Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 17:19

 

 

Lu dans le cadre du club de lecture de la médiathèque (thème: littérature canadienne)

Je ne connaissais pas cette auteure, pourtant présentée comme un «grand classique» de la littérature canadienne .
C'est un roman très agréable à lire , même si (ou parce que!)on a parfois l'impression d'être au pays des «bisounours»!

Tout le monde est gentil et même les méchants sont fréquentables.
Ce roman correspond à l'idée que l'on se fait des Canadiens: des gens vivant dans des contrées très isolées dans une nature aussi belle que sauvage, parlant peu , rudes à la tâche et au cœur d'or.

Derrière le côté gentil, se dessine des vrais personnalités , et en lisant ce livre, je me disais que nous, lecteurs d'aujourd'hui,étions davantage attirés par la noirceur et la dureté des rapports humains.

Par exemple, le personnage de Bessette qui exploite les trappeurs aurait pu être peint sous les traits d'un infâme avare, certes, il est odieux , mais comme tout le monde doit vivre avec lui , on a l'impression qu'il est préférable de l'accepter comme il est.
Et notre homme d'église qui se donne le rôle de justicier, et qui réussira à faire payer les fourrures à un prix plus juste, s'en voudra d'avoir précipité les hommes des bois dans un alcoolisme encore plus violent qu'auparavant (du temps où Bessette les exploitait outrageusement).

J ai été émue par le passage où Luzina se rend compte que l'éducation qu'elle a tant voulu donner à ses enfants les a conduits à s'éloigner définitivement de son mode et de son lieu de vie.

Un roman sympathique , bien loin des difficultés de notre société actuelle , un bol de grands espaces peuplés de gens gentils.

 

Citations:

Portrait d'un taiseux:

Dans un pays où on était souvent silencieux, faute d'avoir du nouveau à commenter, il détenait le record de la taciturnité. Il passait pour avoir mené ses affaires, accepté des commissions, rendu service, accompli son devoir de facteur, fait l'amour, procréé des enfants, tout cela sans avoir prononcé plus d'une dizaine de phrases.

 

Un trait de caractère assez répandu :

Telle était Miss O'Rorke. Sa préférence morne et accablante allait toujours à ce qu'elle avait perdu, et s'il y avait des coins du monde qu'elle vantait sans répit, c'étaient toujours ceux-là où elle était assurée de ne plus remettre les pieds.

 

Un facteur qui a une vision personnelle du progrès:

Quinze ans plus tôt , il était arrivé tout fin seul dans ce pays, et il avait pu croire qu'il y vivrait en paix. Personne ne savait écrire et lire dans ces bons temps , et personne n'en souffrait. Le progrès, la civilisation, comme ils appelaient les embêtements, avaient tout de même commencé à les rattraper, petit à petit dans le Nord. D'abord les gens s'étaient fourré dans la tête de recevoir des lettres, des catalogues de magasins. Les catalogues de magasin , voilà à peu près ce qu'il y avait de plus bête au monde! C'était encombrant. Ça vous bourrait un sac en un rien de temps, et pourquoi, je vous le demande ! Rien que pour vous démontrer que vous auriez maintenant besoin d'un tas de choses dont vous vous étiez parfaitement passé...

 

On en parle....

Livres de Malice que j'ai trouvé sur Babelio


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine
commenter cet article

commentaires

Fransoaz 19/12/2013 22:08

J'avais bien ai aimé ce côté un peu désuet de l' histoire et la partie Education/transmission m'avait passionnée. Et puis les espaces du grand Canada!

luocine 19/12/2013 22:24

j sais que je l'oublierai , mais il a représenté un bon moment de lecture.
Luocine

jerome 09/12/2013 12:50

C'est bien aussi le pays des bisounours parfois. Moi non plus je ne connaissais pas du tout cette auteure.

luocine 09/12/2013 12:55

j'ai lu dans sa bio, qu'elle a écrit beaucoup de livres pour enfants , et toi tu en commentes très souvent. Je pense qu'elle doit être très douée pour écrire pour les enfants
Luocine

Hélène 09/12/2013 08:27

Je n'ai jamais lu cette auteure, il faudrait que je la découvre...

luocine 09/12/2013 09:41

une petite note de douceur , ou comme le dit Dominique de bienveillance
Luocine

Dominique 08/12/2013 10:51

lu il y a déjà pas mal de temps
j'ai aimé cette douceur et cette sorte de naïveté bienveillante mais je ne suis pas sûre de lire autre chose du même auteur

luocine 08/12/2013 10:54

Je n'ai lu que celui-là , et j'ai bien aimé comme tu le dis cette "naïveté bienveillante", j'ai un petit goût de plaisir dans ma mémoire, ce que je me demande c'est si on pourrait écrire comme ça aujourd’hui.
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard