Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 12:14

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41q38tv9xIL._SL500_AA300_.jpg

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img682.imageshack.us/img682/3810/dsc00721320x200.jpgDepuis le testament français, je suis attachée Andreï Makine ,,j'aime les histoires qu'il me raconte. 
J'ai parfois quelques réserves mais ce cours roman m'a littéralement enchantée .
Comme toujours avec cet écrivain, la construction romanesque est intéressante .,Entre la description de deux  grandes manifestations soviétiques ,  la vie du narrateur s'écoule avec ses tragédies et ses éclats de bonheur . En huit moments differents qui sont presque de courtes nouvelles , Makine nous peint  la société sovietique qui est en train de s'effondrer et l'enfant qu'il a été, perdre toutes ses naïves illusions.
Dans chaque chapitre on trouve un court moment de bonheur. Et on se pose alors la question essentielle du livre : et si être heureux sur terre, c'etait savoir aimer et saisir ces courts moments ?
Au delà du communisme ,Makine s'adresse à la totalite de la condition humaine confrontée au pouvoir .
A chaque fois que je lis un livre sur la Russie , je me demande ce que les Russes ont de si particuliers pour connaître une destinée aussi tragique.
Si vous ne l'avez pas encore lu, précipitez vous , la poésie, l'émotion , l'humour, la révolte sont au rendez vous dans une langue d'un grand classissisme ,et, pour moi, d'une grande beauté.

 

Citations :

 

le premier émoi amoureux:

 

Ce n'était pas la première femme qui m'a ébloui par sa beauté, par la force patiente de son amour. Elle était la première, en tout cas, à me révéler qu'une femme aimante n'appartient plus à notre monde mais en crée un autre et y demeure , souveraine , inaccessible à la fébrile rapacité des jours qui passent.

 

Les orphelinats sous l'ère sovietique :

Mais le bonheur n'a pour échelle de mesure , que notre propre existence , riche ou déshéritée . A midi , à la fin des repas , nous avions droit à une tasse de liquide chaud où maceraient quelques lamelles de fruits séchés . La chance de tomber sur une figue transformait l'un de nous en élu , il  savourait, les yeux mi-clos, tout concentré sur le goût ineffable éclos  dans sa bouche.

 

Naïveté de la foi communiste : 


Les gens qui vivront dans la société communiste auront un autre type de conscience que nous . Les magasins seront toujours pleins et tout sera gratuit mais chacun ne prendra que ce dont il a besoin . Pourquoi accumuler si l'on peut revenir demain ?

 

Le sens même du livre :

Notre erreur fatale est de chercher des paradis pérennes . Des plaisirs qui ne s'usent pas, des attachements persistants, des caresses  à la vitalité des lianes : l'arbre meurt mais leurs entrelacs continuent à verdoyer. Cette obsession de la durée nous fait manquer tant de paradis fugaces , les seuls que nous puissions approcher au cours de notre fulgurant trajet de mortels.

 


Un sentiment que je connais bien:

Bien des années plus tard , cette vieille femme que j'avais laissée toute seule sur le petit perron de sa maison menacée deviendrait un de ces remords fidèles qui reviennent, notre vie durant , sans obtenir de pardon.

 

Le dissident :

Très tôt,  il devine que toutes les sociétés fabriquent la même espèce de créature : celles qui avec une servilité zoologique ne pensent qu'à s'alimenter, á se reproduire , à s'incliner devant la force de l'état qui les enchaîne dans des besognes décérébrantes, les assomme avec des ersatz de culture , les laisse s'entre-tuer dans des guerres.   

 

 

On en parle ....

Un peu partout mais aussi chez Cynthia que je ne connaissais pas

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Géraldine 10/06/2012 19:26


Je ne connaissais pas du tout cet auteur, il va falloir que je me penche sur son cas !

Luocine 10/06/2012 19:47



il décrit avec délicatesse et désespoir le régime communiste russe , le livre qui a reçu le Goncourt "le testament français" m 'avait vraiment enchanté


amicalement


Luocine



Dominique 27/05/2012 17:34


J'aime Makine mais très peu les nouvelles alors je laisse mais avec regret que ce ne soit pas un roman

Luocine 27/05/2012 20:09



ce ne sont pas des nouvelles et vraiment pour moi c'est un petit chef d'oeuvre


il n'y a pas l'effet" nouvelles" car il y a une chronologie et le narrateur et le sujet sont les mêmes


c'est très court il fait essayer si tu aimes Makine


amicalement


Luocine


 


 



krol 26/05/2012 18:10


Toujours pas lu cet auteur, et pourtant ce n'est pas l'envie qui me manque... juste le temps, juste que je n'y pense pas mais Le testament français est quelque part pourtant, sur une étagère.

Luocine 26/05/2012 23:15



alors bone découverte , et je susi certaine qu'il va te toucher


amicalement


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard