Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 20:44

http://spacitron.files.wordpress.com/2010/06/9782264048561r11.jpg?w=182&h=300

Traduit de l'anglais par Michèle VALENCIA

 

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg J’ai été passionnée par ce roman, je l’ai lu deux fois, la première fois pour fixer l’intrigue et la deuxième pour en savourer les moments clés. (Il faut dire que j’étais beaucoup  dans les transports parisiens ces derniers temps et Marie O’Farrel sait embarquer son lecteur dans son univers romanesque).

Le récit est très bien construit, avec sans doute quelques invraisemblances, du moins je l’espère (pouvait-on garder 60 ans dans un asile quelqu’un  qui avait bien énervé ses parents ?).

Iris, une jeune femme d’aujourd’hui, a de grandes difficultés à construire sa vie amoureuse, elle est entourée par deux voix de femmes très âgées, qui reconstruisent leur passé, l’une a la maladie d’Alzheimer, l’autre a été internée pendant plus de soixante ans.

Ces trois destins sont liés et jusqu’à la dernière ligne, le lecteur est tenu en haleine par une intrigue très bien menée. On est plongé dans la haute société Ecossaise du milieu du siècle dernier. Une jeune fille, un peu originale, qui aurait préféré faire des études plutôt que de se marier va être victime de sa propre famille.
Un des intérêts du livre, c’est la réflexion sur la condition féminine et l’horreur de l’internement abusif. Jamais le roman ne tombe dans la démonstration car tout est raconté de façon parcellaire par deux vieilles femmes qui peuvent se tromper, s’il est certain qu’Esme n’aurait jamais dû être traitée de cette façon, on ne saura pas si elle n’était pas un peu déséquilibrée.

J’aime bien que les choses ne soient pas présentées de façon simpliste, ce n’est pas un roman à thèse, cela reste avant tout un bon roman qui permet, aussi, de réfléchir sur les graves dysfonctionnement de l’internement en psychiatrie au siècle dernier.

 

Citations

Il suffisait à un homme d’avoir un papier signé par un généraliste pour faire interner sa femme ou sa fille dans un asile d’aliénés (…) Un bonhomme pouvait se débarrasser d’une fille indocile.

 

leur grand-mère les oblige à revêtir leurs plus beaux habits et à arpenter le front de mer en saluant les passants. Surtout les familles qui ont des fils.

 

Nous ne sommes que des vaisseaux par lesquels circulent des identités… Nous venons au monde en tant qu’anagrammes de nos ancêtres

 

Nous parlons d’une gamine de seize ans qu’on a enfermée pour avoir essayé des vêtements

 

Vêtues de chemises pâles, elles se déplacent comme des nuages. Difficile de dire s’il s’agit d’hommes ou de femmes car leurs chemises sont lâches et leurs cheveux coupés si courts. Certaines regardent droit devant elles, sans bouger. L’une sanglote dans ses mains. Une autre pousse un cri rauque qui se termine en marmonnement

 

 

On en parle …..

Delphine's Book

Je partage son avis sur le personnage d'Iris 

 

Le goût des livres

 

et

à sauts et à gambades

 

mon blog fétiche , avec une photo remarquablement choisie et qui m'a fait remonter bien des souvenirs

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

la souris jaune 14/04/2012 21:26


Voila, j'ai trouvé, c'était donc en 2010, ta lecture de ce livre ! Je viens donc de le découvrir avec bonheur. Et c'est vrai, comme le suggèrent certains des commentaires, c'est vrai que ce genre
de destins semble n'arriver qu'aux femmes... Quelle terreur d'imaginer qu'elles pouvaient être à la merci du bon-vouloir de leur famille !! A bientôt Luocine...

Luocine 14/04/2012 21:49



Je me souviens bien de ce livre une bonne intrigue et un douloureux destin de femme à tres bientôt


Luocine



Delphine 19/11/2010 23:05


Merci pour le lien !
Je découvre ici et j'aime bien.
A bientôt !


Luocine 20/11/2010 07:25



j'essaie de chercher de nouveaux blogs à chaque article, je trouve le monde des blog foisonnant .Ce livre m'a beaucoup marqué, même si ce n'est pas un grand livre, il laisse des traces et des
questionnements. Je suis tout à fait d'accord avec vous , la partie contemporaine est moins riche , mais participe quand même à la construction romanesque


Amicalement


Luocine



Aifelle 08/11/2010 09:57


Merci pour le lien. Je garde encore un souvenir très fort de ce livre. Et je pense qu'à une époque encore récente on pouvait maintenir longtemps quelqu'un qui gênait la famille en HP, surtout les
femmes. Vois la situation de Camille Claudel et Séraphine, avec qui je n'ai pu m'empêcher de faire un parallèle.


Dominique 08/11/2010 09:18


je trouvais qu'elle cadrait bien avec le sujet et comme on est de la même génération je crois je suppose que comme moi ce film t'a marqué


Luocine 08/11/2010 09:27



oh oui, j'avais été bouleversée à l'époque par ce film, c'était le début de l'anti-psychiatrie ,  ensuite vient "vol audessus d'un nid de coucou" depuis j'ai connu hélas, les limites de ces
positions. Et le désarroi des familles qui ont des enfants ou des parents schizophrènes qu'on ne veut plus interner alors qu'ils sont dangereux pour eux et pour autrui.


Rien n'est simple!


Amicalemant Luocine



Dominique 08/11/2010 08:43


C'est un roman que j'avais découvert chez Aifelle "Le goût des livres" et que j'ai lu d'une traite, le sujet est très bien amené, l'enchevêtrement des 3 histoires, et comme toi j'ai aimé la
réflexion sur l'internement et la violence faite aux femmes un bon roman


Luocine 08/11/2010 09:13



merci pour ton commentaire , j'ai donc mis un lien vers le sire d'Aifelle et le tien évidemment. Bravo pour la photo de "Family life" ,


Amicalement


Luocine



Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard