : son cœur et son corps palpitent pour le chef de la mafia locale, son patron David est loin de la laisser indifférente, et elle épousera Tristan, l’Américain homme d’entretien dans une école, qui lui a permis de fuir Odessa.

La situation décrite à Odessa date des années 90, c’est la misère et la corruption généralisée.

Mais pour autant, l’Ukraine est un pays de culture et ne ressemble pas à l’idée que s’en font les Américains de base représentés par Tristan et ses amis.

L’écrivaine décrit avec une grande finesse la contradiction entre l’attachement à Odessa et l’aspiration à un ailleurs : « le fameux rêve américain ».

Autant si ce rêve est fondé sur une volonté d’entreprendre, il peut, sans doute devenir réalité, mais s’il est fondé sur un mariage, les dés sont immédiatement pipés. On pense au film « je vous trouve très beau » d’Isabelle Mergault avec Michel Blanc, moins le Happy end .

Janet Skeslien Charles, a vécu à Odessa et elle parle le russe. Elle a connu le travail à plein temps pour 25 dollars par mois, et elle a côtoyé, ces belles jeunes femmes ukrainiennes prêtes à tout pour vivre autre chose qu’un quotidien sans futur possible.

Pour une fois, quelqu’un se donne la peine de mettre en scène ce désir de partir  tout en maniant l’humour , car je le redis c’est un roman drôle plein de scènes qui font sourire.

C’était encore plus simple pour cette écrivaine de décrire la déception de ces femmes une fois arrivées aux USA , évidemment le rêve américain ne correspond pas à celui d’une femme cultivée qui rêve d’épanouissement personnel et culturel.
L homme qui est venu les chercher de si loin, et qui a dépensé tant d’argent pour cela, est d’abord venu chercher une femme soumise qui sera reconnaissante de la bonne action qu’il a faite pour elle.

Je sais que le ton sérieux de mon billet ne correspond pas à l’ambiance du livre, alors comme Keisha  , Aifelle , et bien d'autres.. lisez le  car en plus vous amuserez

 

Citations :

humour :

  •  Les hommes ukrainiens sont souvent paresseux, alcooliques et violents...
    "Pourquoi refuser de sortir avec un beau jeune homme?
    - Tu veux dire le roi de l'excroquerie, un chef de la mafia et sûrement aussi un assassin?
    - Personne n'est parfait. Au moins, il ne fu
    me pas."
 
  • L'embauche en Ukraine d'une secrétaire par un patron étranger:

Insinuait-il que j’étais embauchée.

Il m avait fait alors un clin d’œil avant d’ajouter :

  • Bien sûr , coucher avec moi reste l'aspect le plus agréable du travail!

 

 

La vie sous le régime soviétique :

En théorie, le régime dispensait des soins médicaux gratuits. En réalité, les choses étaient légèrement différentes. Pas de cadeau, pas de traitement. Pas de présent, pas d’avenir.

 

Scène qui en dit long sur la pauvreté dans les années 90:

 

Quatre soldats décharnés , qui ne devaient pas avoir plus de dix neuf ans, vêtus d’uniformes gris trois fois trop grands, s’approchèrent de nous.

  • S’il vous plaît, rien qu’un morceau de pain.

Je vidai mon stock de bonbons et de pommes. J'en avais toujours sur moi parce qu’à Odessa, il fallait toujours avoir de quoi surmonter les barrières. J'appelais ça la redevance, Jane la corruption . Mais elle apprit bien vite qu’une boîte de chocolat ouvrait les portes plus facilement qu un long débat.

  • Merci , Mademoiselle !

Les Israéliens étaient choqués. Je leur expliquai que tous les jeunes hommes, sauf ceux qui payaient très cher pour être déclarés « médicalement inaptes », étaient appelés sous les drapeaux. Malheureusement, l’armée n’arrivait pas à nourrir ses recrues . La pauvreté était un vrai problème.

 

Les motivations des femmes dans les agences en Ukraine :

 

Elles étaient convaincues que les Américains étaient plus riches, plus gentils que les hommes d’ici et supérieurs dans tous les domaines. Il fallait le reconnaître, nos machos infidèles, fainéants et alcooliques ne soutenaient pas la comparaison.

 

Premières impressions à propos de l’Amérique :

J'aimais l’Amérique. Ses rues larges et propres. Ses grandes maisons en bois érigées au milieu d’irréprochables pelouses vertes. Les variétés des produits d’entretien. J’aimais vivre dans un pays où personne ne volait les ampoules électriques des couloirs, où les ascenseurs ne sentaient pas l’urine , où la poussière ne couvrait ni mes chaussures, ni les rues, ni les trottoirs, ni les immeubles ;

 

 

En Amérique, les habitations étaient individuelles. Les habitants aussi. Tout était personnalisé. Même les plaques d’immatriculation portaient des messages allant de  Vive Les Pakers  sur une jeep, à Merci Papa sur un cabriolet rouge. Les Américains n’avaient pas tous les cœur sur la main, mais ils portaient tous leur logos sur le cœur. Nike.Coke.Pepsi . Le drapeau flottait partout, sur les pulls, sur les voitures, devant les maisons et dans les lieux publics. A Odessa, personne n’aurait jamais porté le drapeau ukrainien. Jamais de la vie.

 

Propos d’accueil de la famille de son mari :

 

Tu as de la chance de passer si facilement de la misère à la richesse, dit-elle. Toutes les femmes de ton pays rêvent de vivre aux Etats-Unis. J’espère que tu n’oublieras pas ce que cette famille a fait pour toi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

dasola 26/07/2013 16:33

Bonjour Luocine, moi aussi j'ai été conquise par ces fiancées d'Odessa. Un roman agréable à lire et plus profond qu'il n'y paraît. http://dasola.canalblog.com/archives/2013/06/24/27485256.html Bonne après-midi.

luocine 26/07/2013 16:35

je suis bien contente que cette lecture t'ait plu, bonnes vacances!
Luocine

LSJ 10/07/2013 11:13

J'avais emprunté ce livre il y a peu, mais je l'ai assez vite abandonné. Je n'avais pas été convaincue par l'écriture ni le propos... Cela dit, à te lire, je lui donnerai peut-être une seconde chance !!

luocine 10/07/2013 20:02

je t'aime bien petite souris jaune et je suis fière d'avoir deux commentaires de toi, mais la prochaine fois tu peux varier le propos car j'ai du mal à te faire une réponse intelligente différente de la première!
Luocine

LSJ 10/07/2013 11:11

J'avais emprunté ce livre il y a peu, et je l'ai très vite abandonné, pas convaincue par l'écriture ni le propos... Mais tu vas me faire réviser mon jugement, et je lui donnerai peut-être une seconde chance !!

luocine 10/07/2013 20:00

j ai toujours été fascinée par le destin de ces femmes qui se marient pour fuir leur pays, cela me semble tellement voué à l'échec , mais je n'avais rien lu sur le sujet , et cette auteure sait vraiment de quoi elle parle.
Luocine

Sandrine 06/07/2013 16:28

Il pourrait me plaire aussi. J'ai entendu l'auteur au cours de pas mal de débats, c'était très intéressant car elle décrit un monde bien particulier et méconnu, sur lequel on a pas mal d'idées préconçues.

luocine 10/07/2013 19:56

je suis contente que cette auteure soit intéressante aussi quand elle parle de ses expériences , on sent que ce qu'elle décrit elle le connaît vraiment bien
Luocine

Athalie 03/07/2013 17:30

J'ai survolé ton billet pour ne pas en savoir trop parce que ta première phrase me laisse à penser que ce roman pourrait vraiment me plaire, j'aime bien les extraits que tu as choisi aussi, et si en plus on sourit !Hhop, dans la pile à lire bientôt ...

luocine 03/07/2013 17:46

super, j'ai hâte de lire ce que tu en auras pensé.
Luocine

jerome 02/07/2013 06:54

Je le note car il pourrait bien me plaire...

luocine 02/07/2013 11:28

oui vraiment, le seul point faible de ce livre, c'est de décrire exactement la motivation des hommes qui font cette démarche , pour cela le film "je vous trouve beau" était plus intéressant
Luocine

keisha 01/07/2013 16:57

Tu sais que j'ai vraiment aimé cette lecture, amusante, oui, mais aussi profonde voire tragique pour certaines de ces femmes.

luocine 02/07/2013 11:30

et oui j'ai oublié la dimension tragique de celles qui sont absolument écrabouillées par le poids du non retour possible.
mais je ne voudrais pas faire croire qu'il s'agit d'un livre triste
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard