Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 08:46

Je suis souvent réticente à lire la littérature japonaise, je m’y ennuie ferme à chaque fois ou presque. J’ai lu ce livre car un ami architecte me l’avait conseillé.
Pour une fois, je dois dire que ce livre m’a passionnée car j’ai tout compris et je mesurais pendant ma lecture à quel point cette grande civilisation est à l’opposé de la nôtre.

Quel auteur français commencerait à décrire les lieux d’aisance pour faire comprendre le charme des maisons de son pays ? Et pourtant ! N’est-ce pas là que nous dévoilons beaucoup de nos habitudes? Tanikazaki le pense et il m’a convaincue. De la même façon sa description de la femme japonaise, m’a fait parfaitement comprendre que je suis définitivement une femme française.

 

Citations

 

Aussi n’est-il pas impossible de prétendre que c’est dans la construction des lieux d’aisance que l’architecture japonaise atteint aux sommets du raffinement. Nos ancêtres qui poétisaient toute chose, avaient réussi paradoxalement à transmuer en un lieu d’ultime bon goût l’endroit qui, de toute la demeure, devait par destination être le plus sordide, et par une étroite association avec la nature, à l estomper dans un réseau de délicates associations d’images. Comparée à l’attitude des Occidentaux qui, de propos délibéré, décidèrent que le lieu était malpropre et qu’il fallait se garder même d’y faire en public la moindre allusion, infiniment plus sage est la nôtre, car nous avons pénétré là, en vérité, jusqu’à la moelle du raffinement.

 

 

D’une façon générale, la vue d’un objet étincelant nous procure un certain malaise.

 

En fait, on peut dire que l’obscurité est la condition indispensable pour apprécier la beauté d’un laque.

 

La cuisine japonaise, a-t-on pu  dire, n’est pas  chose qui se mange, mais  chose qui se regarde ; dans un cas comme celui-là, je serai tenté de dire : qui se regarde, et mieux qui se médite !

 

Le maquillage comprenait, entre autres, le noircissement des dents ;

 

De même qu’une pierre phosphorescente qui, placée dans l’obscurité, émet un rayonnement, perd, exposée au plein jour, toute sa fascination de joyau précieux, de même le beau perd son existence si l’on supprime les effets d’ombre.

site où on parle de ce livre

http://embruns.net/carnet/lectures/tanizaki-junichiro-eloge-ombre.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard