Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 17:10

 

 

Lu dans le cadre du club de lecture de la médiathèque

 

 

 

Quelle énergie dans ce livre, mais également quelle volonté de démontrer !

Démontrer que l’exploitation des mines s’est construite sur la destruction de la partie la plus vulnérable de la population.
Les propos du livre sont très durs et sans nuance, on se demande pourquoi ces pauvres gens se laissaient, ainsi, conduire à une mort certaine  sans mirador ni barbelés….

L’autre côté ce sont les familles possédantes uniquement centrées sur leurs propres intérêts.

Uniquement ? Pas tout à fait, heureusement ,un personnage est intéressé au sort des mineurs. Hippolyte qui a étudié et qui essaie  d’améliorer la condition ouvrière et il y réussit.

Bref on relit du Zola,sans le talent littéraire, je ne peux pas dire que cela m’a beaucoup convaincue.


Pourtant, je parlais d’énergie, parce qu’une petite fille Sophie qui est l’écrivaine, si j’en crois ce que je lis, se trouve être, par le plus grand des hasards, issue d’une des familles possédantes des houillères, et d’une famille de mineurs.
Lorsque cette enfant paraît dans le roman, les personnages se complexifient. Pour plusieurs raisons :

  • L’auteure a connu les gens dont elle parle et cela l’empêche sans doute de voir le monde en noir et blanc.
  • La condition des mineurs s’est améliorée et la fermeture des usines est vécue comme une catastrophe aussi bien pour les possédants que pour les anciens mineurs
  • Une partie de la famille des mineurs a réussi son ascension sociale alors que la riche famille des possédants s’enfonce dans la pauvreté que l’on cache sous des allures de grandeurs.

On sent alors que l’enfant à qui on raconte des carabistouilles sur ses origines n’aura qu’une envie : se sortir de son milieu.
Ce sont les événements de 68 qui lui permettront de s’émanciper complètement et voilà la militante politique qui règle ses comptes avec ses origines si étouffantes.

Je comprends bien la démarche de Sophie Chauveau, au centre de relations conflictuelles, elle a voulu dire qui elle était et c’est ce qui m’a fait lire ce roman jusqu’au bout. Mais j’ai beaucoup moins apprécié qu’elle veuille  également décrire la France du Nord et des mines de 1900 à 1968 avec le regard de la militante politique qu'elle est devenue.

Je trouve que sa vision de la société est trop manichéenne et sans grand intérêt. On a lu ces récits tant de fois, aussi bien du côté des mineurs que des grandes familles bourgeoises.

 

Citations :

Voilà le genre de passage où je trouve que l’auteur exagère à plaisir ! la glace qui dure 6 mois .....

 

Des corons, des crassiers, des curés, des patrons d'une férocité inimaginable et des terrils à perte de vue, partout des malheureux de tous âges, des hommes aux gueules noires, des mioches chétifs et blêmes, accablés d'otites ou gémissant à fendre l'âme, et des femmes qui les lavent sans trêve. Hommes et gosses, par ici elles lavent tout, jusqu’aux murs des maisons qui noircissent trop vite. Sans cesse occupées à laver les femmes ! Pas d’autre horizon que le lavoir où , la moitié de l’année il faut fendre la glace.

 


On en parle....

Je n'ai pas encore trouvé de blogs qui en parlent

Partager cet article

Repost 0

commentaires

coal 08/05/2014 15:28

Je ne connaissais que les biographies qu'elle a écrite, je ne savais pas pour son côté "politisé" et qu'elle avait sorti des ouvrages dans le genre...pas très tentant et pas très tenté ;)

luocine 09/05/2014 22:07

j ai surtout le souvenir d'un mauvais roman et je l'ai assez vite oublié
Luocine

jerome 05/02/2014 12:46

Clairement, j'ai envie de passer mon chemin. Mais je trouve la couverture très réussie.

Dominique 03/02/2014 10:12

Je vais préférer Zola je pense que j'avais courageusement lu dans l'ordre des romans mais que j'ai abandonné par surdosage
Sophie Chauveau j'ai lu une bio d'elle qui m'avait copieusement ennuyé

luocine 04/02/2014 11:05

je regrette un peu que personne en dehors de moi n'ait lu ce roman car il y a quand même comme je le disais une belle énergie dans son témoignage mai sil est vrai qu'il y a tant et tant de bons livres à lire.Moi-même s'il n'avait pas été au programme de mon club de lecture je ne l'aurais point lu! alors je vous comprends
Luocine

Athalie 02/02/2014 10:13

Dès la première phrase, tu m'a convaincue, j'ai horreur que l'on me dise quoi penser et où sont les méchants et les gentils ! trop fastoche !

luocine 02/02/2014 10:54

et pourtant sa vérité est plus complexe , c'est vraiment la partie où elle décrit la condition des mineurs qui est manichéenne , ensuite ça se complique . Heureusement!
Luocine

keisha 02/02/2014 07:14

Mouais, bon. Je lirais plutôt un témoignage de mineur...

luocine 02/02/2014 10:52

oui , ou Zola.
je pense que richesse et pauvreté se sont côtoyés dans le Nord , et je le répète je comprends bien que cette femme ait eu besoin de rétablir sa vérité . C'est la partie touchante de son témoignage
Luocine

Aifelle 02/02/2014 06:32

Ça ne me paraît pas être une lecture indispensable !

luocine 02/02/2014 10:49

je suis toujours ennuyée de ne pas recommander un livre , surtout un livre comme celui-là , on sent que l'auteure veut nous montrer l'horreur de la condition des mineurs , malheureusement elle est pour moi dans la caricature.
Luocine

krol 01/02/2014 20:36

Et bien, dis donc, tu ne donnes pas envie de lire ce roman ! Il est récent ?

luocine 01/02/2014 21:48

oui récent, j'ai eu une curieuse impression de lire des tracts politiques du style "Arlette Laguiller" au début et peu à peu le roman s'améliore .
Mais j'aurais du mal à conseiller ce roman
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard