Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:36

 

 

 

 

Traduit de l anglais (Etats-Unis) par Dominique DEFERT

 

 

Il sera dit que les auteurs américains ont besoin de 700 pages pour s'exprimer ! Tout est plus grand chez eux !

Les grands espaces, les campus universitaires! Leur passion pour le sport et le nombre de pages pour leurs romans...
J'avoue que 700 pages autour du base-ball , il a fallu tout le charme de la jeune libraire de Dinard pour que j'accepte de m'y mettre.
Divine surprise , c'est un bon roman , trop long, évidemment , mais comme je le disais en commençant, c'est visiblement une particularité culturelle .

Un jeune prodige du Base-ball, Henry, rate une roulante alors qu'il était sur l'arrêt-court ...Bon! Pas de panique!je vais vous éviter tous les termes de Base-ball qui me sont, peu à peu, devenus familiers!

Le vrai sujet c'est sans doute: comment trouver sa voie .
Le jeune sportif est complètement sous la coupe de son coach  qui ne saura pas l'aider dans cette grande période de doutes qui va commencer par cette balle facile mais ratée  qui frappe violemment la tête d'un joueur , Owen son ami et son colocataire.

Alors, commence une dérive, pour lui, pour son coach qui est refusé dans les prestigieuses universités de droit qu'il pensait rejoindre, pour le directeur du collège de Westish dans le Wisconsin qui se perd dans une relation amoureuse avec Owen le joueur  blessé par la balle ratée d'Henri.

 

La seule qui sort de son malaise c'est Pella, la fille du directeur, amoureuse de Mike le mentor et capitaine des Harponneurs ( l'équipe de Base-ball).

Les relations sont très finement décrites et absolument pas caricaturales , je pense que les Américains ont dû adorer revivre de cette façon leurs premières années universitaires.

Et pour un lecteur français , c'est très dépaysant.

On le sait, être bon en sport suffit pour intégrer les meilleures universités et surtout recevoir beaucoup d'argent au lieu d'en verser tant et tant pour suivre des études.

Mais le prix à payer est redoutable , Mike me fait mal au cœur avec ses articulations complètement fichues à 24 ans. Sait-il que les cartilages ne repoussent jamais?
Les souffrances du jeune Henry et l’entraînement de dingue qu'il s'impose ne font pas envie.
Franchement curieux pays et étrange jeunesse.

Pour moi le personnage que je trouve le plus intéressant c'est Pella cette jeune femme qui retrouve la joie de vivre après s'être mariée trop jeune, seulement pour embêter son père (ah, la personnalité des adolescentes américaines!).

En plus les études ont l'air de l'intéresser c'est la seule (avec Owen , le personnage homosexuel qui séduira le président et père de Pella) pour qui l'université ne semble pas faite seulement pour courir après des balles plus ou mois grosses.

Un roman intéressant mais il gagnerait à avoir moitié moins de pages .

 

Citations :

charme de certaines descriptions: la solitude du sportif après l'effort :

Il fit tomber la serviette et grimpa avec précaution dans le bassin , plaçant son dos devant une buse. Les poils de sa poitrine ondulaient sous l'eau comme une prairie de posidonies quêtant la lumière. Ce qui manquait à cette école , c'était une masseuse à plein temps. Il s'imagina un moment entre ses mains, ses doigts implacables fouillant les muscles de son cou, son souffle lui chatouillant l 'oreille , et sous le fin nylon de sa blouse, son téton plaqué, peut-être volontairement, contre son omoplate. Mais le fantasme ne menait à rien; son pénis restait en sommeil , recroquevillé comme un escargot brun.

(enfin un organe pas plus grand que la taille internationale , « enfin » ... ou dommage je ne sais!)

 

La beauté de la jeunesse:

La jeunesse les rendait brunes et voluptueuses alors que leur génitrice n 'était plus que brune et potelée.

 

L’universitaire type:

 

Son art oratoire , ses manœuvres de charme pour conquérir son auditoire l'agaçaient. C'était typiquement un numéro d'universitaire. Il avait accumulé des anecdotes, peaufiné son texte année après année, pour présenter ses connaissances de la façon la plus charismatique possible. Il faisait son laïus comme si c'était la première fois, pour tenir son public en haleine. Mais c'était toujours les mêmes mots , les mêmes figures de style .

 

La souffrances à cause du sport intensif:

Rien de nouveau sous le soleil. Les gens normaux ont du cartilage, et toi, c'est du steak haché . Chaque match te rapproche un peu plus de l'arthroplastie totale des deux genoux.

 

On en parle.....

D une berge à l'autre qui l'a lu il y a un an


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine
commenter cet article

commentaires

jerome 29/08/2013 19:55

J'avais vraiment beaucoup aimé (bon en même temps j'adore le baseball, sans doute que ça aide^^).

luocine 29/08/2013 20:28

c'est pourquoi j'ai mis un lien vers ton article , c'est un bon roman c'est vrai mais pas un coup de cœur .
Luocine

Athalie 29/08/2013 11:09

Trop de handicaps ... La seule partie de base ball que j'ai vaguement réussi à suivre, est celle du début de "L'élu" (très bon roman par ailleurs, mais rien à voir avec le base-ball, plutôt avec comment trouver sa voie !) et la moitié des pages en trop, comme Krol, je m'exclame que cela fait quand même trop, je passe !

luocine 29/08/2013 12:19

avant lis les commentaire de Jérôme qui avait adoré.
mais je constate que l'an dernier certains blogueurs pariaient que ce serait un succès de l'été 2012 et je ne crois pas qu'il l'a été
Luocine

Sandrine 29/08/2013 07:30

Il était tentant à sa sortie ce livre-là, mais le base-ball... j'en ai parfois croisé des parties dans certains romans, je n'ai jamais rien compris aux règles, alors des pages et des pages de descriptions, c'est rebutant...

luocine 29/08/2013 12:17

des pages et des pages ... sur tout pas seulement sur le base-ball et même s'il a du talent ce n'est quand même pas Marcel Proust!
Luocine

krol 29/08/2013 01:19

Oh ! moitié moins de pages, c'est beaucoup quand même !!!

luocine 29/08/2013 12:16

bon allez , le tiers ..
mais je le redis c'est un bon roman et j'ai quand même tout lu!
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard