Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 20:26

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51K7Ps7nEqL._SL500_AA300_.jpg

 

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Jamais plus je ne regarderai les familles nombreuses à la sortie de la messe de Saint-Lunaire ou de Saint-Enogat, sans penser à ce livre.
J’ai toujours eu beaucoup de compassion pour les fratries de 6 ou 7 enfants, tous coiffés de la même façon, cheveux courts pour les garçons,  carré retenu par un serre-tête écossais pour les filles (la variante avec la barrette est aussi acceptable).
Je sais par expérience que la vie dans ces familles n’est pas aussi rose que les gilets ras du cou de la dite couleur  le laisseraient croire…

Quand en plus, la mère en veut à la société, à sa famille, à son conjoint, à ses enfants, de ne pas mener la vie digne de son « rang », alors ce qui était une difficulté de vivre devient un enfer.

Au-delà de cet enfer, provoqué par la personnalité des parents, l’auteur décrit parfaitement bien la difficulté des rapports entre enfants et parents dans ce genre de famille.

J’avais déjà beaucoup aimé Priez pour nous, qui est son premier cri de désespoir adressé à ses parents.

 Lionel Duroy  est plus complet dans ce livre autobiographique. Comme il commence au début de la rencontre de ses parents en 1944 et  termine dans les années 2000, nous voyons toute notre époque se dérouler, avec ses violences et ses évolutions.

On voit aussi l’auteur prit dans des amours difficiles, il faut dire que, s’il sait critiquer les autres, il ne s’épargne pas non plus. Le moment où sa jeune compagne doit avorter seule et son manque de compréhension à ce moment là est d’une tristesse incommensurable.

Toute ma jeunesse et ma vie d’adulte repassent devant mes yeux, et souvent un trait de caractère, une tristesse, un sourire, un souvenir me  revient comme une fulgurance.

Etant donné le succès de cet auteur, il doit correspondre à plusieurs formes de sensibilité.

J’ai beaucoup apprécié, également, la façon dont il décrit sa nécessité  d’écrire, on le sent dans un état d’urgence et parfois même de survie.
Il fait partie des enfants mal-aimés qui, sans l’écriture, auraient encore,  tellement plus mal vécu. Il a le talent de savoir l’écrire, d’aller au-delà de sa souffrance personnelle et de s’adresser à chacun d’entre nous.

 

Citations :

Ils ne s’autorisent que la méthode du docteur Kyusagu Ogino, qui consiste, pour la femme, à déterminer ses périodes de fécondité à l’aide d’un simple thermomètre, parce que cette technique a reçu l’onction de Rome.

 

Tant d’années après, je me dis que c’est ce soir-là qu’elle nous a fait le plus de mal, et par notre faute, parce qu’aucun d’entre nous trois, les garçons, n’a trouvé la force de la rappeler pour lui balancer en plaine figure ces mots que je me répète silencieusement, certaines nuits, aujourd’hui encore, et alors que notre mère est morte depuis longtemps : « maman, tu pourrais au moins nous remercier. On n’est pas des chiens. »

 

Comme si elle n’avait trouvé aucun moyen d’échapper à son personnage d’emmerdeuse – ni la force ni l’imagination-, et je me dis aujourd’hui qu’en cédant à ses caprices, à sa bêtise affichée (revendiquée, allais-je écrire), notre père a sans doute contribué à cet enfermement.

 

On en parle....

Un nouveau blog (pour moi) le journal de Chrys

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Or Pâle 07/10/2013 23:27

Je trouve que dans ce post vous parlez de Duroy comme d'un personnage de roman, intéressant...très intéressant même.
:) http://lionel-duroy-un-jour-je-te-lirai.blogspot.fr/

luocine 14/10/2013 13:10

j'ai été touché par ce livre, et je ne me suis pas posée la question de la fiction et du romanesque , mais je suis contente de vous avoir intéressé
Luocine

Le journal de Chrys 13/09/2011 21:46


Merci!!!!!


krol 13/09/2011 08:02


Et bien, voilà qui me tente énormément... Jamais rien lu de cet auteur et pourtant son nom me dit quelque chose. Par contre, le bandeau me ferait fuir.


Luocine 13/09/2011 09:02



Bonjour Krol, tu verras que j'ai changé la photo, mais ta remarque m'a fait réfléchir : le prix de l'émotion lui va bien , tu trouveras une vidéo de lui sur Babelio il respire l'émotion cet
homme!


le prix Marie-Claire ? l'avantage des petits prix c'est que le jury est composé de femmes  qui lisent vraiment les livres proposés. Alors pourquoi ai-je enlevé la photo avec le bandeau ,
parce que je ne veux pas réduire le livre à ça.


amitié


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard