Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 12:04
http://couverture.numilog.com/9782709633260_GRANDE.jpg


http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg C’est avec une grande tristesse que j’ai lu ce livre, par ailleurs excellent. Je savais bien que la Chine maoïste ne correspondait en rien à mes croyances de jeunesse, mais « Petit Mao » va plus loin, il détruit dans une machine à broyer les moindres illusions tous les mythes maoïstes.

En plus de l’horreur qui s’est abattue sur les  lettrés de cette grande civilisation, il y a la douleur personnelle d’avoir prêté une oreille positive à  toute cette propagande. Comment croire que tuer tous les oiseaux de Chine, pouvait aider à résoudre la famine !! Comment croire que les textes des siècles anciens étaient droitiers et qu'il fallait tous les brûler, comment croire qu’il fallait humilier, jusqu’à la mort, l’intelligence.

Le roman est bien imaginé, un enfant construit sa vie sur le désir de retrouver sa mère qui a été la première femme de Mao. Il est confié à un couple communiste et lettré.

Cela permet à l’auteur de décrire les tragédies de la Chine communiste d’un point de vue original.

Comme souvent dans ce genre de livre qui remet en cause les choix politiques d’un pays, je préfère l’écriture de ceux qui ont eu à en souffrir. Les Chinois sont nombreux à écrire je rappellerai juste la force et l'humour de « Balzac et la petite tailleuse Chinoise » de Dai Siji .

 

  Un passage :

 

 - Tu hésites parce que ce porc est ton père? aboya un garde à mes oreilles.


La meute se déchaîna.


- Nos pères ne sont rien! S'ils trompent le Parti, les fils ont le devoir de les éliminer. Nous sommes les fils de la révolution, pas ceux de nos pères! Frappe-le!


- Mort aux pères! hurlèrent-ils.


Et ils m'obligèrent à gueuler avec eux.

 - Mort au père, criai-je.


Comment auraient-ils deviné que mon cri s'adressait non à l'homme que je vénérais et qui souffrait sous leurs tortures, mais à celui qui en était l'instigateur, Mao Zedung lui-même? Dérisoire et invisible victoire.

Seul Wang Yi comprit la vérité de cet hallali.

 

 

On en parle ....

link

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur français
commenter cet article

commentaires

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard