Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 10:25

 

Emprunté à la médiathèque

 

Le chemin de Compostelle m'a entraînée vers le Brésil....

Je voulais connaître ce roman pour lequel Jean-Christophe Rufin a reçu le prix Goncourt 2001 et connaît depuis une notoriété certaine.
Cet écrivain est doué pour les romans historiques, je le sais depuis «le grand Coeur» et même si je ne suis pas une grande adepte du genre, je ne boude pas mon plaisir quand c'est bien fait.

Cette épopée de 600 pages nous raconte un épisode peu connu , la tentative de colonisation du Brésil par le chevalier de Villegagnon en 1555.

 


En quelques pages, à la fin du roman, l'auteur nous résume ce que l'on sait de cet épisode peu glorieux, il explique aussi, que les deux personnages les plus romanesques, Colombe et Just de Clamorgan, sont sortis de son imagination, l'écrivain a donc pu , à sa guise, leur donner une personnalité plus complexe que les personnages pour lesquels les sources historiques mettent quelques limites à la création littéraire .

Le style de Ruffin est un délice de simplicité et de clarté,puisque nous sommes en 1555, il maille son texte de mots anciens qu'on a plaisir à rechercher.
Savez-vous ce que sont des «poils amatoires»? j'ai souri quand j'ai compris( le texte est suffisamment explicite !).

Ruffin entraîne son lecteur dans un Brésil à la nature aussi luxuriante qu'inquiétante peuplée d'Indiens au mœurs qui choquent les Européens. D'abord, ils se promènent nus et ne semblent pas avoir envie de domestiquer la nature. Et comble de l'horreur, ils sont anthropophages .

Le choc des deux civilisations ne permet pas qu'une compréhension mutuelle puisse s'installer , sauf pour Colombe mais c'est le privilège du romancier de rêver que deux civilisations aussi opposées puissent se comprendre.

Les colons sont peu nombreux et mènent une vie terriblement dure, la construction d'un fort est une entreprise complètement surhumaine mais à ces rudes conditions d'installation se rajoutent les disputes religieuses qui décimeront, bien plus sûrement que tout autre danger, la malheureuse petite troupe aux ordres d'un capitaine fantasque qui va perdre peu peu toutes ses illusions.
Malheureusement, il perdra la seule qui le rendait un peu sympathique , la croyance en l'homme et deviendra un enragé de la foi et donc tuera,tortura avec toute la bonne conscience que donne l'assurance d'avoir Dieu pour soi .

Au delà de la découverte du Brésil ce roman est une bonne façon de faire revivre la Renaissance avec ce curieux paradoxe que cette période a apporté l'humanisme mais, hélas, l'intolérance religieuse et annonce les guerres de religion.
C'est terrible de se souvenir que les anciens persécutés, calvinistes ,luthériens deviendront à leur tour des combattants au nom de la «vraie» foi sans aucune pitié pour ceux qui ne partagent pas leurs croyances.
Le débat autour de la présence du corps du Christ dans l'hostie en est un parfait exemple.

Je comprends que beaucoup de lecteurs aient aimé ce roman et dans notre monde où l'on voit des musulmans s’entre déchirer au nom de la pureté de leur foi ce livre a sa place dans notre réflexion.

 

 

Citations:

le choc de l'Italie pour les Français de l'époque :

 

Je suis arrivé en Italie a trente ans et, crois-moi, j'étais encore tout plein de la vieille tradition de notre chevalerie où l'homme est ruiné par les veilles et les prières,cousu de cicatrices et ne s'accorde aucun soin. Mon premier choc , je l'ai reçu à Florence , en voyant le David de Michel-Ange et le Baptême du Christ de Sansovino. Ainsi malgré la trahison d'Adam, l'idée de Dieu était toujours présente dans l'homme et il suffisait de la cultiver. L'homme idéalement beau, chef d’œuvre de son créateur, l'homme de bien qui excelle aux armes et aux arts, l'homme bon,calme,serein, élégant, maître de lui, pouvait devenir un idéal.

 

Réflexion qui m'a étonnée :

La fidélité est un sentiment qu'on contente aisément. Il suffit de le tolérer.

 

Genre de discussions avec des fanatiques religieux:

  • les auteurs dont vous parlez , précisa tranquillement le pasteur , ne connaissait pas le Christ. Leur pensée plongée dans les ténèbres , ne peut être d'aucun secours. Il faut croire, voilà tout.
    - C'est ce que disent aussi les prêtres et le pape , fit lugubrement l'amiral.

    - Oui, confirma Richer avec mépris. Mais la différence, c'est qu'il sont tort.

 

Tuer au nom de Dieu :

Les guerres de religion sont toujours une providence pour les criminels. La violence tout à coup devient sainte ; pourvu qu'ils sachent mimer la dévotion, au moins en parole , licence leur est donnée par un Dieu d'accomplir des infamies dont ils avaient longtemps rêvé.

 

On en parle...
Je renvoie aux critiques de Babelio car je n'ai pas lu de critiques récentes de ce livre dans mes blogs préférés .

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine - dans Roman historique
commenter cet article

commentaires

Fransoaz 14/11/2013 09:34

J'adore le romanesque de l'auteur et Rouge Brésil fut pour moi une révélation; j'ai enchainé avec bien d'autres titres de JCR dans la foulée.

luocine 14/11/2013 15:55

Pour l'instant je n'ai eu aucune déception , mais je n'essaie plus jamais de tout lire un auteur car je sais qu'alors ça épuise un peu l'intérêt que je peux avoir pour lui
Luocine

Jeanmi 11/11/2013 05:17

Pour une fois un auteur qui n'a pas honte de dire qu'il vient du polar et qui ne cracha pas dessus...

luocine 14/11/2013 15:54

Tu veux dire qu'il a écrit des polars?, je ne le savais pas
Luocine

Sandrine 10/11/2013 16:55

Rhaa coiffée au poteau par les commerçants de chez Babelio ! Le 3 février, c'était il y a longtemps ? :-) Ce livre m'a un peu réconciliée avec Rufin auteur, un peu, mais je n'aime pas bien le bonhomme...

luocine 14/11/2013 15:53

je ne connais pas Ruffin, mais les livres que j'ai lus de lui m'ont bien plu. le début de ton commentaire est un peu compliqué à comprendre
Luocine

Hélène 06/11/2013 08:41

Lu il y a longtemps j'en garde un excellent souvenir..

luocine 06/11/2013 08:46

et tu sais si tu avais fait un texte sur ton blog. Je sais c'est à moi de regarder.
Je me demande comment notre personnalité est influencée par tous les livres que nous lisons.
Je pense que celui-là restera pour moi un moment de réflexion sur l'intolérance religieuse .
Luocine

Dominique 05/11/2013 09:15

Contrairement à toi je suis adepte des romans historiques et bonheur pour moi je n'ai pas lu celui là, comme il est ancien je vais le trouver sans difficulté à la bibli lors d'un prochain passage
Je suis plongée depuis hier dans un gros pavé sur les relations entre juifs et musulmans ! passionnant

luocine 05/11/2013 18:01

je pense que tu vas aimer celui-là. Quand je dis que je n'aime pas les romans historiques c'est relatif , j'aime bien qu'un roman me fasse découvrir une époque, et amène une réflexion. Et c'est le cas ici , la présentation de la renaissance est très intéressante , beaucoup plus , à mon goût, que l'aventure brésilienne. Et j ai bien aimé les réflexions sur la religion surtout à la lumière de ce qu'on connaît par rapport à l'islam aujourd'hui.
Luocine

Aifelle 04/11/2013 17:17

"Le chemin de Compostelle" m'a donné aussi envie d'aller plus loin avec l'auteur. Par contre, j'ai envie de commencer par le premier "l'abyssin" je crois.

luocine 05/11/2013 17:56

pourquoi pas, tout ce que j'ai lu de cet auteur m'a bien plu.Pour ce qui me concerne,je vais essayer de ne pas tout lire, car je sais que je n'aime pas lire à la suite tout du même auteur.
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard