Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 12:11

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Vs69d301L._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

Traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin

 

Club de lecture

 

 

Grande première, je ne peux pas mettre de coquillages à ce roman je n’y arrive pas….


J’explique : j’ai commencé ce roman avec gourmandise et le début m’a ravie : l’humour la façon de camper les personnages, les travers de notre société, tout cela allait bon train dans un décor qui me ravissait. Ce grand restaurant où tout coûte 10 fois plus cher et va 10 fois moins vite que dans un lieu habituel est parfaitement caricaturé

Je savais, puisque la 4° de couverture l’annonce que cette famille allait être confrontée à la violence de leurs enfants.

Pour ce genre de roman je  ne peux pas en dire plus car ça enlèverai la force du suspens.


C’est totalement horrible, mais le pire n’est pas là, ces deux frères ont deux fils meurtriers, et les adultes  ne savent absolument pas se positionner face à  l’horreur et soudain le lecteur est pris dans un dégoût absolu en tout cas moi je l’ai été et je n’ai plus du tout aimé ce roman.


L’écrivain avec un talent rare de la destruction a sciemment coupé toutes les issues qui pourraient donner de l’espoir. Et je crois que je lui en veux (je ne sais pas si on a le droit d’en vouloir à un écrivain qui a réussi son livre !) de faire porter aux deux femmes le poids de la vilenie absolue.

Les femmes que je connais aiment leurs enfants avec assez de force pour les obliger à se confronter à la justice de leur pays  plutôt que d’en faire de lâches assassins, les pères aussi d’ailleurs.

Vous comprenez pourquoi je n’ai pas mis de coquillage, on est complètement pris par le livre au point de réagir affectivement comme dans la vie, ça se lit d’une traite car c’est écrit dans un style très facile, on commence par être amusé mais la déception est énorme quand on sent les solutions que l’auteur a choisies pour sa fin et du coup le dégoût l’emporte.

 

Citations :

 Les boucles d’oreilles sont à peu près aux femmes ce que le rasage est aux hommes : plus les boucles d’oreilles sont grosses, plus la soirée est importante et festive.

 

Dans ces restaurants prétendument haut de gamme, on perd totalement le fil de la conversation à force d’être confronté à ces innombrables interruptions comme les explications bien trop détaillées sur le moindre pignon de pin dans son assiette, le débouchage interminables des bouteilles de vin et le remplissage opportun ou non de nos verres sans que personne n’ait rien demandé.

 

Entendre qualifier un film, même quand on l’a beaucoup apprécié de chef-d’œuvre par son propre frère aîné, c’est comme porter ses vieux vêtements : les vieux vêtements qui sont devenus trop petits pour lui, mais qui sont de votre point de vue surtout usés.

 

C’était le genre de jet très imbue de lui-même, un jet qui cherche avant tout à témoigner d’une santé de fer et qui, autrefois déjà, à l’école primaire, appartenait sans doute à un garçon capable de pisser plus loin que tout l monde , jusque de l’autre côté du fossé.

 

On en parle ….


Quelqu’un encore plus sévère que moi

 Libros y palabritas

 


Quelqu’un qui a aimé

Lilatrouva

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur étranger
commenter cet article

commentaires

Géraldine 10/12/2011 23:30

Je vois beaucoup ce livre sur la blogo, il m'attire tout de même pas mal. je pense qu'il va falloir que je me fasse mon propre avis...

Luocine 11/12/2011 10:41



c'est une règle d'or:  se faire ss propre opinion, les billets sur les blogs me donnent parfois envie de lire,  ils ne me découragent jamais d'aller vers les livres, et lorsque je
souhaiterais qu'un livre soit oublié je n'en parlerais pas.


Donc lis-le, je lirai ton opinion avec plaisir


Luocine



Dominique 05/12/2011 10:28

je redoute beaucoup ce genre de livre, je l'avais feuilleté en librairie et reposé et depuis les billets que je lis m'enlèvent tout mes regrets

Luocine 05/12/2011 11:16



je te comprends, moi j'avais été attirée par la construction du roman, je trouve qu'il se passe beaucoup de choses autour d'un repas.


Je susi contente de l'avoir lu mais je n'en retire aucun plaisir


Luocine


 



Mango 04/12/2011 16:51

Je comprends tout à fait ta réaction car j'ai également ressenti ce dégoût quand j'ai commencé à réaliser la réaction prise par les parents. Je m'y attendais si peu mais évidemment c'est ce genre
de réaction qu'espérait provoquer l'auteur et ça m'a renvoyé à moi-même. En fin de compte j'ai aimé ce choc essentiellement moral. Je ne me suis pas ennuyé une seconde avec ce livre et après tout
c'est ce que j'attends d'une lecture-loisir mais c'est vrai, c'est un livre choc!

Luocine 04/12/2011 17:34



c est vrai qu'on ns s'ennuie pas mais on est tellement dégoûté !


ce n'est pas un bon choc car tous les peronnages sont  à enfermer !


comme dit la jeune génération "ils sont graves de chez graves"


la violence au quotidien c'est beaucoup plus insidieux


Luocine



Krol 04/12/2011 13:23

PS : J'aime quand tu ne peux pas noter un livre ;)

Luocine 04/12/2011 13:31



je me disais aussi!!


j'ai failli mettre une référence à Krol mais j'ai eu peur d'apparaître comme lèche botte car je sais que tu es instit'


Luocine



Krol 04/12/2011 13:23

C'est un livre que j'ai noté depuis longtemps. Ton billet aiguise ma curiosité. Il va falloir que je l'emprunte rapidement à la médiathèque.

Luocine 04/12/2011 13:30



un livre à emprunter mais pas à acheter


tu as le temps pour le lire il y a de plus beaux livres que celui-là


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard