Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 11:58

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41I5%2BVFMJdL._SL500_AA300_.jpg

 

Traduit du finnois par Sébastien CAGNOLI

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Livre terrible et éprouvant, mais livre à lire certainement. On comprend  pourquoi des jeunes filles de l’est  se font prendre aux pièges terribles de la prostitution.

Le destin de la vieille Aliide et de la jeune Sara se réunissent dans l’horreur, jusqu’au bout on se demande si celle qui a connu les purges staliniennes (mais qui a collaboré) va aider celle qui est tombée dans les griffes d’un souteneur.

Sara ne sait pas comment expliquer sa situation à la vieille femme et elle a tellement peur que les mafieux tortionnaires la retrouvent.

Sara comprend l'Estonien mais le parle mal ce qui rajoute à son angoisse : la vieille femme va-t-elle la comprendre?

Aliide la peur ça la  connaît , cela fait plus de 60 ans qu'elle vit avec  : est-il possible qu'un membre de sa famille qu'elle a contribué à envoyer en Sibérie vienne lui demander des comptes... c'est si loin tout ça!

Sara et Aliide sont liées par l'angoisse et la peur qui rôde à la porte même de la maison : rien dans ce livre n’est léger !

La construction du roman est étonnante, comme des cercles qui se resserrent, comme un serpent qui entoure sa proie en l’étouffant peu à peu, la vérité se fera jour.

 Sara pourra-t-elle revivre et éloigner d’elle l’horreur.

À lire donc (si on est en forme et si on a le moral !)

 

 

 Citations :


Pour le studio de tatouage, Pacha se faisait la main sur des filles hors d’usage. Comme avec Katia. … Il avait piqué sur les seins de Katia : une femme à forte poitrine qui taillait une pipe à un diable… il avait orné le bras de Katia d’une deuxième image du diable. Ce dernier avait une grosse bite velue.

 « Aussi grosse que la mienne ! » avait rigolé Pacha.
Après cela, Katia disparu.

Zara ouvrit un flacon de poppers et renifla. Quand Pacha la prendrait pour se faire la main, elle saurait que son heure était venue.

 

Mais la terreur de la fille était tellement vive qu’Aliide la ressentit soudain en elle-même…Mais maintenant qu’il y avait dans sa cuisine une fille qui dégoulinait de peur par tous les pores sur sa toile cirée … . La peur s’installait là, en faisant comme chez soi. Comme si elle ne s’était jamais absentée. Comme si elle était juste allée se promener quelque part et que, le soir venu, elle rentrait à la maison.

 

Alors que cette fille, avec sa jeune crasse, était ancrée dans le présent, ses phrases rigides sortaient d’un monde de papiers jaunis et d’albums mités remplis de photos.

 

On en parle:

link

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Dominique 24/09/2010 13:30


Oui je l'ai bien compris comme ça, un livre difficile mais excellent, du reste je ne crois pas trop aux livres excellents et très faciles !!


Luocine 25/09/2010 09:03



Le mot difficile cache plusieurs réalité , celui-ci littérairement n'est pas "difficile" la construction à plusieurs voix est vraiment classique. C'est le monde qu'il nous dévoilel qui est
insoutenable. Dans les discussions sur la prostitution, il ne faut jamais oublier les contraintes dans lesquelles peuvent être broyées certaines jeunes femmes .



Dominique 22/09/2010 18:58


Les livres un peu durs ne me gênent pas et je sais que je le lirai mais dans quelques temps, tous les avis vont dans le même sens


Luocine 24/09/2010 13:10



Je ne sais pas si j'ai assez insisté sur la qualité du livre, c'est dur mais littérairement c'est très beau. La violence n'est pas gratuite c'est à l'image de ce que ces femmes ont subi. C'est
une lecture éprouvante mais nécessaire à mon avis


Amicalement


 Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard