Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 17:41

 

 

Traduit de l’anglais par Isabelle D.Taudière et Clémentine Peckre

 

 

 

Lu dans le cadre de masse critique

 

Livre historique qui rapproche le destin de deux jeunes allemands de la même génération, l’un Rudolf Höss deviendra le directeur d’Auschwitz, fleuron d’une belle carrière chez les SS. Il sera donc responsable des millions d’être humains massacrés sous ses ordres dans des conditions les plus effroyables que l’humanité a pu imaginer.

L’autre, Hanns Alexander un peu plus jeune, a failli être une de ses victimes, mais sa famille a réussi à s’installer à temps en Grande-Bretagne. Issue de la très grande bourgeoisie juive de Berlin, la guerre fera de lui un chasseur de dignitaires nazis, et c’est lui qui retrouvera et fera juger Höss.

Le livre est écrit par le petit neveu de Hanns.

Chapitre après chapitre on suit la destinée des deux hommes.
Comme souvent dans ce genre de récit, on tremble devant l’aveuglement du père de Hanns, qui décoré de la croix de guerre, et médecin renommé, peine à prendre la décision de fuir ce pays.

Un Allemand qui l’avait connu pendant la guerre 14/18, a pris sa défense lorsqu’une première fois des SA veulent s’en prendre à lui. C’est si rare de lire cela que je ne résiste pas à citer son nom, le Capitaine Otto Meyer qui préviendra la famille Alexander qu’elle doit absolument fuir lorsque le danger devient trop pressant.

Rudolf Höss, est originaire de Baden-Baden et rien n’aurait dû faire de lui un des plus grand meurtrier de l’histoire.

On retrouve  dans cet ouvrage, cette idée, aujourd’hui banale, qu’un homme ordinaire mis dans certaines circonstances peut devenir un bourreau.
Je ne peux pas dire que j’ai appris grand chose, car j’ai beaucoup lu sur le sujet.
Un aspect me restera en mémoire, si les allemands n’avaient pas connu la défaite sur leur sol, ils auraient gardé les idées du National-Socialisme et seraient toujours antisémites. Comme ce maire  qui soutient à Hanns qu’il n’y a jamais eu de juifs dans son village, alors qu’il s’y trouve  un grand cimetière juif !
Jusqu’au bout Rudolf Höss croit en son idéal nazi, c’est la défaite et aussi la lâcheté de ses supérieurs au procès de Nuremberg qui l’amène à, enfin dire qu’il s’est trompé.
Je suis restée songeuse en lisant ce passage qui en dit long sur son soi-disant remord
:

«  Dans un passage capital de ses confessions, il estimait que l’extermination des juifs était une erreur, non parce que ces massacres à grande échelle  étaient immoraux ou monstrueux, mais parce que, soulignait-il, « c’est cet anéantissement en masse qui a attiré sur l’Allemagne la haine du monde entier. ».

 


L’épilogue où l'auteur reçoit la douleur du petit fils de Höss qui visite Auschwitz avec l'auteur est important pour l’avenir de l’humanité.

L’ouvrage est illustré, ce petit fils a accepté de publier les photos de famille où on voit les Höss dans leur villa d’Auschwitz mener une vie joyeuse et insouciante.

Pendant qu’on assassinait, gazait et brûlait des millions de personnes, Madame Höss  acceptait que sa villa soit richement décorée d’objets provenant du camp, d’être servie par des employés qui ne lui coûtait rien, mais elle se plaignait de …l’odeur !

 

La famille Alexander , ne reviendra jamais en Allemagne , ce pays les aura trahi à tout jamais.

 

Le livre comporte de nombreuses annexes et une abondante bibliographie ce qui certifie le sérieux de cet ouvrage qui se lit très facilement.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans essai
commenter cet article

commentaires

maggie 11/03/2014 20:42

Je note, c'est une période qui m'intéresse et le genre de témoignage qui suscite de nombreuses réflexions

luocine 12/03/2014 07:50

oui , et on apprend toujours quelque chose ,ici c'est le côté antisémite des allemands ordinaires que j'ai retenu
Luocine

Asphodèle 20/02/2014 11:25

Luocine, j'ai mis un lien vers ton blog car il devait y avoir un poème de Louise Labbé mais tu as dû oublier, donc je le désactive pour l'instant ! ;) Si le coeur t'en dit, tu pourras toujours me le dire plus tard (avant 15h après je serai absente jusqu'à 19h environ) ! :) Bonne journée !

luocine 23/02/2014 10:51

ah bon ... mais moi je le vois
je suis loin de chez moi en ce moment!
je participerai à mon retour
Luocine

Dominique 15/02/2014 10:10

et ben déjà fini les vacances ?
Je ne me précipiterai pas dessus mais je vais le noter sur ma liste de médiathèque pour le sujet sur lequel comme toi j'ai déjà beaucoup lu mais ...
les derniers faits divers sur ces tableaux volés aux juifs et retrouvés aujourd'hui donnent à penser que tous les anciens nazis de coeur ne sont pas morts, le gouvernement allemand lui même a du mal à obtenir la liste complète !!!

luocine 23/02/2014 14:07

toujours loin de mes bases mais je profite d'un court moment pour regarder le monde des blogs
. Oui ce n'est qu'un livre de plus mais ces gens si ordinaires me fascinent , sa femme qui est simplement gênée par l'odeur me révolte, et que dire de son mari!
Luocine

Aifelle 15/02/2014 07:44

On se demande en quoi étaient faits ces gens-là, imperméables aux remords effectivement, sauf quand ils pensaient que ça pouvait sauver leur peau. Je ne suis pas tellement d'accord avec l'idée que tout le monde peut devenir bourreau ; ce n'est pas aussi simpliste.

luocine 23/02/2014 14:05

désolée pour le retard de ma réponse, ce livre ne dit pas que tout le monde peut devenir bourreau , mais que les bourreaux étaient des humains ordinaires et je crois que c'est vrai, on a cherché en eux des monstres, ils étaient des gens obéissants et ordinaires. Hélas! pour notre idée de l'humanité
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard