Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 11:33
http://image.evene.fr/img/livres/g/2070314316.jpg http://img197.imageshack.us/img197/3459/dsc00723320x200.jpg

Cette auteure a une place à part dans ma bibliothèque, dans une période difficile pour moi j’ai lu L’encre du poulpe, je m’y suis complètement retrouvée et ce livre m’a aidée à ressortir du noir absolu.

Depuis, je lis tout ce qu’elle écrit, à chaque fois j’ai des bons moments sans être convaincue par l’ensemble du livre.

Dans  Chanson des Mal-Aimants, j’aime bien certains  moments de vie de Laudes-Marie mais pas le roman sans que je sache bien expliquer pourquoi.

On suit la vie de cette enfant abandonnée et albinos, ses drames et aussi ses moments de bonheur.

 

Le début est superbe :

 

Ma solitude est un théâtre à ciel ouvert. La pièce a commencé voilà plus de soixante ans, en pleine nuit au coin d’une rue. Non seulement j’ignorais tout du texte, mais je suis entrée seule en scène, tous feux éteints, dans une indifférence universelle. Pas même un arbre ni un oiseau pour enjoliver le décor.

Sitôt née, j’ai été confié au hasard. Certes, ce n’est pas la plus fiable des nourrices, le hasard, mais ce n’est pas la pire. Père et mère, d’un commun désaccord en temps décalé, n’ont pas voulu de moi.

 

 Très beau passage :

 

J’aimais les mots comme des confiseries raffinées enveloppées dans du papier glacé aux couleurs chatoyantes ou du papier cristal translucide qui bruit sous les doigts quand on les déplie. Je les laissais fondre dans ma bouche, y répandre leur saveur. Mes préférés étaient les mots qu’il fallait croquer ainsi que des nougatines ou des noix grillées et caramélisées, et ceux qui dégageaient un arrière-goût amer ou acidulé. Certains mots me ravissaient, pour la troublante douceur de leur suffixe qui introduisait de l’inachevé et un sourd élan du désir dans leur sens : « flavescence, efflorescence, opalescence, rubescente, arborescence, luminescence, déhiscence … » Ils désignaient un processus en train de s’accomplir, très intimement, secrètement… et j’avais forgé un mot sur ce modèle : « amourescence ». Dans l’espoir que par magie de ce vocable neuf un peu d’amour naîtrait  dans le cœur évanoui de ma mère, et dans le mien, tout encroûté de larmes et de colère.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Auteur français
commenter cet article

commentaires

Anjelica 22/01/2010 12:44


De la même auteure, j'avais beaucoup aimé 'tobie des marais', tu l'as lu ?


luocine 22/01/2010 13:06


Oui, j'ai un peu oublié l'histoire je garde de cette auteure une expression de la souffrance et de la différence. Et une très belle écriture


amanda 13/12/2009 20:55


oui, un très joli style, très lumineux ! un beau souvenir, même si j'avais préféré Magnus :)


13/12/2009 22:15


donc on est d'accord, le style est extraordinaire, l'histoire moins non?


Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard