Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 11:30

http://ecx.images-amazon.com/images/I/31%2BkXVEzZnL._SL500_AA300_.jpg

 

club de lecture

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Un livre qui va émouvoir toutes les lectrices et tous les lecteurs.

Allons-nous abandonner le support papier pour le support électronique ?

Au-delà de ce problème technique, Paul Fournel nous parle de notre époque avec un humour bienfaisant.
Le monde des éditeurs et des auteurs est peint sans méchanceté mais avec un regard précis. La langue est belle et savoureuse, on se sent complice de son personnage principal qui ayant fait de son métier « la lecture » avoue ne jamais avoir eu le temps de lire.

C’est évidemment le livre que toutes le blogueuses doivent lire , car c’est le monde que nous fréquentons, même si nous n’avons pas le pouvoir d’éditer un manuscrit, nous avons celui, parfois , de faire le succès d’un livre un peu oublié par les critiques officielles.

J’espère que la réponse à sa question finale :

 « Lorsque j’aurai terminé la lecture du dernier mot de la dernière phrase du dernier livre, je tournerai la dernière page et je déciderai seul si la vie devant moi vaut encore la peine d’être lue. »

Sera un grand OUI.

 

 

Citations :

 

Je n’ai pas non plus un grand goût pour la campagne :

 

J'ai horreur de la campagne. C'est pour cette raison que j'y vais tous les week-ends. Pour lire et faire mes infarctus en terrain hostile, dans un méchant silence noir.

 

l’éloge de l’artichaut et  avec quel talent ! :


L'artichaut est un légume de solitude, difficile à manger en face de quelqu’un, divin lorsqu’ on est seul. Un légume  méditatif, réservé aux bricoleurs et aux gourmets. D'abord du dur, du charnu, puis, peu à peu, du plus mou, du plus fin, du moins vert. Un subtil dégradé jusqu’au beige du foin qu’un dernier chapeau pointu de feuilles violettes dévoile. La vinaigrette qui renouvelle son goût au fil des changements de texture. Un parcours que l’on rythme à sa guise. Rien ne presse dans l’artichaut…


  Comme quoi, tout le monde fait des fautes, même les écrivains !:


J'éteins mon portable, dégaine le texte, essuie l'humidité de la première page et branche  mon œil correcteur. Je suis décidé à faire le tri entre les "er», les "ez" et le "é", la nouvelle épidémie des participes et je lutterai jusqu’au soir.

 

 

Le petit commerce rural :


Le boucher me prévient qu'il me donne de la poire uniquement parce que c'est moi. Il préférerait de loin me fourguer un de ses rôtis fourrés à l'emmenthal et au perlimpinpin , alignés comme des militaires dans sa banque froide avec des moustaches au persil. En parant mon morceau, il me donne toute les nouvelles du village qui tiennent même répétées deux fois, en cinq petites minutes. 

 

Humour :

 

Par esprit de farce et de solidarité j’ai pris chez mon boulanger des petits pains aux céréales ronds et je vais présenter des steaks dedans à la façon des « biftecks à la mode de Hambourg » , comme on écrivait dans les premières traductions de polars américains chaque fois qu’un « hamburger » tombait sous la plume d’un traducteur.

 

On en parle…..

 

Page après page

 

 

En lisant en écrivant

 

et une critique sur Babelio de quelqu’un qui n’a pas de blog

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

dasola 25/03/2012 11:37


Bonjour Luocine, toi aussi tu as aussi succombé au charme et à l'intelligence de ce roman, bravo. Un vrai bonheur de lecture. Bon dimanche.

Luocine 03/04/2012 23:07



merci pour ton passage , oui j'ai beaucoup aimé et je ne suis pas la seule.
Luocine



Patrice 25/03/2012 10:51


Pourquoi seulement les "blogueuses" doivent elles le lire?


Luocine serait elle sexiste?


Comment sait elle que les hommes ne lisent pas?

Luocine 25/03/2012 11:00



j'ai bien commencé mon article par les "les lectrices" et les lecteurs" , car il est vrai que les hommes lisent.  Mais  je n'ai pas souvent  rencontré d' homme blogueur à propos
des livres.
Mais Patrice si tu tiens  un blog littéraire donne moi vite l'adresse je serais ravie de mettre un lien vers ton blog.
Par contre je connais beaucoup de blogueurs à propos du cinéma


amicalement


Luocine


PS la cause des femmes est un très long et très beau combat



Dominique 24/03/2012 08:40


je dois être une affreuse mais je n'ai que très partiellement marché avec ce livre, j'ai aime la moitié du livre et ensuite je me suis ennuyée et j'ai perdu mon intérêt pour ce récit qui je
trouve ne tient pas ses promesses jusqu'au bout 

Luocine 24/03/2012 12:59



je te donne mon avis "qui vaut ce qu'il vaut" comme dit la chanson...de Bénabar


je crois qu'il est trop pudique pour parler de la mort de sa femme , et il nous la fait sentir en creux et pour moi c'est pour cela que son roman devient moins intéressant.
Luocine



Géraldine 23/03/2012 23:21


Les billets sur ce livre fleurissent effectivement sur la blogo. Avec un sujet pareil, pas étonnant. Je le lirai, et en format papier que je ne pourrai jamais quitter !

Luocine 24/03/2012 12:55



pour moi c'est un beau livre amusant , de plus et toi qui voyage beaucoup je crois que c'est quand même une solution, non?


Luocine



keisha 22/03/2012 17:02


Merci pour le lien, ton article est très beau aussi! En effet, tout lecteur devrait lire ce livre, uen vraie découverte, et qui ne fait pas l'apologie du livre électronique, laissant la liberé à
chacun mais explorant quand même ses possibilités.


Sinon, j'entasse les livres papier, on ne sait jamais... ^_^

Luocine 23/03/2012 10:18



c'est vrai et quel humour! on est vraiment bien dans le monde des livres, surtout des lectrices et lecteurs un peu moins peut être du côté des écrivains à l'égo surdimentionné


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard