Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 11:30



Il y a vraiment de très bons moments dans ce livre.
On est pris par la description des deux personnages : Annette,  femme du nord de la France que la vie n’a pas beaucoup épargnée et Paul, paysan  qui vit dans une ferme du Cantal, entouré de deux oncles et d’une sœur qui aura bien du mal à faire de la place à l’intruse.

La description du monde paysan m’a fait penser au film de Raymond Depardon « profil paysans : le quotidien, et la Vie moderne.

Autant les personnages sont bien décrits autant l’histoire est juste esquissée, c’est un peu dommage.

La langue est étonnante souvent plaisante, le vocabulaire est parfois très (trop ?) recherché.


Citations:


Exemples de mots qui m’ont étonnée :


À l’automne, toute honte bue, ils vinrent à résipiscence ( ?) devant des confitures de fruits rouges.  

Nicole brodait avec gourmandise sur telle ou telle gourle ( ?) notoire.

 

 

Belle phrase:


. des vieux garçons il est vrai pour la plupart ensauvagés de solitude et de boisson, après la mort des parents.

 

Le roman débute par une très belle évocation de la nuit à la campagne :

 

La nuit de Fridière ne tombait pas, elle montait à l’assaut, elle prenait les maisons les bêtes et les gens, elle suintait de partout à la fois, s’insinuait, noyait d’encre les contours des choses, des corps, avalait les arbres, les pierres, effaçait les chemins, gommait, broyait.


 On en parle

link

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luocine 10/11/2009 17:58


"étonnée" ne voulait pas dire que je n'avais pas compris , mais je n'ai pas trouvé que cette recherche de vocabulaire était justifiée par rapport au récit. et vous?


AnneFlagel 10/11/2009 15:08


résipiscence : Reconnaissance de sa faute et résolution d'agir mieux.
http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/r%E9sipiscence/1


AnneFlagel 10/11/2009 15:06


GOURLE. — S. f. Vieille savate. — Au figuré on appelle une gourle un homme sans capacité et sans énergie, qui a pu valoir quelque chose, mais dont le moral et le physique se sont amollis et
affaissés de telle façon qu'il n'est bon à rien.
http://www.chass.utoronto.ca/epc/langueXIX/mege/articles.htm


Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard