Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 13:11

 

Lu dans le cadre du club de lecture de ma médiathèque.

 

Livre très sympathique  qui remonte le moral. Cela n'empêche pas l'auteur de décrire notre société de façon assez triste.
Il se sert pour cela de la personnalité d'un vieil homme de plus de soixante dix ans qui refuse l'ensemble du modernisme.
Son intérêt pour la société dans laquelle il vit s'est arrêté aux années 60. Depuis plus rien ne trouve grâce à ses yeux, ni les noms des voitures qui, d'appellations  qui font rêver comme Caravelle, Dauphine, Ariane, sont passée à des mots qui ne veulent rien dire comme Scénic, ni les beauté féminines, son idéal féminin restera à jamais Grace Kelly, ni bien sûr les façons modernes de communiquer.
Lui restera pour toujours relié au monde avec un téléphone en bakélite noir avec un cadran que l'on tourne avec un doigt...

Son fils va devenir père, et le roman raconte très bien les peurs du futur père et sa joie absolue devant le bébé fragile mais dont le regard est si présent.

L’année des 6 ans du petit, le grand père le gardera un mois dans sa maison au coeur des landes. Le bonheur de ces deux être, aux deux bouts du temps de l'espace humain est touchant : ce petit fils saura séduire ce vieux grincheux , et le petit garçon aimera de toutes ses forces ce grand-père hors norme.

Toutes les peurs dans lesquelles sont élevées les enfants d'aujourd'hui sont évoquées et si on comprend les parents, on est également du côté du "grand-paria" (nom qu'il s'est choisi et qui lui va bien) , l'hyper protection dans laquelle sont élevées les enfants d'aujourd'hui, leur permettra-t-elle de grandir?

Les personnages ne sont pas idéalisés, ils sont dans leur vérité. J’ai bien aimé que la maman de l’enfant, Leila, ne succombe pas au charme du grand-père : la conversation téléphonique où le grand-père explique que l’enfant a dormi dans le même lit que lui pour ne pas avoir de cauchemars est bouleversante. Elle a peur de l’inceste, et le grand-père est totalement choqué qu’elle ait pu penser à cela.

 

Le premier chapitre démarre par une scène dans le métro absolument inoubliable, elle fera sourire les parisiens et les provinciaux qui sont si heureux de ne jamais utiliser les transports en « commun » parce qu’ils sont communs justement ! (Ce n’est pas de moi, c’est une réflexion du grand père)

 

Citations :

La télévision aujourd’hui :

Encore ignore-t-il l’existence du rap et des émissions de téléréalité. Ne m’a-t-il pas déclaré tout récemment : « un jour, tu vas voir, ils vont foutre des caméras dans une maison et filmer des crétins à ne rien faire » ? S’il savait. Je n’ose rien dire. Je n’ai jamais osé.

 

La jeunesse d’aujourd’hui vue par le grincheux :

On montre son cul, on a des anneaux dans le nez, on mange avec les doigts, on s’exprime par borborygmes, on se tape dessus au moindre désaccord, on se trémousse sur des rythmes binaires…ça ne t’évoque rien

  • Euh…
  • Moi si : l’âge des cavernes. des siècles de civilisation pour en arriver là ! Ce n’est pas triste  c’est effroyable.

 

L’opinion du grincheux sur les médecins :

 

  • Tu as vu un ophtalmo ?
  • Un type qui te regarde dans les yeux pour te prendre ton fric ? Même les femmes n’osent plus faire ça.

 

Le masculin :

Que tu dises non, non et non ! A force de ne plus être machos, vous êtes devenus manchots, ma parole, toi et les hommes de ta génération !

 

Petite leçon d’économie :

Pourquoi acheter, toujours acheter, quand on peut faire durer les choses ? Pourquoi jeter, toujours jeter, grossir les décharges, quand on peut réparer ? Tu as remarqué que les verbes « jeter » et « acheter » étaient très proches ? Cette machine, je la jette, cette machine, je l’achète, ça sonne pareil … Et voilà comment la fuite en avant continue, et vas-y que j’achète , et vas-y que je jette , et tant pis pour la planète ! En plus ça rime ! Tu vois je suis un grand poète . Un grand poète paria.

 

On en parle ....

Livre-esse, Cathulu

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Dominique 06/04/2014 10:50

ça fait du bien ce genre de roman

luocine 06/04/2014 10:55

oui, et finalement, j'ai plus de souvenirs de ce genre de romans que de lectures plus difficiles qui me contrarient. Je trouve le rapport entre le grand-père revenu de tout et son petit fils qui s'éveille à la vie très juste .
Luocine

Géraldine 05/04/2014 22:12

Il me tente bien ce roman, qui me parait bien agréable à lire. Je note !

luocine 06/04/2014 10:19

oui; il fait du bien!
Luocine

keisha 05/04/2014 08:28

Les passages cités me plaisent beaucoup!!!

luocine 05/04/2014 10:00

et le livre te plaira aussi , j'en suis certaine
Luocine

Aifelle 05/04/2014 06:28

Ton billet me fait sourire, je pourrais me reconnaître dans le vieux grincheux ! je note, j'ai l'impression que tu as passé un bon moment.

luocine 05/04/2014 10:00

oh oui
j'ai envie de partager ce bon moment
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard