Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 14:23

http://www.gillesleroy.net/images1/zol_cover0.jpg

 

 

 

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Chaudement recommandé par ma libraire de Dinard, je m’attendais à un grand plaisir de lecture. Je n’ai pas été déçue et je mets sans hésiter ce livre dans mes préférences. Il faut dire que je lui dois déjà la découverte de Tonino Benaquista, à ma libraire.
On ne remerciera jamais assez les personnes qui vous font découvrir un nouvel univers romanesque.

Ce livre est une pure merveille et s’il n’a pas ses cinq coquillages c’est pour un détail qui ne regarde que moi. Madame Jackson institutrice à la retraite, femme  très âgée, a failli se laisser mourir, noyée dans sa maison inondée  à cause des digues qui ont rompu, parce qu’elle n’a pas voulu abandonner son chien. Moi qui vis dans une ville avec des mémés  à chiens , je suis devenue intolérante ( mais ai-je vraiment jamais supporté les crottes de chien sur les trottoirs???)

Tout cela nous éloigne d’un livre superbe, on suit les pensées pas toujours cohérentes de cette femme qui a adoré son fils, mais a refusé son homosexualité.


Nous sommes en 2005 dans le Delta du Mississippi , l'ouragan Katrina va détruire, en particulier, les quartiers habités par les noirs de la Nouvelle-Orléans. Une grande partie du siècle défile devant nos yeux  avec l’angoisse que Zola  n’arrive pas à survivre à la catastrophe qui engloutit peu à peu son quartier.

Son amour pour son fils est très beau,c’est une mère abusive mais elle est touchante dans ses excès. Le personnage du mari et son amour pour celui qui a construit cette maison qui résistera à l’ouragan est  très intéressant également. L’intérêt du livre, c’est ce voyage dans sa mémoire, donc dans la mémoire des états du sud des Etats-Unis et de voir que malgré tout son affection maternelle, elle a pu se tromper à ce point sur  son fils, elle l’a rejeté quand, par amour, il a refusé les postes prestigieux et surtout elle n’a pas pu supporter qu’il soit amoureux d’un homme et de plus d’un homme blanc. Son passé explique en partie son refus mais pas seulement.

Dans les citations, je mets un petit passage sur le chien, c’est rare que dans un livre on dise que les chiens pètent dans la vraie vie, ils le font souvent surtout les labradors et ça sent très mauvais.
Franchement, j’exagère le livre se veut grave poétique et profondément humain et je vous ennuie avec son chien …

 

Citations :

 

Lady (c’est le chien) m’a regardée de son air sans-y-croire ….. elle a reculé d’entre les genoux du collègue, puis elle a quitté le salon en pétant discrètement.

 

On pourrait se trisser…. sauf qu’on ne quitte pas cette ville. On y est né, on y a souffert à peu près tout ce qu’une créature du Seigneur peut encaisser, et on y reste.

 

De même que je n’étais pas d’accord pour les réunions Tupperware, pas d’accord pour les réunions Avon, je n’ai pas joué le jeu du window treatment où les dames du quartier rivalisaient par fenêtres et froufrous interposés.

 

Il ne faut pas grand-chose pour se faire détester dans ce pays où tout le monde aime son prochain, comme il est ordonné par la constitution.

 

Et puis … quelle faveur, quel sursis demander au Ciel ? Le ciel, c’est juste ce qui nous tombe sur la gueule.

 

On en parle …

link

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard