Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 02:34



Je me suis accrochée comme une désespérée à ce livre ; c’était pour moi, il devait me plaire.

Gérard Oberlé invente les mémoires d’un érudit du 16° siècle français qui a connu Montaigne, Ronsard et tous les poètes de la pléiade.

Son style imite fort bien le style de l’époque et la vie de tous ces gens est pour le moins gaillarde !

Mais, je m’ennuie terriblement, et pour éviter de le parcourir en diagonal, je vais le refermer sans l’avoir terminé. J’espère qu’une membre de notre club de lecture saura le défendre à notre prochaine réunion, car l’auteur a effectué un travail vraiment sérieux, même s’il ne m’a pas touchée.


Citation

 

Le vin délie la langue et rend l’esprit prompt et hardi. Une ancienne sentence grecque dit qu’il est le grand cheval des poètes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique 14/10/2009 09:09


C'est terrible de refermer un livre à mi parcours alors qu'on avait beaucoup espéré ! mais comme le dit sagement Daniel Pennac c'est le droit imprescriptible du lecteur


Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard