Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:54

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51SDtLStvVL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

Traduit de l'hébreu par Jean-Luc Allouche

 

À lire de toute urgence !

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Comment vivre en Israël quand on est Arabe ?

  Si l'on en juge par le talent et l'humour de Sayeb Kashua,  écrivain de langue arabe qui écrit en hébreu, apparemment ce paradoxe est vivable mais au prix de multiples contorsions.
Si vous avez déjà beaucoup lu sur ce tout petit pays qui, avec une surface à peine plus étendue que deux départements français, tient l'équilibre de la paix du monde entre  ses mains, précipitez-vous sur ce roman !

Je suis certaine que vous apprendrez mille et un petits détails sur la vie au quotidien en Israël, et que cet écrivain saura faire évoluer vos idées.
Et si vous ne savez rien sur ce pays (je doute qu’une telle personne existe !), alors vous découvrirez avec surprise que pour être avocat et plaidez des affaires pour les arabes  vous devez avoir des diplômes israéliens, parler et écrire l'hébreux que vos clients connaissent mal.
Vous apprendrez qu'il y a autant de différences entre un Juif et un Arabe qu'entre un Arabe des territoires occupés ,  un « immigré de l’intérieur » et   un habitant d’ « origine » de Jérusalem.
Que, pour être avocat arabe et avoir une bonne clientèle, il faut rouler dans une grosse berline alors qu'un Juif peut se contenter d'une voiture quelconque  car il n'a rien à prouver à sa communauté.
Entre le malheur de l'enfant qui est rejeté parce que son père a été assassiné en tant que collabo, et la femme juive qui ne peut plus voir son fils qui a tenté (et presque réussi) à se suicider, tous les malheur de la terre sont rassemblés dans ce récit.
Et pourtant ce roman n'est pas triste, il est même parfois franchement drôle.
Je vous conseille, messieurs, si vous souffrez de ce problème, la méthode de notre avocat pour lutter contre l'éjaculation précoce et réussir enfin à faire jouir votre compagne : se souvenir d'événements tristes. Lui, en revivant  minute par minute  l'enterrement de son grand-père a réussi à soutirer au moment de la mise en terre de son aïeul, des râles de jouissance de sa femme  ... à essayer !!
L'intrigue du roman est bien construite mais m’a, personnellement, moins convaincue  que l'ambiance du roman car une grand partie est fondée sur le ressort de la jalousie obsessionnelle d’un mari vis-à-vis de sa femme, je suis rarement intéressée par ce genre de comportements.
Sayed Kashua est, par ailleurs, connu pour avoir écrit une série télévisée : « travail d'Arabes » qui fait rire les Juifs et les Arabes en Israël.
En lisant ce livre, on se prend à espérer, qu'un jour, les gens d'esprit domineront et qu'ils apprendront à se connaître et à s'apprécier. Réussiront-ils,  là où, les religions, les idéologies, les politiques et les militaires  ont échoué  et sont responsables d’une  haine si vive et de tant de morts ?

 

Citations :


Le contrôle au facies … (social !)

 

Il savait désormais que les soldats, les gardes frontières, les vigiles et les policiers, issus pour la plupart des couches inférieures de la société israélienne, n'arrêteraient jamais un individu portant des vêtements manifestement plus chers qu'eux mêmes en portaient.


 

Les conversations dans les dîners de la classe aisée arabe israélienne (cela ressemble beaucoup à ce que je connais ailleurs !)

 

En général, les hommes parlaient d'immobilier ou d'argent: qui a acheté quoi et qui est plongé dans les dettes jusqu’ au cou... Les femmes, elles, des institutrices de leurs enfants et d'histoires d'autres parents d'élèves.


 

Les subtilités des préjugés entre Arabes israéliens :

 

 En revanche, ils n’avaient jamais envisagé d’inviter Samah et son époux, bien que tous deux ne fussent pas moins instruits que les autres invités et bien que  leur statut social fût peut-être supérieur à celui des autres. Le fait d’être résidents de la ville orientale les éliminerait car ces rencontres regroupaient des immigrés de l’intérieur et il y a avait des choses – ainsi pensaient-ils- qu’ils ne pouvaient partager avec les autochtones, aussi riches et éclairés fussent-ils.


 

Les mères arabes sont-elles différentes des mères juives ou de toute mère ?

 

Le rêve de chaque mère arabe dans ce pays était que son enfant soit médecin ou avocat.


 

Les difficultés de vie et  les facultés d’adaptation des habitants :

 

 Car les épouses, mères, et sœurs de prisonniers qui s'adressaient à un avocat pour qu'il représente leurs êtres chers étaient nombreuses. La plupart des familles palestinienne de Cisjordanie préféraient envoyer une femme contacter un avocat de Jérusalem car leurs chances de franchir les barrages militaires sans permis de circuler étaient supérieurs à celles des hommes.

 

L’humour et réalité :


"Il a juste volé à des Juifs», disaient certains de ses clients pour tenter de convaincre l'homme de loi qu'en fin de compte leur parent était innocent car les lois des Juifs étaient différentes, ce qui minimisait le vol. Pour eux, ce vol était une broutille, les Juifs ne sont-ils pas des gens prévoyant ? Ils ont des compagnies d'assurances, ils possèdent de l'argent et, dans une certaine mesure, voler un véhicule a un Juif était une sorte d'emprunt, voire de restitution a des propriétaires légitimes, et non un délit passible de condamnation.


 

Les localités arabes en Israël :


Décidément toutes les localités arabes se ressemblaient. Les municipalités soignaient l'entrée de l’agglomération, et, au diable le reste! L'important était que le maire puisse se faire tirer le portrait devant l'entrée solennelle de sa cité et l'imprimer ensuite sur les tracts de sa campagne électorale. 



 

 

On en parle :

Je suis à la recherche d’un blog ayant parlé de ce livre ?

 

 

la bande annonce de la série:

 


 


 

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

jacqueline arragon 03/11/2012 15:02


Bonjour,


Merci pour votre site, et l'exposé sur le livre de sayed kashua "la deuxième personne". 


Savez-vous où trouver ce livre en hébreu ? Merci.


Jacqueline

Luocine 05/11/2012 13:58



merci de votre mot gentil, non évidemment  je ne sais pas, je ne peux lire qu'en français , trois fois hélas!!!


luocine



Ls 24/03/2012 15:06


Coucou miss !


c'était "la dispute", l'émission. Mais je me demande s'ils n'ont pas un problème de podcast en ce moment.  Cela dit, en cliquant sur ce lien, je pense que tu peux le réécouter. bisous !


http://www.franceculture.fr/emission-la-dispute-litterature-kiwi-la-deuxieme-personne-et-melancolie-vandale-2012-03-23

Luocine 25/03/2012 10:55



oh merci j'ai essayé mais ça s'arrête au bout de 15 minutes


Luocine



Dominique 24/03/2012 14:06


Je viens d'écouter l'émission de france culture d'hier soir (en podcast) et il y était question de ce livre, les critiques sont enthousiastes 

Luocine 24/03/2012 14:54



j'ai cherché l'émission et je n'ai pas trouvé si tu repasses sur mon blog peux tu me donner le nom de l'émission



Dominique 24/03/2012 08:38


Celui là je le note absolument, j'ai lu plusieurs textes sur le sujet et tous m'ont passionné, le regard que l'on porte sur cette région a besoin d'être alimenté par des livres 


Si tu va regarder sur mon blog je te recommande sur le sujet : Hirbat Hiza  et aussi Naguère en Palestine livre magnifique 

Luocine 24/03/2012 12:57



je vais souvent sur ton blog je vais aller voir ces deux livres .


Celui-là tu vas apprécier, du coup j'ai acheté ses deux précedents romans et pour le peu que j'ai lu j'aime déjà.


Luocine



Theoma 21/03/2012 11:21


message reçu !

Luocine 22/03/2012 14:12



et tu me diras après l'avoir lu OK?


luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard