Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:20

lu dans le cadre du club de lecture de la médiathèque , Thème littérature francophone canadienne.

Et voilà 5 coquillages sans l'ombre d'une hésitation :quel plaisir de découvrir un petit bijou de lecture qu'on a immédiatement envie de partager avec tous ceux qu'on aime. Un club de lecture, ça sert à ça : PARTAGER des plaisirs.

 

Une enfant de 11 ans  vit depuis 5 ans avec ses grands parents aimants et ses deux petites soeurs, dans un tout petit village francophone, au milieu des champs de maïs; elle doit traverser le continent Nord américain , pour retrouver sa mère .

Tout est parfait et sonne juste dans ce roman, d'abord la séparation avec les grands parents.

 L'auteur  change de point de vue à chaque fois que Rhéauna (Nana) doit se confronter à la peine d'un membre de sa famille, on suit d’abord les difficultés de la petite fille, puis en quelques pages très sobres, on comprend pourquoi l’adulte en est arrivé à vivre une vie qui semble parfois totalement absurde. Comme le mari de Bébette monstre obèse qui dégoûte profondément la petite Rhéauna.

Le grand-père sait qu'après le départ de ses petites filles qu'il aime encore plus fort que sa propre fille, il n'y aura plus que la mort comme perspective. Sa souffrance m'a beaucoup touchée.
La première halte de l'enfant, c'est chez  la petite soeur de son grand-père. La mal aimée, l'acariâtre tante révèlera son douloureux et si beau secret à la petite fille émerveillée.
Ensuite, elle retrouve Bebette et son fameux « saperlipopette », que de tristesse derrière cette personnalité exubérante !

Puis elle retrouve Ti-Lou , qui est devenue « guidoune » pour faire souffrir son tortionnaire de père.

À travers ce voyage , l’enfant va peu à peu se détacher de la déchirure qu’a représentée la séparation de son lieu d’enfance protégé par ses grands-parents et en même temps, s’attacher et aller vers sa mère .
Les trois rêves qu’elle fait dans le train sont de très beaux moments de littérature et permettent de comprendre le chemin inconscient de l’enfant qui part de la terreur pour aller vers l’indépendance et l’affection.
La chute, la fin, je ne  peux pas la raconter sans déflorer le roman, mais c’est absolument génial.

Le style fait beaucoup pour le plaisir de lecture, on ne comprend pas tous les mots mais on savoure une langue venue d’ailleurs, plus rocailleuse que le français mais qui va bien avec ce que décrit l’auteur.

PS je n'explique pas le mot "guidoune" à vous de trouver!

 

Citations :

Les mots qu’on ne connaît pas mais qu’on comprend :

Il l’embrasse à pleine bouche, cette fois en ratoureux qui n’a pas d’autre argument.

 

Les personnalité et les rôles dans les fratries :

Elle continuait de faire rire tout le monde, comme toujours, tout en faisant preuve d’une assurance étonnante. Et se montrait tranchante quand elle trouvait bon de l’être, c'est-à-dire à peu près tout le temps.

C’est ainsi qu’elle s’était transformée sans trop s’en soucier en tortionnaire de cette petite sœur qu’elle considérait davantage, à l’instar des autres membres de la famille, comme la servante de la maisonnée que comme la fille cadette des Desrosiers, Bebette commandait, Régina obéissait. Ce n’était nulle part, c’était juste une chose qu’on acceptait sans discuter. Et qui avait durer des années.

 

J’ai enfin compris l’utilité des dimunitifs :

Ils portent des noms impossibles, Althéode,Olivine,Euphrémise,Télesphore, Frida,Euclide, qu’ils font claquer à grands coups de tapes dans le dos ou entre deux embrassades.

 

La société dans les années 1900 :

En grandissant , tu vas te rendre compte qu’on vit dans un monde fait par les hommes, pour les hommes….pis souvent contre les femmes…C’est comme ça depuis la nuit des temps, on peut rien y changer, pis celles qui essayent de changer quequ’chose font rire d’elles… Elles ont beau se promener dans les rues avec des banderoles pour exiger le droit de vote par exemple, tout le monde rit d’elles…même les autres femmes. Tu comprends, on a juste trois choix, nous autres : la vieille fille ou ben la religieuse -pour moi c’est la même chose- , la mère de famille, pis la guidoune.

 

On en parle…..

Babelio en attendant de mettre des liens plus précis
 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Mes préférences
commenter cet article

commentaires

Isa 23/01/2014 22:36

Il a vraiment l'air très beau ce roman. Ce serait l'occasion de découvrir cet auteur.

Brize 15/01/2014 10:03

Quel bel enthousiasme ! Pour le mois québécois de Karine, c'est ce titre-ci que j'aurais dû emprunter, plutôt que celui dans lequel je ne me suis finalement pas lancée (pas le courage d'aller chercher le titre exact, c'est le long monologue d'une femme en québécois).

luocine 18/01/2014 14:39

mon plaisir a été partagé par toutes les lectrices de notre club.
C'est bon signe
Luocine

Fransoaz 12/01/2014 12:08

J'ai noté le nom de cet auteur québécois après avoir récolté tant de bonnes critiques sur les blogs participant au challenge; je rajoute ce titre près du nom maintenant.

luocine 12/01/2014 13:28

j ai hâte d e lire la suite car celui-là commence" la diaspora des Desrosiers" mais comme toutes les participantes du club, veulent la lire également , je crois que je vais devoir attendre! ou l'acheter!!
Luocine

Aifelle 10/01/2014 06:15

Je le note pour le prochain challenge du roman québécois de Karine !

luocine 10/01/2014 13:29

bonne idée
luocine

jerome 09/01/2014 20:07

Depuis le temps que je veux découvrir cet auteur, à te lire je pense que c'est le roman parfait pour commencer.

luocine 09/01/2014 20:45

OOOOOOOOOOOOOOOOOUI
un énorme oui
il vient de recevoir un coup de coeur à notre club e lecture
Luocine

krol 09/01/2014 17:31

Oh ! 5 coquillages !!! la guidoune... ce pourrait être la femme libre, célibataire mais qui a des hommes dans sa vie. Quand il s'agit des hommes, on appelle ça un don Juan, et quand il s'agit des femmes, on dit que c'est une pute !!!

luocine 09/01/2014 20:44

tu vois tu sais parler québécois , lis ce livre tu vas adorer
luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard