Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 20:11

http://ecx.images-amazon.com/images/I/514L1CB8hCL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

Traduit de l’anglais(Inde) par Sylvie Shneiter


Club de lecture

100x66-c[1]Quatre voyageurs bengalis retenus dans une gare à proximité d’Agra dans les années 50, vont  raconter leur premier émoi amoureux.
Ce livre nous est présenté comme un grand classique de la littérature Bengali, son principal intérêt à mes yeux, est de nous plonger dans une réalité indienne, éloignée de la nôtre .
Les histoires se passent dans les années 30 dans un pays où oser regarder une jeune fille dans les yeux relevait d’une grande impudeur !
Ces quatre hommes ont tous fait des mariages de raison, arrangés par leur famille, mais la première jeune fille qui les a émus, les parents n’y étaient pour rien.
Les quatre hommes ont plaisir à raconter leur jeunesse, et l’ambiance de la salle d’attente m’a fait penser à certaines nouvelles de Maupassant où des hommes décident ainsi de raconter leur premier amour.
Mais la Normandie du XIX° siècle n’a vraiment rien à voir avec le Bengale du début du 20° !
La campagne normande est autrement plus vivante que ces Indiens qui se caressent du regard.
On se demande pourquoi ces hommes sont transis d’amour pour des jeunes filles qu’ils n’osent à peine regarder.
Bref, j’ai découvert ce livre sans être passionnée ni même émue mais intéressée par ce pays aux mœurs si éloignées du nôtre.
La quatrième histoire, celle de l’écrivain qui se souvient du temps où lui et ses trois amis étaient amoureux de la même jeune fille est celle que j’ai préférée. On imagine bien les trois adolescents rendant tous les services possibles pour être proches de la jeune fille, en tout bien tout honneur, évidemment.

Citations :
Certaines phrases qui m’ont agacée mais est ce un effet de la traduction ? :

Les répliques monosyllabiques ne facilitent pas la poursuite d'une conversation mais les obèses sont des êtres sociables et grégaires. (et vlan pour les obèses !)

Ses lèvres, ni trop pleines ni trop minces, au modelé ferme, avaient sans doute l'habitude de donner des ordres en quelques mots. (ou comment juger quelqu’un un peu rapidement , non ?)


Exemple d’amour bengali, une jeune femme inconsciente et des jeunes garçons amoureux :


Mona Lisa, tu ne sauras jamais à quel point nous avons exulté, le bonheur que nous avons éprouvé au fil des jours et des nuits, pendant la mousson de 1927, dans le vieux quartier de Paltan. Notre ferveur ne s’est jamais démentie dans l’obscurité peuplée d’ombres effrayantes…Si elle disait : « Oh », cela nous émouvait autant qu’un air de flûte ; si elle disait « eau », nous avions l’impression d’être submergée par les fleuves du monde entier.

On en parle … pour l’instant je n’ai pas trouvé de blogs parlant de ce livre


Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur étranger
commenter cet article

commentaires

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard