Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 16:10

http://static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/2/6/2/0/9782262018962FS.gif

 

 

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpgLa lecture de cet ouvrage historique,  je la dois à une discussion enflammée avec un ami :
lui soutenait que si les soldats avaient tenu 4 ans dans cette effroyable boucherie que fut la guerre 14/18 , c'était par peur des représailles,  moi , qu'ils étaient habités par un sentiment patriotique qu'on ne peut plus comprendre aujourd' hui.


Je m' appuyais pour cela sur le livre de Becker : "les Français dans la grande guerre" qui

m'avait beaucoup appris sur ce sujet.
Pour continuer le débat, j'ai donc lu ce livre qui m'avait été offert il y a 3 ans.
C'est un livre passionnant et qui est facile à lire alors même qu'il est d'une grande exigence intellectuelle.
Tout ce qui concerne la première  guerre du côté français est rassemblé dans ces 500 pages que je viens seulement de quitter .
On est abasourdi par la légèreté avec laquelle des nations on conduit tant d'hommes à la mort.
Le déclenchement est à peine croyable , ensuite la machine étant lancée, il restait à l'arrêter  .
Tout cela on le sait tous un peu. Ce qui m'a le plus intéressée c'est le portrait des différents acteurs du conflit.
Il y a une galerie de portraits inoubliables, les hommes politiques ne ressortent pas grandis, surtout en comparaison avec le courage et l'abnégation des simples soldats .
L'historien Jean-Baptiste Duroselle est, je pense, un homme de coeur et un travailleur acharné . Il ne cache pas ses inimitiés    ni ses sympathies qui sont nées lors de  la lecture des textes ,des archives et grâce à la confrontation des différents travaux de recherche.


Je croyais que Pétain avait été le grand vainqueur de la guerre , évidemment influencé par ce qu'on sait de la guerre 39/45 , Duroselle a analysé la moindre de ses réactions . Et l'on voit déjà que c'était un général hésitant , se laissant facilement convaincre et concentré uniquement sur la défense .
  Briand que je croyais un grand homme, n'a guère ses faveurs trop politicien à son goût . Par contre Clemenceau reste bien à sa place au panthéon de ma mémoire.
Alors pour mon débat , je dirai après cette lecture  que le patriotisme est bien le moteur qui a poussé les hommes au combat et qui les a fait partir à la guerre. Mais ensuite?
Pour Duroselle , si la peur de mourir est constante la peur des représailles n'est pas ce qui a été le ciment de cette armée incroyablement valeureuse , c'est vraiment l'envie d'en finir et de bien faire ce qu'on avait commencé qui est l'explication de tant de bravoure .
Il explique, par exemple,que les mutineries de 1917 ne sont pas dues au refus de combattre mais à la perception par les combattants que l'armée était mal dirigée et que s'il fallait mourir il fallait au moins que ce soit pour quelque chose. 
Je recommande ce livre à toutes celles et à tous ceux que cette période interesse , je ne

m'y suis jamais ennuyée, j'ai tout compris alors que je ne suis absolument pas historienne.

 

Citations :

 

Une conséquence étonnante de l'organisation économique en temps de  guerre:

 

Cette formidable organisation , dont l'Exécutif des transports maritimes est à la  tête , symbolise parfaitement ce qui a probablement été le phénomène économique essentiel de la guerre : la substitution du dirigisme d'Ètat  à l'initiative privée.

 

Portrait d'un notable et une pointe d'humour:


Enfin pour présider le tout, le célèbre Ernest Lavisse "personnage prépotent de l'Université devenu très gros personnage de l'État ; on ne pouvait rien faire sans lui qu'on ne lui parût entreprendre contre lui.... Il accepta sans la moindre réticence"


 

les Africains dans la guerre , le Général Mangin parle d'eux dans ces termes :

 


"Dans les batailles futures , écrit-il , ces primitifs pour lesquels la vie compte si peu et dont le sang bouillonne avec tant d'ardeur atteindront certainement à l'ancienne "furia française " et la réveilleront s'il en était besoin"

 


Discours devant les députes de Clémenceau à la fin de la guerre:

" Quant aux vivants , que nous accueillerons quand ils passeront sur nos boulevards , vers l'Arc de triomphe , qu'ils soient salués d'avance! Nous les attendons  pour la grande oeuvre de reconstruction sociale . Grâce á eux , la France , hier soldat de Dieu, aujourd hui soldat de l'humanité , sera toujours le soldat de l'ideal."
Commentaire de l'auteur:
On pouvait employer des formules comme  celle-là en 1918 , le 11 novembre. De tels moments sont rares dans l'histoire d'un peuple. Une telle intensité de sentiments ne peut être qu'éphémère   

 

 Et finalement notre débat, La peur de la mort:


Que pensent ces hommes avant le moment fatal? A part quelques exaltés (Hitler en était) , tous ont peur - la coutume étant de ne pas l'avouer et surtout de ne pas en accuser les camarades.....Les combattants ont su , pendant quatre ans et demi, que sans cesse une épée de Damoclès menaçait de les détruire.

 

et pourquoi s'est-t- on battu jusqu'au bout ? : 


"Alors pourquoi se bat-on?....Le soldat de 1916 ne se bat ni pour l'Alsace , ni pour ruiner l'Allemagne, ni pour la patrie. Il se bat par honnêteté , par habitude et par force. Il se bat parce qu'il ne peut pas faire autrement . Il se bat ensuite , parce que après les premiers enthousiasmes , après le découragement du premier hiver est venue ...la résignation ... On a changé sa maison contre un gourbi... On a taillé sa vie dans la misère , comme autrefois dans le bien-être ... On s'imagine même plus que cela puisse changer. On l'espère toujours, on n'y compte plus."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lybertaire 12/01/2014 20:52

Coucou ! Quel livre conseillerais-tu pour mieux comprendre les stratégies des pays avant et pendant la première guerre, ainsi que les conditions de vie des soldats ? (Celui-là est un peu long pour débuter.) Sachant que je n'ai jamais lu d'essais sur le sujet ? Merci !

luocine 12/01/2014 21:06

le livre qui m'a le plus appris est celui de Stéphane Audouin-Rouzeau et d'Annette Becker retrouver la guerre 14/18 et pour comprendre le patriotisme "mourir pour la patrie" de Stéphane Audouin-Rouzeau.
mais celui de Duroselle se lit facilement
Luocine

Dominique 01/06/2012 08:36


Toc je viens de noter ce livre dans ma liste un peu trop longue mais qu'importe, je viens d'ajouter à ma collection les paroles de poilus en livre audio je trouve que des lettres lues doivent
être intéressantes mais je ne me suis jamais lancée dans une véritable histoire de la guerre de 14 alors que j'ai beaucoup lu sur la seconde guerre. 
heureuse que Clémenceau s'en sorte avec les honneurs  

Luocine 03/06/2012 09:19



je connais bien le phénomène des listes qui s'allongent? dans la mienne il y en a un certain nombre qu viennent de ton blog.


c'est ça aussi le plaisir des livres , c'est de savoir que c'est un puits sans fond... pour de nouveaux plaisirs


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard