Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:24

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Ng-OO0BbL._SL500_AA300_.jpg

 

 

club de lecture

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img197.imageshack.us/img197/3459/dsc00723320x200.jpg Lors de notre dernière réunion du club de lecture, j’ai senti un enthousiasme très fort pour cet auteur, et j’ai donc lu le roman auquel les lectrices avaient accordé un grand coup de cœur la dernière fois.

Je comprends bien le plaisir de lire un roman facile à lire qui surfe sur les sombres réalités de la guerre 14/18 et la vie intellectuelle de cette époque, mais je reste plus réservée sur les qualités de ce roman.
Il est vrai que « Retour parmi les hommes » ne manquent pas d’attraits : Philippe Besson décrit très bien  la beauté du sentiment amoureux, et la finesse des rapports entre homosexuels. C’est très finement et précisément évoqué, on se laisse porter et on ressent bien ses joies et ses tristesses et comme la Mort est présente à toutes les pages, le tragique nous touche.

Pour tout le reste du roman, c’est comme une succession  d’images rapides sur l’ensemble d’une société et du monde, un condensé du « Voyage au bout de la nuit » sans le talent de Céline. On suit un périple en Afrique en Amérique et on revient en France.

Tout est rapidement évoqué, le colonialisme au Liban, l’arrivée des émigrants à Ellis Island, la réussite américaine, l’étroitesse d’esprit des gens d’une famille « coinçoss » du XVI° arrondissement, la condamnation de l’homosexualité, Radiguet, Cocteau…

Le talent de cet auteur, c’est de tout évoquer sans s’appesantir sur rien, et donc faire appel à nos souvenirs littéraires pour combler ce qu’il ne nous raconte pas.

 Ça marche assez bien, il est vrai que les romans fleuves des grands familles Bourgeoises, des Boussardel au Thibault (je les ais à peu près tous supprimés de ma bibliothèque : c’est illisible aujourd’hui) racontent bien les étroitesses d’esprit de cette époque, Philippe Besson n’y consacre que quelques lignes.

Les avoir lus me permet de comprendre immédiatement ce genre de formules « Ma mère, confite dans le souvenir, n’a touché à rien », immédiatement je plante le décor de cet appartement aux tentures trop lourdes,  aux meubles signés renfermant des secrets de famille qui ont tant fait  souffrir les enfants.

J’espère ne choquer personne (en particulier pas mes amies qui ont parlé de chef d’œuvre à propos de ce livre) en disant qu’on retrouve dans ce roman la marque du zapping de notre époque, un style  allusif et complice mais où  souvent le cliché sert de réflexion.

Tout est en séduction mais, il manque un réel travail à la  fois sur le fond et très certainement sur le style. Je rejoins le commentaire que j’ai mis en lien.

Moi aussi j’oublierai ce livre assez vite avec lequel j’ai passé un bon moment.

 

Citations :


Je veux bien admettre que la mer peut rendre fou. Que cette étendue dont tout à coup on n’envisage plus la fin peut faire perdre la raison ? Cette immensité a quelque chose d’effrayant car, paradoxalement, elle procure la sensation d’enfermement.

 

(Ma mère) Elle dit : « quand je serai morte, ceci te reviendra. ». Je regarde autour et je ne vois qu’un tombeau, une poussière délicate sur les meubles, une nostalgie qui pue et je rêve  de tout raser. Elle ajoute : «  J’ai tout gardé pour toi. J’ai tenu notre rang. » Et cet entêtement à conserver des privilèges, à ne rien partager pour ne pas être entamé, à entretenir l’illusion de la grandeur me paraît abjecte.

 

Renouer avec mes obligations d e fils, mon oisiveté d’héritier, ma dégoûtante aisance de riche. Entamer des conversations avec ma mère à propos du temps qu’il fait, de la médiocrité des domestiques, des rumeurs du faubourg.

 

On en parle ….


From The Avenue

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur français
commenter cet article

commentaires

claudialucia ma librairie 18/04/2011 18:07


J'aime bien cette conversation entre Andy et toi. C'est une évidence, chacun reçoit les livres comme il le sent; c'est pourquoi le fait que la critique officielle le juge bon ne peut pas être un
critère! Surtout que les critiques sont parfois moins libres de s'exprimer que nous, simples lecteurs qui n'avons pas de pression ni de responsabilités vis à vis d'un auteur ou d'une édition. (Je
veux dire que ce n'est pas nous qui assurons la réussite d'un livre). C'est ce qui est agréable dans le fait de tenir un blog littéraire, être libre et pouvoir tout dire pourvu que cela
s'accompagne de respect par rapport à celui qui écrit.


Luocine 18/04/2011 18:44



Je suis entièrement d'accord avec toi, et je trouve également intéressant qu'Andy qui a tellement aimé ce livre ait eu peur que je n'en dise pas assez de bien.
J'aime qu'on se passionne pour les livres , cet auteur le mérite sans doute


Amicalement


Luocine



Andy 17/04/2011 23:43


C'est vrai que les blogs comme le tien sont très chouettes pour permette aux lecteurs de s'exprimer! (Chacun a sa sensibilité et son expérience, d'où leur richesse dans les commentaires).
Comme quoi la lecture n'est pas qu'une pratique de solitaire, comme beaucoup de personnes le pensent ...

J'aime beaucoup Philippe Besson, mais je dois tout de même admettre que j'ai préféré "En l'absence des hommes" que "Retour parmi les hommes" qui est la suite du roman qui l'a découvert comme
auteur.

En tout cas merci pour ta réponse et pour le sérieux avec lequel tu tiens ton blog ;-)

Andy


Luocine 18/04/2011 17:34



merci pour ce commentaire


Amicalement


Luocine



Andy 17/04/2011 19:53


Bien que ta critique ne manque pas de réflexion, il ne faut pas oublier que les romans de Besson sont des romans d'introspection. Il est dès lors normal qu'il nous décrive plutôt des impressions
qu'une réelle description des lieux et de l'époque; en cela les historiens seront bien plus doués. Philippe Besson a non seulement un style propre à lui que l'on retrouve dans tous ses romans sans
exception, mais il est également reconnu par la critique! Il sait nous décrire les émotions avec des mots qui, sous leur simplicité, en disent bien plus long que ce qui paraît au premier abord. Tu
ne nous dit pas si tu as lu ses autres romans, peut-être faudrait-il que tu découvres cet auteur un peu plus afin d'affiner tes commentaires à son propos.

Bien à toi,

Andy


Luocine 17/04/2011 20:57



merci de ce long commentaire, oui, c'est le premier  roman que je lis de lui et j'explique dans mon texte que des membres de mon club avaient crié au chef d'oeuvre. Moi j'ai bien aimé mais
j'ai trouvé ce roman superficiel, j'en attendais, sans doute, trop!


L'introspection , ne dit pas rapidité (Marcel Proust en est un bel exemple), pour cela il faut du temps et fuir les formules rapides qui s'apparentent parfois aux clichés.


Que la critique lui soit favorable c'est bien pour lui, je ne suis  qu'une lectrice qui aime les livres et j'essaie d'expliquer pourquoi je ne me fie pas à ce que dit la presse car les
critiques officiels m'ont souvent décue, l'avantage des blogs comme le mien c'est la liberté de parole de "non-spécialistes" de la critique littéraire.


Amicalement


Luocine


 



claudialucia ma librairie 17/04/2011 19:31


C'est vrai? les Thibault sont illisibles aujourd'hui? Pourtant, que j'avais aimé ces romans quand je les ai lus .. il y a bien longtemps!


Luocine 17/04/2011 20:44



et moi donc !!, mais à la relecture c'est poussiéreux,  très lent ,  j'aurais peut-être dû les garder à cause des souvenirs !!!! manque de place!


amicalement


Luocine



Guillome 17/04/2011 18:34


pour le côté zapping que tu évoques, il vient peut etre du style propre à besson : ce côté qui coule tout seul que l'on retrouve dans tous ses livres ! je m'envais découvrir ton blog ! à bientôt


Luocine 17/04/2011 20:41



merci , de ce commentaire , oui "ça coule de source" , aucune insistance, pas de lourdeur, certes ,mais manque de profondeur, à mon avis ....


amicalement


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard