Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 14:59

 

 

 

Traduit de l'afrikaans par Pierre-Marie FINKELSTEIN

 

 

 

la suite de l'autobiographie de Brink, plusieurs d'entre vous m'ont conseille de lire Karel Shoeman, et j'ai fait confiance à Dominique pour choisir celui-ci.

Je compte sur vous pour me dire si je dois continuer dans la lecture de cet auteur, parce que , je suis désolée Dominique, mais j'ai eu beaucoup de mal à comprendre pourquoi tu as aimé ce livre.

Il a le grand mérite de nous faire comprendre d'où viennent les Afrikaners qui seront dans un autre siècle les tenants de l'apartheid , mais le procédé littéraire est à peu près insupportable.
Cette femme qui va mourir ne veut pas se souvenir d'une vie pétrie d’ennuis et de rancœurs, mais les souvenirs lui viennent à la mémoire malgré elle.
Cela donne toutes deux ou trois pages .. je crois ... je ne sais plus... est ce bien ainsi que cela s'est passé... est-ce elle ?

On s'attend à quelque chose d'énorme et finalement à force d'attendre on trouve qu'un crime passionnel et le fuite d'une femme avec le frère de son mari, sont peu de chose même si c'est bien le lourd secret qu'on vos promet au début du roman, ce n'est évidemment pas le plus important ...
Le plus important , c'est le silence et l'absence de réaction d'une fille qui a accepté la tyrannie de sa mère. Et n'a fait aucun  choix personnel, le dur labeur de la ferme la toute puissance d'une femme  acariâtre et mesquine qui a fait le malheur de toute sa famille.

Et ce pays où tout est difficile:


En toile de fond , loin , très loin de leur vie , des noirs qu'on spolie ou qu'on frappe le plus fort possible.

Religion, rigueur, absence de plaisir, médisance des petites communautés rurales tout cela dans le cerveau d'une pauvre vieille fille en train de mourir et qui mélange les années et n'a rien connu de la vie....
Dominique ! Help ! Si les autres romans de cet auteur sont du même bois, j'arrête !

 

Citations :

les spoliations de noirs

(Page 41)
Papa se tenait sur le seuil de la porte , en silence, et je revois encore Maman , juste derrière lui, lui donner une tape dans le dos et lui murmurer à l'oreille : " dis à cette espèce de Hottentot de décamper!" Je m'en souviens comme hier :Maman vêtue de sa robe noire , ses paroles, et ce petit geste d'impatience . Un beau jour , quelqu'un avait découvert ,ou décidé, que le lopin de terre sur lequel vivait Jan Baster était situé sur notre ferme et lui avait ordonné de déguerpir. 

 

La mémoire

(Page 47)
Le passé est un autre pays: où est la route qui y mène ?

 

 

On en parle...

« à sauts et à gambades » bien sûr, et « le mange livre » tout aussi enthousiaste (je me sens bien seule!)

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans afrique du sud
commenter cet article

commentaires

Eeguab 25/05/2013 20:40

Magnifique écrivain,j'ai lu les quatre traduits en France.Mon préféré est En étrange pays.

luocine 25/05/2013 22:02

j'hésite avant d'en lire un autre , mais je garde le titre en mémoire
Luocine

Géraldine 11/05/2013 22:32

Bon, ben on ne va pas noter. Dommage, la couv et le lieu de l'histoire me tentait. Mais si c'est si insupportable que ça, on va pas s'attarder !

luocine 13/05/2013 12:37

mais tu as lu également les avis positifs ? je susi un peu seule dans ma critique négative!
Luocine

Dominique 10/05/2013 09:21

et bien nous ne partageons pas là : je suis comme Keisha et bien d'autres lecteurs, tout à fait subjugué par ce roman et son auteur, c'est le meilleur à mon avis mais je les ai tous aimé, ne te lances pas ils sont de la même veine

luocine 10/05/2013 17:19

elle n'est pas antipathique elle se laisse réduire au silence et est complètement passive
mais tu me diras ce que tu en as pensé visiblement tout le monde aime
Luocine

Marilyne 10/05/2013 16:29

Tu es donc une lectrice qui a besoin de ressentir un minimum d'empathie et d'affection avec le narrateur d'un récit, qu'il t'emmène avec lui. Alors, évidemment, je comprends mieux que cette lecture t'ai repoussée. ( pour ma part, je n'ai rien contre les personnages antipathiques ou ambigus, ni contre les récits fragmentés, je crois que tu m'as tentée ;-))

luocine 10/05/2013 09:46

tu veux dire que tous ses héros sont des gens passifs qui subissent leur destin?
Luocine

Marilyne 10/05/2013 07:35

Ah, n'ayant pas lu cet auteur je ne peux pas t'aider. En revanche, tu piques ma curiosité. Finalement, qu'est-ce qui t'a le plus gêné, cette narratrice antipathique ou le procédé narratif ?

luocine 10/05/2013 09:11

la narratrice m'énerve, je déteste les gens qui ne prennent pa sleur vie en main, ou au moins qui n' essaient pas de le faire.
le retour dans la mémoire d'une vieille femme est trop un procédé et du coup on apprend les choses par bribes successives sans que le récit ne parte vraiment.
La seule chose qui ressort c'est que la nature de ce pays est horrible et les Afrikaners des gens bornés et sûrs de leurs préjugés , ça c'est vraiment bien rendu
Luocine

luocine 09/05/2013 22:41

je me sens encore plus seule !! je l'ai lu sans décrocher , mais la narratrice m'a énervée au plus haut point.
quand elle raconte avant de mourir le procédé narratif du style "je ne me souviens plus très bien..." est trop répétitif, et quand à la petite fille puis jeune femme qui se fait voler sa vie, sans l'ombre d'une révolte, elle m'a bien énervée
Luocine

keisha 09/05/2013 20:14

J'ai été enthousiaste aussi (au point que j'en ai lu un autre de l'auteur, Retour au pays bien aimé.)
Je sais, ce sont des romans très particuliers, mais forts.

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard