Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 11:10

 

 

 

Le voici donc en poche! et, comme je n'ai jamais pu l'emprunter tant il avait du succès , je l'ai acheté.

Je n'ai pas regretté et j'ai beaucoup apprécié ce récit qui mêle l'antiquité, les temps anciens et l'époque contemporaine.
J ai été séduite par le style et la richesse du vocabulaire qui m'a obligée à avoir recours à Wikipédia .

En réalité, j'aime bien faire l'effort de rechercher des mots et des noms quand cela ne nuit pas à la compréhension du récit.

J'ai appris par exemple, que «chancel» était ce qui séparait le chœur de la nef d'une église et je me suis demandée si cela avait un rapport avec le verbe «chanceler».

Et je me suis enrichie de toutes les histoires de l'antiquité du temps de Saint Augustin. Je connais maintenant Sophonisbe.

Évidemment, le propos du roman n'est pas là, il s'agit de deux jeunes qui décident de reprendre un bar en Corse par amour de cette région où ils se sentent si bien pendant leurs vacances .

Ils sont entourés du passé de leurs ancêtres et ce sont des poids lourds à soulever.

Le personnage du grand-père qui s'est détruit dans les colonies françaises dans sa jeunesse est très ambiguë, il était à la recherche de la gloire et du dépaysement, il a rencontré l'alcool et le vice.
Il voue une haine à son petit fils si forte qu'il va l'aider à acheter la gérance du bar, tant il est persuadé que ce village ne peut que le détruire!

Et c'est vrai qu'un bar qui repose sur l'attirance des hommes pour des jolies filles peu farouches n'est pas très loin d'un «bar à putes» et donc ça se finira mal.

Pour moi l'intérêt c'est le style , certains passages où on se retrouve dans des réactions des personnages et l 'évocation des difficultés du monde contemporain.

 

Le personnage d'Aurélie qui doit faire face aux errances de Matthieu est , pour moi le plus crédible, et l'attitude fuyante de Matthieu face aux difficultés en particulier de la mort m'a rappelé bien des choses.

 

Je ne suis pas totalement sous le charme de ce roman parce que je ne comprends pas pourquoi les personnages sont aussi sombres. Le grand père Marcel qui avait honte de la femme qu'il aimait parce qu'elle était sotte semble revenu de tout , on s'attend à ce qu'il ait vécu l'enfer , mais il a surtout navigué de désillusions en désillusions .
Son petit fils, Matthieu qui se laisse ballotter par ses envies est un peu (pour ne pas dire, complètement) vide :son manque de lucidité m'a agacée.

 

Malgré cela, j'ai dévoré ce roman et sa concision m'a fait du bien après les longueurs de ma dernière lecture.

 

 



 

 

Citations :

Description d'une ado qu'on connaît et qui m'a fait penser à une chanson de Bénabar « la paresseuse »:

Virginie n 'avait jamais rien fait dans sa vie qui pût s'apparenter,même de loin à un travail, elle avait toujours exploré le domaine infini de l'inaction et de la nonchalance et elle semblait bien décidée à aller jusqu'au bout de sa vocation mais, quand bien même elle eût été un bourreau de travail, son humeur maussade et ses airs d'infante la rendaient totalement inapte à accomplir une tâche qui supposait qu'on entretînt des contacts réguliers avec d'autres êtres humains...

 

Description des Sardes:

les vieilles femmes au voile noué soigneusement sous la lèvre inférieure, des hommes aux guêtres de cuir dont les générations de criminologues italien avaient mesuré les membres, la cage thoracique et le crâne, notant soigneusement les imperfections de l'ossature pour en déchiffrer le langage secret et y repérer l'inscription de l'ossature pour en déchiffrer le langage secret et y repérer l'inscription indiscutable d'une propension naturelle au crime et à la sauvagerie.

 

L'avenir:

Et c'est ainsi qu'au nom d'un avenir aussi inconsistant que la brume, il se privait de présent, comme il arrive si souvent, il est vrai, avec les hommes.

 

Beau passage mais où « wikipédia «  est très utile:

Rien ne demeurait des contes merveilleux qui peuplaient les livres d'histoire, ni le feu de Baal, ni les légions africaines de Scipion,aucun chevalier numide n'assiégeait les murs de Cirta pour rendre à Massinissa le baiser de Sophonisbe qui lui avait été vol, les murs et leurs assiégeants étaient retournés ensemble à la poussière et au néant car le marbre et la chair sont également périssables et, à Bône, de la cathédrale d'Augustin et son dernier souffle recouvert par la clameur des Vandales, il ne restait qu'un terrain vague, recouvert par les clameurs d herbes jaune et battu par le vent.

 

La charcuterie de super-marché:

les saloperies que vendaient les supermarchés das leur rayon terroir, conditionné dans des filets rustiques frappés de la tête des Maures et parfumés en usine avec des sprays à la farine de châtaigne, autant y aller carrément dans l'ignoble, en toute franchise, avec du cochon chinois , charcuté en Slovaquie...

 

 

la France coloniale:

Il avait pour voisins un gendarme dont le penchant pour la boisson s'affirmait chaque jour un peu plus, un médecin d'ores et déjà alcoolique et un missionnaire qui disait la messe en latin devant des femmes aux seins nus et tentait de fasciner un auditoire récalcitrant en répétant l histoire du Dieu qui s'était fait homme avant de mourir en esclave pour leur salut de tous.

 

Phrase qui m'a fait réfléchir:

Il croit toujours qu'il suffit de détourner le regard pour envoyer au néant des pans entiers de sa propre vie. Il croit toujours que ce qu'on ne voit pas cesse d'exister.

 

 

On en parle..

à ce jour 142 avis sur Babelio et très peu négatifs

Jostein n'a pas aimé et je trouve son opinion intéressante;

et Keisha pour qui ce livre est un véritable coup de cœur.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine
commenter cet article

commentaires

hélène 01/09/2013 20:57

Bon et bien je sais ce qu'il me reste à faire demain ... direction librairie !

luocine 02/09/2013 17:03

si tu veux je peux t'envoyer le mien , tu peux utiliser overblog pour me donner ton adresse
Luocine

Lou 01/09/2013 19:09

Je l'ai dans ma PAL, je n'avais pas aimé ma première lecture de cet auteur mais le sujet ici me tente davantage et aussi bien de ce que tu dis des personnages (malgré tes critiques) que la concision me donnerait envie de le découvrir bientôt... tu me l'as remis en mémoire :)

luocine 02/09/2013 17:01

tant mieux , Lou, et dès que tu fais un papier sur cet auteur tu me le dis
Luocine

Géraldine 31/08/2013 22:38

Je ne sais pas, j'hésite. Depuis sa sortie, j'ai peur que ce roman soit quelque part trop "érudit" pour moi... En attendant, un tag pour toi sur mon blog !http://cdcoeurs.over-blog.net/article-tag-the-versatile-blogger-award-119806648.html

luocine 02/09/2013 17:00

je ne sais ps rop ce qu'un un tag mais bon je vais aller voir
non tu ne dois pas avoir peur du côté érudit , il sait très bien faire le faire passer
Luocine

Dominique 31/08/2013 08:18

J'ai tellement aimé son roman précédent que 'hésite encore à lire celui là
Les allusions à l'antiquité sont faites pour me plaire mais... Je déteste l Corse et ses conflits alors ....

luocine 02/09/2013 16:59

tu donnes envie de lire son premier roman, la Corse a peu d'importance n'importe quel univers clos et rural peut faire l'affaire.
Luocine

jerome 30/08/2013 20:21

Je suis pas objectif parce que j'adore Ferrari mais quand même, quelle écriture !

luocine 02/09/2013 16:57

oui ! son écriture m' a séduite moi aussi
Luocine

keisha 30/08/2013 20:11

J'ai plus aimé l'écriture que l'histoire, je le dis, mais pas toujours lu un autre roman...
Chez moi j'ai Les confessions de saint Augustin, mais c'est costaud à lire!

luocine 02/09/2013 16:57

Ah quand même ! Saint Augustin lui-même !
bon tu nous raconteras!
Luocine

krol 30/08/2013 17:10

Toujours pas lu. Maintenant qu'il est paru en poche, je pourrai peut-être le découvrir... et découvrir l'auteur par la même occasion.

luocine 30/08/2013 17:17

je ne suis pas certaine que ce soit son meilleur livre , mais il vaut le détour.Je ne l'ai lu attentivement et sans déplaisir
Luocine

luocine 30/08/2013 17:08

ah non il ne faut pas avoir peur de ça, en gros c'est un ereflexion sur le temps qui passe et les civilisations détruites.
Tu comprendras facilement et surtout l'histoire elle même est prenante, par contre le style peut te faire hésiter , moi je trouve qu'on s'y fait bien.
Luocine

Aaliz 30/08/2013 15:35

Ce roman m'attire beaucoup mais j'hésite. Est-ce que les références à Saint Augustin sont nombreuses ? Je n'ai aucune connaissance sur ce personnage ni sur ses idées, j'ai donc peur de passer à côté de pas mal de choses...

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard