Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 18:53

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Q46SCTEFL._SL500_AA300_.jpg

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Merci Dominique pour ce délicieux conseil. J’avais demandé un conseil de lecture : j'étais en train de lire une série  de livres plutôt éprouvants . Et, j’ai reçu ce cadeau de lecture!

Il y a parfois des coïncidences agréables,

- J'ai visité Bruges très récemment .

- Cet été, mes quatre petits fils ont su, à leur manière, me dire qu’ils étaient heureux que je sois leur « grand-mère ».

- Ma mère s’appelait Thérèse et ma grand-mère Augustine.
La grand-mère du livre, celle que l’écrivain sait si bien faire revivre : Thérèse-Augustine !

L’amour du petit fils pour sa grand-mère est très bien raconté et ne peut que  vous émouvoir. Il sait donner vie à cette femme qu’une trop rude enfance paysanne, voulait laisser dans l’ignorance de la culture.

Thérèse-Augustine découvrira les plaisirs de  la lecture avec son petit fils,  c’est une belle leçon d’optimisme pour ceux à qui l'âge fait peur.

L’auteur sait aussi, (sa biographie nous dit que Charles Bertin est poète) décrire les plaisirs des jardins et de la mer. Certaines pages sont de petits poèmes en prose.

Un court mais réel plaisir de lecture, un livre que je recommanderai à mon tour.

 

Citations :


Elle ne pardonna jamais à son père la violence qui lui avait été faite en la retirant de l’école à douze ans. Ce fut le vrai drame de son existence : un demi-siècle plus tard ; l’amertume d’avoir été flouée la tenaillait toujours.

 

Au fil des mois, la pratique des livres dans laquelle elle n’avait vu à l’origine que le symbole de sa libération et l’instrument d’une revanche sur le destin, finit par se muer en passion toute pure.


O Thérèse-Augustine, ma grand-mère des groseilles de juin qui tricotiez en me racontant votre vie sur le perron aux capucines, bien des poètes, c’est vrai, firent moins bien que vous.

 

 

  Pour le style :


Mais la véritable fête, c’est la lumière qui me la donnait : les jeux conjugués de la pluie et du soleil transformaient mon repaire de verdure en une manière de grotte océanique où tous les tons du vert, du jade au céladon, de l’émeraude à l’aigue-marine, rivalisaient dans cette pénombre élyséenne criblée de rayons. La plus mince ramure baignait dans une mousse de lumière dorée qui paraissait puiser son éclat à quelque fabuleuse source intérieure. Je ne me lassais pas de contempler à travers l’épaisseur du feuillage encore nappé de pluie, mais d’où montaient déjà les premières vapeurs, l’irisation des gouttes suspendues qui, durant un moment dont j’aurais souhaité prolonger les délices, continuaient l’une après l’autre à se détacher, comme à regret, de l’extrême pointe des feuilles vernissées. Je ne savais pas encore que je découvrirais dans cet avènement éphémère d’une œuvre de la nature une préfiguration du plaisir que je trouverais un jour dans les accomplissements de l’art des hommes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur français
commenter cet article

commentaires

Dominique 22/08/2010 08:24


Aucune des personne à qui j'ai recommandé ce livre n'a été déçu, je suis comme toi après l'avoir lu on a envie de partager et de le faire lire c'est un petit chef d'oeuvre d'émotion et d'amour


Luocine 22/08/2010 12:24



oui, merci, si je n'ai pas mis le maximum de coquillages , c'est que je ne me retrouve pas complètement dans les descriptions poétiques, ça fait un tout petit peu rédaction de bon élève.


Mais ça n'enlève vraiment rien au plaisir de lecture. Comme je ne connais Bruges que depuis un an c'est encore tout frais dans ma mémoire.


Encore une fois merci pour ce livre



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard