Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 19:20

le-liberdade-001-copie-1.jpg

 

 

 

 

100x66-c[1]Je viens de refermer ce livre et je pense à toutes les vocations de navigateurs qu'il a dû faire naître.

C'est un roman d'aventure écrit à la fin du XIX° siècle,dans la veine de Robinson Crusoé mais sur la mer.


Je ne connaissais pas Joshua Slocum , ce récit était  offert en supplément du magazine «Voiles et Voiliers».


La première partie est consacrée à la navigation de Joshua Slocum en tant qu'armateur sur un trois mats : l'Aquidneck.

C 'est vraiment passionnant de découvrir à quel point le commerce maritime est compliqué , en plus du danger de la navigation, le capitaine est confronté à une série de difficultés et peut à tout moment être complètement ruiné, voire pire ...(les meurtres sont visiblement très fréquents ).
Il y a d'abord la mer et les tempêtes . Ce que Slocum ne dit pas c'est qu'il est victime aussi de son entêtement à vouloir naviguer à la voile alors que déjà, en 1880, tous  les navires de commerce, ou presque tous, étaient passés au moteur.

Ensuite, il y a les règlements, visiblement les autorités portuaires peuvent décider de garder des bateaux loin de leurs ports et faire pourrir des cargaisons de marchandises sans que les motivations soient très claires.


Il y a ensuite les maladies: choléra, variole.. Et enfin les hommes, les marins sont souvent des crapules , voire des criminels et parfois des incompétents ou des voleurs.


Parmi tous ces hommes ,il y a Slocum qui,il faut bien le dire, a une très haute idée de sa valeur, il se pense excellent marin , c'est sans doute vrai mais c'est un peu agaçant qu'il le répète à l'envie pendant tout son récit.


La seconde partie «le voyage du Liberdade», commence par le récit de la construction d'un voilier rudimentaire après le naufrage de l"Aquidneck"

Ensuite il part du Brésil pour  revenir jusqu'à Washington avec pour tout équipage son épouse et ses deux fils . C'est pendant ce voyage qu'on pense à Robinson: comment survivre avec un minimum d'équipement, dans une nature au combien hostile?


Au cours de ce voyage extraordinaire sur cette embarcation de fortune,un jour, il accoste pour chercher de l'eau auprès d'un phare perché sur un minuscule rocher et là l'attend un gardien de phare qui se dit «gouverneur» de l'île et qui se comporte en chef d'état , c'est assez drôle et tellement absurde!

 

C'est aussi l'intérêt du récit: les rencontres avec toutes sortes de gens. J'ai bien aimé sa discussion avec des paysans américains . Il leur  explique que les Brésiliens ont libéré les esclaves sans pour autant se faire la guerre.
Le paysan répond , «Les sudistes étaient fous, ils ont eu la guerre et ils ont dû affranchir les noirs quand même...»

 

Les notes qui accompagnent ce récit sont intéressantes , on y apprend que Slocum n'a jamais réussi à refaire sa fortune et qu'il était bien le marin extraordinaire qu'il dit être.

 

Citations :

 

les gens de mer et le jugement sur les pilotes :


On me raconta qu'ils juraient plus que coutume , ce qui en dit long , car tout le monde s'accorde à considérer que le pilote moyen est le personnage le plus mal embouché de la gent marine

 

Une grosse tempête:


Nos hommes s'étaient amarrés chacun à son poste. Tous les espars de rechange dont on n'avait pas doublé les amarres furent balayés par-dessus bord ainsi, sur le pont , que d'autres accessoires qui furent brisés et dont la tempête arracha les saisines. La cambuse ne fut pas épargnée et le cuisinier échappa d'un cheveu à un grave accident lorsqu'une lame, balayant le pont, emporta portes , fenêtres , réchaud casserole , bouilloires.... et l'artiste culinaire lui-même , entraînant tout en vrac dans les dalots sous le vent , à travers lesquels l'homme de l'art ne passa heureusement pas grâce à l'accumulation de toutes ces épaves. Une avarie de ce genre est toujours vivement ressentie et vous fait l'effet d'une douche froide , si j'ose ainsi m exprimer. Cela signifie qu'il va falloir manger froid pendant quelque temps , si ce n'est pire.

 

Description des vagues lors des tempêtes:


Nous passions sur un banc et la mer brisait sur le haut fond! Une seconde vague arrivait, énorme , et se dressait, haute, plus haute , toujours plus haute , jusqu'à ce que rien ne pût soutenir plus longtemps la montagne d'eau ! Elle parut alors marquer un temps d'arrêt , puis s'écroula comme pour mieux nous engloutir et nous emporter dans sa furie dévastatrice. Barre dessous , je ne pouvais rien faire de plus, sinon prier. La manœuvre fit brutalement virer le canot , étrave face au danger , tandis que, souffle coupé par l'anxiété , nous nous apprêtions à affronter la suite. Nous avions à peine eu le temps de murmurer "Sauvez-nous Seigneur ,ou nous allons périr..." que la vague brisait avec une violence terrifiante ... et passait en nous laissant là , tremblants , dans la main de Dieu, réduits plus que jamais à l'impuissance.

 

Construction du Liberdade:


Il me faut en premier lieu dire un mot de l'outillage qui nous permit de le réaliser.
En premier lieu , nous disposons d'une hache , d'une herminette et de deux scies , d'une tarière de 12,5 millimètres , d'une autre de 15 millimètres et d'une troisième de 10 millimètres . Dans deux grandes aiguilles à voiles nous réalisâmes des vrilles , une aiguille à ralinguer servit de poinçon et, précieuse entre toutes, nous disposions d'une lime , découverte dans un vieux sac à voiles rejeté par la mer.

 

Genre d'aventure qui fait froid dans le dos:

On y jeta l'ancre et les voiles furent amenées, Nous sommes restés dans ce port enchanté jusqu'au lendemain matin, où la lumière du jour nous révéla que nous étions au beau milieu de récifs déchiquetés , d'énormes lames brisant de toutes parts. Seul était libre le petit chenal par lequel nous étions entrés à l'aveuglette .

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur américain
commenter cet article

commentaires

cécédille 09/12/2016 14:22

Intéressant compte rendu qui donne envie de lire le livre. Merci. Le livre fondateur de Slocum est "Seul autour du monde"

keisha 06/03/2013 20:48


Cela me rappelle que ma bibli propose aussi des livres de voyages (réels) sur les océans, cela pourrait être intéressant!

Luocine 07/03/2013 11:57



oui je crois que c'est une référence incontournable c'est le premier navigateur solitaire qui a fait le tour du monde à la voile,mais il semblerait que le livre le plus intéressant c'est le
voyage avec le Liberdade(celui que j'ai lu) pendant lequel sa famille était avec lui, j'ai lu sur Wikipédia qu'une fois à terre sa femme (sa seconde épouse) l'a quitté et n'a jamais remis les
pieds sur un bateau..
Luocine



jerome 06/03/2013 13:25


Jamais entendu parler de ce titre. Pas trop mon genre mais j'imagine facilement qu'il a dû avoir du succès au moment de sa publication.

Luocine 06/03/2013 13:55



je pens eque les droits pour ses livres sont libres car régulièrement ses romans sont publis dans des manifestations autour de la voile.


C'est le premier navigateur à voile du style Moitessier Toumelin..


Dans ma région ce sont des noms qui font rêver


Luocine



Aifelle 06/03/2013 07:11


C'est le genre de thème qui ne me branche pas trop, peut-être parce que je n'ai pas le pied marin

Luocine 06/03/2013 12:46



ici je suis entourée de gens qui adorent la mer , forcément ça influence un peu


Luocine



Dominique 05/03/2013 11:19


je n'ai jamais beaucoup lu sur ce sujet mais c'est un sujet qui a puissamment inspiré les écrivains

Luocine 06/03/2013 12:45



moi je suis entourée de navigateurs, tous ils ont lu Socum et Moitessier et rêvent de le sfaire découvrir à leurs fils


J ai bien compris que ce genre de récit peut faire rêver des jeunes garçons ou files amoureux d ela mer


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard