Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 19:26
http://conjurationdeslivres.com/images/livres/musee.jpg
http://resize.over-blog.com/100x63-c.png?http://www.ville-dinard.fr/biblio/images/carte-abt.jpg

http://resize.over-blog.com/100x66-c.png?http://img694.imageshack.us/img694/8554/dsc00722320x200.jpg Chaudement recommandé par notre bibliothécaire, ce roman bénéficiait pour moi d’un préjugé favorable. Le début m’a tout de suite enthousiasmé, le ton est absolument exceptionnel. Et puis je me suis un peu perdue dans les histoires familiales. Pour me retrouver j’ai fait un arbre généalogique, je conseille à celles et ceux qui veulent lire ce roman de faire de même.

Avec un  ton grinçant, et très humoristique, Kate Atkinson raconte très bien les réalités et les tragédies familiales , surtout  lorsqu’elles  sont vues à travers les yeux de  Ruby encore petite fille.

La construction romanesque est un peu complexe,  on  va et on vient entre le présent et le passé, on s’y perd parfois mais quand on ferme le livre on a l’impression d’avoir gagné une famille complète.

Même si, à l’image du 20° siècle la vie de la famille de Bunty et George est tragique, je crois que ce sont  les moments de rire que l’on garde le plus en mémoire.

La noce, le jour de la coupe du monde de football, en 1966 pendant le match Angleterre-Allemagne est un moment inoubliable.

 

Citations


le début

Ça y est j’existe ! …. Ma fabrication commence au premier coup de minuit et s’achève au dernier, au moment où mon père se retire de ma mère, roule de côté et se retrouve subitement plongé dans un sommeil sans rêve grâce aux cinq pintes de bière John Smith qu’il a bues au Bol-de-Punch, avec ses amis Walter et Bernard Belling. Lorsque j’ai été arrachée au néant, ma mère faisait semblent de dormir – comme elle le fait souvent en ces circonstances. Mais mon père a la santé et il ne se laisse pas décourager pour autant.

 

L'amour maternel

 

-    Je n’aime pas le porridge, se hasarde à dire Patricia.

-    Pardon demande Bunty

Ce simple mot tombe comme un glaçon sur le linoléum de la cuisine. (Notre mère n’est vraiment pas du matin).

Du Tac au tac, Bunty siffle :

     -    Et bien moi je n'aime pas les les enfants! Pas de veine, hein?

 

 

Le mariage pendant la coupe du monde de football :

 

  -   Cette saleté de Coupe du Monde ! dit-elle en se tournant vers Ted, l’écume aux lèvres. Tu n’as pas honte ? Est-ce que ton mariage n’est pas plus important que la coupe du Monde.

Ted ne peut s’en empêcher. Il a jusqu’ici passé l’essentiel de sa vie à mentir comme un arracheur de dents, mais, en cette occasion publique et capitale, nous le voyons avec horreur plonger, comme un parachutiste sans parachute, vers le roc dur et tranchant de la vérité.

     -   Pour sûr que non, dit-il . C'est la finale

Avec un bruit terrible la main de Sandra s’abat sur sa joue.


 On en parle :

link

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Emmanuelle 09/02/2010 10:49


J'ai lu ce livre il y a bien longtemps.... Je l'ai tant aimé que depuis je lis tous ceux ou presque de Kate Atkinson. Elle fait partie de ces auteurs anglais qui écrivent en mélangeant les époques,
les personnages narrateurs mais surtout qui possèdent un humour sans égal.
Si vous ne connaissez pas, Jonathan Coe est lui aussi un digne représentant de ces nouveaux auteurs britanniques.
Bonne lecture,
Emmanuelle


Luocine 09/02/2010 17:15


merci j'ai lu Jonathan Coe ,mais j'ai un peu oublié. Je vais le  relire à l'occasion.


Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard