Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 15:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41MxyqFUSPL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

Traduit du japonais par Yutaka MAKINO

 

 

100x66-c[1]Me voici donc plongée dans la pluie et l'étrangeté du Japon.

Merci à mes amis qui m'ont chaleureusement recommandé ce livre.

Je ne peux pas dire que je suis totalement convaincue , certes je suis certaine d'avoir lu un livre qui appartient à une autre culture.
Mais je reste un peu rétive à la culture japonaise , la force du silence ne satisfait pas complètement la bavarde que je suis...


L 'histoire est surprenante: un homme qui a assassiné sauvagement sa femme adultère trouve une forme de rédemption au contact d'un village qui fuit tout commerce avec la civilisation.

J 'ai eu quelques difficultés à accepter le personnage de cet homme qui se ballade avec les os du pied de sa femme dans un son sac à dos.... pour garder intact son sentiment de haine contre celle qui l'a trompé.


Mais le charme du roman tient à l'évocation de la nature gorgée d'eau et de vent , et à la dignité du refus de contact du village.
De ce silence naît une confrontation particulièrement bien rendue , les victorieux ne seront pas les plus forts .

On ne lâche pas ce livre quand on le commence et à la fin on voudrait suivre les petites ombres blanches dans la montagne en savoir un peu plus sur ce village qui vit autrement, les habitants vivent-ils de cette façon de leur plein grès ou sous la contrainte … mais ce ne serait plus un roman japonais!

Il faut, sans doute, n 'être qu'une cartésienne française pour se poser ce genre de questions.

 


 

Citations :

 

 

 

 

 

les grands chantiers et le coût humain :


On dit que le projet de budget du plan des travaux intègre les indemnités des victimes en fonction de la puissance maximale en kilowatts du barrage . En somme la mort est une réalité prise en compte dès le début . Ceux qui travaillent dans un tel contexte semblent s'efforcer de devenir insensibles à la mort d'autrui. Dans la pratique , si l'on devait s 'apitoyer à chaque décès, il n'y aurait plus de travail possible .

 

la pluie:


De fait, la vallée était d'une humidité déconcertante , et une fois par jour , la pluie se faisait une règle de venir la visiter avant de s'en repartir.

 

La fin:

 

La procession ne se dirigeait pas vers le monde civilisé , elle s 'enfonçait davantage dans les profondeurs de la montagne....

 

et cela continue par le genre de phrases qui me posent problème :


Soumise à la fatalité du sang des hommes déchus , elle s’enfonçait encore plus profondément à l'abri des regards.

 

C'est quoi le sang des hommes déchus??

 

 

 

 

On en parle ….

beaucoup de blogueuses adorent ce roman

Le blog des livres qui rêvent

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anis 11/11/2012 09:29


Il est dans ma pile et j'attends pour le lire.

Luocine 15/11/2012 19:36



tu me diras


moi j'ai pas trop adhéré mais l alittérature japonaise , je ne suis pas convaincue


Luocine


 



Anis 20/10/2012 10:49


J'ai ce livre dans ma pile depuis des mois, cela me donne envie de le ressortir.

Luocine 21/10/2012 20:52



essaye et dis moi je découvre des avis très partagés


Luocine



Hélène 19/10/2012 12:01


Je n'avais pas du tout accroché non plus, trop glauque à mon goût...

Luocine 21/10/2012 20:52



ben oui mais c'est bien raconté


Luocine



krol 17/10/2012 16:34


Etonnant comme sujet !

Luocine 21/10/2012 20:41



oui , c'est le style envoutant qui fait le charme de ce roman


 



Dominique 17/10/2012 09:09


Ce n'est pas mon préféré de l'auteur, j'ai eu du mal à entrer dedans  


Dans un genre très différent son essai sur le tremblement de terre du kantô m'a intéressé mais là ce n'est pas la qualité littéraire qui l'emporte plutôt le côté  documentaire empreint d'un
bel humanisme

Ys 16/10/2012 18:22


Eh bien moi, je me suis ennuyée en lisant ce livre...

Luocine 21/10/2012 20:40



je susi contente qu'au moins une personne se soit ennuyée , pas moi mais je comprends très bien qu'on s'y ennuie, dans ce roman où il pleut tout le temps


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard