Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 22:14

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41bRbsxTxlL._SL500_AA300_.jpg

 

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img682.imageshack.us/img682/3810/dsc00721320x200.jpg J’ai été complètement séduite par ce livre étonnant et je sais que je ne serai pas toute seule à l’apprécier. Je l’ai absolument dévoré sans jamais me lasser.

Le roman est particulièrement bien construit, et permet de revisiter la société du 3° empire. Il est vrai que, comme nous sommes dans la société rurale normande, on pense souvent, ainsi que  le dit la 4° de couverture, à Maupassant.

Dans la première partie nous suivons les troupes impériales en Italie avec toutes les horreurs de la guerre et l’injustice de la conscription.

Se mettre dans la peau d’un médecin, cela permet un tour d’horizon assez complet sur la société du temps : la médecine militaire plonge le lecteur dans la réalité historique,  puis on voit le début du modernisme avec  la science médicale qui commence à s’installer, on rentre dans toutes les maisons et on voit de près la misère et la mesquinerie des uns et des autres.
Comme ce qui se passe dans la vie, les histoires sont touchantes, révoltantes, émouvantes.

Il y a une foule de personnages, mais le roman est bien fait et on s’y retrouve assez vite. Ce qui m’a le plus intéressé ce sont les réflexions sur le sens de la vie. Une profonde humanité se dégage de ce livre qui correspond certainement plus à nos valeurs d’aujourd’hui qu’à celle d’un médecin de 1859 mais peu importe ou au contraire c’est la raison pour laquelle ce llivre m’a tant plu..

Les conversations entre le guérisseur sorcier, les deux prêtres, et le médecin athées permettent de faire revivre l’ensemble des opinions du temps.
Victor Cohen Hadria raconte bien  l’amour : les sentiments et la réalité physique. Le docteur Le Cœur  veuf qui a aimé sa femme a encore besoin de présence féminine à ses côté, il y a de beaux passages à ce propos, jamais choquants mais très humains : du Maupassant !!

 

Citations :

Cette fantaisie de carabin qu’ont les chirurgiens de porter la blouse le plus sanglant possible est une pose inutile, mais de là à faire de cette manie la principale  responsable d’un fléau qui ravage les hôpitaux depuis qu’il en existe, c’est pousser le bouchon un peu loin.


 

On a bien raison de dire que la guerre est une affaire où s'entre-tuent des hommes pauvres qui ne se connaissent pas du tout pour que vivent des hommes riches qui se connaissent fort bien et ne s'entre-tuent pas.



Malheureusement, une trop grande hâte dans l'introduction de nouvelles habitudes entraîne souvent un retrait de l'instruction.
En un instant, par pure maladresse, ce qui avait demandé des années d'efforts et de persuasion se trouve rejeté à un état pire que le précédent. Et l'on voit les sorciers, les thaumaturges et les prêtres rattraper en un seul moment tout le terrain que nous leur avions arraché



Je ne crois pas aux fadaises des curés sur la vertu et la fornication, je suis assez imperméable á leur conception du monde et de la divinité à ce terrible démiurge qui instaure la jouissance pour la proscrire, plante des arbres défendus au fond des jardins et condamne le plus fidele de ses serviteurs a pourrir sur le fumier.

 

Dans nos campagnes, le labeur prime sur l’enfance. Il n’est pas rare d’apercevoir des bambins suivant leurs parents aux champs. Personne ne désire leur mort, mais leur vie n’a aucune importance. Seuls les plus forts peuvent espérer dans l’avenir.


 

Voilà le résultat de siècles d'un intense travail religieux, qui sanctifie la souffrance et dénie toute probité a la jouissance. Dans l'esprit de quel fou peut bien naître un tel mépris pour les œuvres humaines, qui seraient aussi celles de Dieu, s'il existait? Je serai en mesure de concevoir qu'un athée stupide bannisse une activité qui appartient si pleinement a la nature de l'homme, qu'un philosophe haineux des êtres vivants leur reproche ce qui est leur substance, mais qu'un croyant, qui regarde l'univers comme l'expression divine ,rejette ce qu'elle a dispensé de plus évidemment commun a toutes ses créatures est une sorte d'antinomie que je ne puis admettre. On devrait révérer le sexe dans les églises.


 

Un homme un vrai, se doit de rester sale, ne raconte-t-on pas que l’odeur du bouc attire les femelles ? La crasse, l’huile comme ils disent, favorise la pousse des cheveux, soutient l’intégrité du corps et des organes, les puces assainissent le sang…

 

On en parle …..

 

Chez Ys un blog que je regarde souvent.


L’auteur parle si bien de son livre, je lui laisse la parole, écoutez le !!

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Anne 11/12/2011 11:14

Il est à la bibliothèque et souvent emprunté. Peut-être qu'il me tombera sous la main un jour...

Luocine 19/12/2011 11:15



oui tu vas adoré ,merci pour le commentaire


Luocine.E



Ys 07/12/2011 09:34

J'ai aimé aussi, c'est la littérature française comme je l'aime : ambitieuse, romanesque, pas chichiteuse et intimiste.

Luocine 11/12/2011 10:38



oui je susi bien d'accord ..


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard