Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 12:25

 

J'avoue ne connaître par coeur que la première strophe ! Depuis ma seconde au lycée, cela m'a toujours fait plaisir qu'une femme sache décrire le plaisir féminin.

Je laisse la parole à Louise Labé , même si, parce qu'elle est une femme et qu'elle a vécu  au 16° siècle , l'on doute de son existence, ou qu'elle soit l'auteur de  ces vers:

 

 

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie

 

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Soène 28/03/2014 05:26

Hello Luocine
Ton billet m'avait échappé... Moi qui suis Lyonnaise 200 % !
Je côtoie la statue de Louise Labé chaque jour où je travaille. Et le début de ce poème est très beau
"Je vis ; je meurs ; je me brûle et me noie"
J'ai parlé il y a quelque temps de Pernette du Guillet dans un jeudi Poésie d'Asphodèle et de l'amour impossible avec Maurice Scève...
Le 16e siècle est riche de poètes lyonnais !
Bises de Lyon

luocine 30/03/2014 16:45

merci de ton passage , Lyon devait être très particulier au XVI°
c'est toujours une ville riche culturellement Non?
un peu loin de mes bases
Luocine

maggie 11/03/2014 20:36

J'aime beaucoup ce poème et toute l'école Lyonnaise. J'ai découvert l'année dernière Scève et j'ai trouvé tous ses poèmes magnifiques.

luocine 12/03/2014 07:45

je ne connais pas Scève je vais chercher...merci Internet
Luocine

Asphodèle 23/02/2014 21:47

Pfffiou Luocine, tu me fais me contorsionner, hourra je l'ai retrouvé ton poème !!! Quel dommage d'être passé à côté, quel verbe pour son époque ! J'en connaissais d'autres d'elle mais j'ai besoin d'un rafraîchissement de mémoire ! :lol: Cela dit, je suis abonnée à ton blog, je viens de faire mes archives mail et j'ai toutes tes news sauf celle-ci, c'est vraiment bizarre ! ;) Je t'ajoute, je mettrai le cahier de poésie à jour dans la semaine ! Le prochain c'est pour le 13 mars, on a le temps ! ^-^

luocine 24/02/2014 09:28

je suis contente que tu l'aies lu , j'avais essayé de le programmer, visiblement je ne maîtrise pas bien cette fonction.
L'important c'est la poésie
Luocine

Aifelle 21/02/2014 07:03

16e siècle ! c'est superbe :-)

luocine 23/02/2014 10:49

finalement tu as vu mon poème arriver , je suis absente pour l'instant mais dès que je reviens je recommence à participer à "la poésie du jeudi"
Luocine

Laurent FUCHS 20/02/2014 22:24

Un très bon choix de texte. Je profite de ton article, pour faire la connaissance de Louise Labé que je ne connais pas.

Bises.

luocine 23/02/2014 10:47

oui, une poétesse lyonnaise , j'ai toujours aimé ce poème là , je dois avouer que je ne connais pas les autres
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard