Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:09

 

lu dans le cadre du club de lecture de la médiathèque

 

Encore une fois, j'ai oublié sur quel blog j'avais acquis la certitude que je lirai ce livre.

Mais lorsque la bibliothécaire, responsable de mon club de lecture (qui a enfin repris ses activités après un an d'absence),a proposé ce livre, je me suis précipitée .

Pour moi, il s'agit plus d'un roman que d'une biographie du fils schizophrène d'Albert Einstein, Eduard.
Laurent Seksik a consulté toutes les sources disponibles pour essayer de cerner au plus près les relations dans la famille Einstein.

Il est médecin et il a mis son savoir médical au service de la compréhension de la schizophrénie d'Eduard.
Mais la relation entre le père et le fils demeure du domaine de l'intime , et aucun biographe ne pourra jamais la faire comprendre complètement.
Je craignais avant la lecture que la phrase en quatrième de couverture:
«Le fils d'Einstein finira ses jours parmi les fous, délaissés de tous, dans le plus total dénuement.» soit le fil conducteur du roman et qu'on assiste à un déboulonnage en règle de la célébrité d'Einstein.

Ce n'est absolument pas le cas.

Eduard est le fils de la première femme d'Einstein, et l'éloignement de son père est, aussi, le résultat d'un divorce très douloureux et des violences de la guerre.
Einstein a dû fuir l'Allemagne nazie en laissant tous ses biens derrière lui, il est arrivé en Amérique mais ses positions antiracistes lui ont valu la réprobation d'une grande partie des classes dirigeantes de ce pays.

L'auteur ne justifie rien , il expose des vies déchirées par l'horreur du temps et en particulier du nazisme, par le divorce et la maladie mentale.

Bien avant d'être célèbre, le couple Einstein a connu l'horreur de perdre une petite fille qu'ils avaient mis en nourrice, évidemment son épouse s'en voudra beaucoup et lui, a caché et sans doute nié, ce fait toute sa vie.
Liserl aurait-elle vécu si elle était restée près d'eux? Comment soignait-on la scarlatine à cette époque?

J'avoue avoir été plus choquée par la mort du fils de leur fils aîné , Hans-Albert qui refusera au petit Klaus les soins pour une diphtérie au nom de sa foi dans l'église scientiste !!

 

Ce livre pose cette question à tous ceux qui connaissent la maladie mentale: comment aider un schizophrène qui s'enferme dans un rejet violent de toute forme de compassion . La famille est souvent la plus mal placée pour aider le malade . Eduard semble haïr son père , alors que sans doute il aurait voulu que celui-ci s'occupe de lui.

Je pense que seule une institution faisant preuve d'humanité peut réellement aider le malade qu'il soit fils d'Einstein ou du plus parfait inconnu.

Loin de tout voyeurisme ce livre m'a bouleversée , et je le trouve d'une honnêteté admirable!

 

Citations:

Être le fils d'Einstein :

 

Peut-être que de nombreuses personnes se présentent en ce lieu en affirmant être le fils d'Einstein . Je ne leur jetterai pas la pierre. Porter un illustre patronyme peut être considéré comme une chance . On croit que la gloire rejaillira sur soi. On se trompe lourdement. Le nom d'Einstein est une charge pour le commun des mortels. Une seule personne possède les épaules assez solides pour supporter un tel fardeau: mon père. Ni mon frère ni moi n'avons la stature. Voilà la cause de mes tracas si c'est ce que vous cherchez.

 

Le lourd secret:

Liserl était le secret le mieux préservé de la légende Einstein, mieux gardé que celui des Templiers. Aucun registre n'attestera jamais de sa naissance . Nul ne se doute encore aujourd'hui, en 1930, trente ans après les faits qu'Albert et elle avaient eu et abandonné un enfant , que cette enfant était décédée. Liserl Einstein était effacée des mémoires.

 

Note d'humour (il n'y en a peu!):

 

La production a utilisé une doublure pour la fin. Finalement il n'y a pas que moi qui me dédouble. Mais moi, ce n'est jamais du cinéma.

 

La neutralité Suisse:

Nos coffres sont pleins et nous n'avons pas connu la guerre. Préférerais-tu l'inverse? La Suisse n'a jamais été en guerre. Elle n'a souhaité la défaite de personne , la victoire de personne. Qui prétendra le contraire est un menteur. Soit il te ment maintenant à toi et à tes Alliers vainqueurs, soit il a menti aux Boches pendant six ans.

 

Le courage d'Einstein et la faiblesse d'un père:

Il a eu tous les courages. Braver la Gestapo,soutenir, un des premiers, la cause des Noirs, aider à la création d'un état juif , braver le FBI, ne pas baisser l'échine, ne jamais renoncer, écrire à Roosevelt pour construire la bombe contre l'Allemagne et écrire à Roosevelt pour arrêter la bombe destinée au Japon. Soutenir les juifs opprimés par le Reich. Pétitionner. Être en première ligne. Mais aller voir son fils est au-dessus de ses forces. Il a trouvé ses limites. Seul l'univers ne connaît pas de limites.

 

Le rapport père fils:

 

Il est le père d'Eduard. Qu'est ce que cela signifie?

Les pères engendrent les fils. Mais ce sont les fils qui rendent père leur géniteur, qui font d'eux des hommes.

 

On en parle …

Dans Babelio

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Céline 16/01/2014 15:17

Ce sujet m'interesse j'ai déjà croisé ce titre sur des blogs, je suis tentée !

luocine 18/01/2014 14:40

lis le vite et tu me diras ce que tu en as pensé
Luocine

Clovis Simard 05/01/2014 14:25

HISTOIRE DE LA POMME:CONTEMPLATION-GRAVITATION-FERMATON.fermaton.overblog.com

luocine 05/01/2014 14:32

je en comprends pas trop ce commentaire , est ce en rapport avec Einstein?

Géraldine 03/01/2014 23:24

Il faut vraiment que je lise ce roman. Lors de la soirée Goncourt à Rennes, les lycéens ont dit que ce livre était très bien placé dans le tiercé de tête !
De mon côté, je suis en train de lire le roman qu'à écrit l'auteur sur Zweig !

luocine 05/01/2014 14:27

C'est un livre très intéressant , il croisera certainement ta route
Luocine

Sandrine 07/12/2013 19:23

Tout à fait intéressant en effet, j'aime souvent quand les écrivains se mêlent de biographie. Tu dirais que c'est un roman ou un documentaire ?

Dominique 07/12/2013 14:12

je l'ai lu en version numérique cet été et j'ai aimé ce livre mais par contre je suis plus sévère que toi concernant Einstein, laisser ainsi à l'abandon son ex femme qu'il a largement 'utilisé" quand il était sans le sous ce n'est pas vraiment très digne
je te rejoins quant à son fils

luocine 07/12/2013 16:56

j ai cherché sur ton blog ta critique et je ne l'ai pas trouvée.
Pour une fois je ne suis pas d'accord avec toi. Einstein lui a acheté 2 appartements à Zurich et l'écrivain dit lui-même qu'elle n'a pas su gérer ses biens. Et finalement il paiera le dernier dans lequel elle habite car sinon elle aurait été à la rue.
Et dans cet appartement on retrouvera, après sa mort, la moitié de l'argent du prix Nobel qu'Einstein lui avait laissé. Pour moi ça ne s'appelle pas abandonner quelqu'un.
Leur divorce s'est vraiment mal passé , mais il y a une chose qui me la rend antipathique , c'est qu'elle a fait baptiser leurs fils sans le lui dire. Si Einstein avait fait circoncire leurs fils sans le lui dire , elle aurait hurlé.
Je trouve que quand on va vers une personne originaire d'une autre religion , tout doit se discuter et se faire dans la négociation à deux . Et surtout rien ne doit se faire en cachette de l'autre.
Luocine

Aifelle 07/12/2013 06:24

J'ai écouté l'auteur à la radio au moment de la sortie du livre et je l'avais trouvé passionnant. Je vais voir s'il est à la bibliothèque.

luocine 07/12/2013 09:45

Je ne suis pas surprise qu'il soit passionnant , on le sent habité par son sujet
Luocine

jerome 06/12/2013 20:13

Un sujet particulièrement difficile. Tu en parles magnifiquement en tout cas.

luocine 07/12/2013 09:44

j 'ai été émue par ce roman et l'auteur a , je trouve, très bien travaillé son sujet
Luocine

krol 06/12/2013 17:44

J'aime beaucoup ton article, très argumenté et qui me donne très envie (de plus en plus) de lire ce livre. J'avoue que je craignais ce dont tu parles (une attaque en règle d' Einstein) mais s'il n'en est rien, alors il mérite sûrement que je m'y attarde.

luocine 06/12/2013 18:59

personne n'est attaqué et tous les personnages sont victimes, victime de la folie du temps, et surtout impuissants face à la maladie mentale .
Einstein n'a pas su et n'a pas essayé , mais sa femme qui a essayé jusqu'à sa mort , n'a pas su non plus.
Ils n'ont rien à se reprocher la maladie d'Eduard était plus forte que tout.
Je trouve que l'écrivain rend très bien aussi ce qui se passe dans la tête du malade, on sent qu'il connaît bien la maladie ou qu'il s'est bien renseigné.
un livre très mesuré et qui m'a beaucoup intéressé.
Luocine

Eve-Yeshe 06/12/2013 15:28

j'aime beaucoup la critique ce livre est dans ma PAL mais je crois que je vais être obligée de l'acheter car pas sûre de l'avoir à la bibliothèque

luocine 06/12/2013 18:54

il est dans ma bibliothèque alors il doit bientôt être dans la tienne ..
c'est vraiment très bien
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard