Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 15:19

 

 

 

 

traduit de l'anglais de l'Afrique du Sud par Bernard Turle

Actes Sud

 

Brink, André Brink!

Je dois à cet auteur la révélation de ce qu'a été l'Afrique du Sud: un pays tragique et superbe.


Depuis Une saison Blanche et Sèche , j' ai lu avec passion ses romans: Un turbulent silence, Au plus noir de la nuit...

Il a su, avec un talent incomparable ,entraîner ses lecteurs dans les méandres des passions humaines.

 


ET ... Il vient à Saint-Malo , aux «étonnants voyageurs» , avec son autobiographie Mes bifurcations .

 

C'est un des meilleurs conteurs que je connaisse, et c'est, encore une fois, ce talent là qui m'a le plus intéressée dans ce très long récit.

 

Il y fait le point sur tous ses parcours.

Il a pris tous les chemins des révoltes et là où l'injustice essaie d’étouffer l'esprit de liberté ,André Brink met son talent et sa notoriété au service de ceux qui luttent.

 

 

Bien avant d'être un écrivain célèbre dans le monde entier, il a été un petit Afrikaner élevé par des parents aimants mais tout naturellement racistes et cherchant à éviter tout contact avec la population noire qui les entourait.

 

 

Jeune étudiant, c'est en France, en côtoyant des étudiants noirs, qu'il prendra conscience de l'horreur de la situation dans son pays .

De retour chez lui il ne cessera , alors, de participer très activement à la lutte contre l’Apartheid, prenant souvent de très grands risques.

Il retourne en 1968 en France et cela m'a amusé de lire ce qu'il a pensé des événements de mai 68 en France.

 

Le livre mêle ses expériences et évolutions personnelles et les conflits du monde que ses positions courageuses l'ont conduit à connaître. Il le dit lui-même il est plus écrivain que politique. Il a été amené à s'appuyer sur des idées révolutionnaires qui ont provoqué bien des tragédies elles-aussi,la partie critique de ces idéologies me manque un peu.


Il fait , également,la part belle aux femmes rencontrées et aimées pour certaines d'entre elles, à la passion.

 

 

Son livre se termine très tristement car l'Afrique du Sud est gouvernée par des incompétents et des corrompus .

La violence y fait, encore, beaucoup de victimes , la seule différence , c'est qu'aujourd'hui elle est exercée par des noirs contre les blancs ou des noirs riches.

Entre le chef d'une police dépassée ou totalement corrompue, une ministre de la santé qui veut lutter contre le Sida avec de l'ail et des décoctions de plantes, on se dit, hélas! que ce pays est bien mal parti.

Dans ce chapitre on peut lire ce qu'il avait déjà écrit dans un article du Monde paru en 2006.

 

 

Par soucis d’honnêteté , André Brink cite tous les noms des personnes qu'il apprécie où qu'il critique , on est parfois un peu submergé par tant de noms inconnus et de précisons sur les circonstances de ces rencontres . Cela alourdit son récit et je dois avouer que j'ai parfois sauter des pages.

 

Ses mémoires fourmillent de moments très différents. Comme le dit le titre, André Brink a bifurqué souvent.. mais sa ligne de conduite a toujours été : un fil rouge tendu entre la liberté et le respect de l'être humain.

 

Citations:

Pour consoler tous ceux et celles qui comme moi se désespèrent de ne pas savoir bricoler:

Je ne sais vraiment rien faire de mes dix doigts . Et même avec quatre ou trois ou deux.
Cela dit, mon incompétence n'a jamais altéré ni mon enthousiasme ni ma détermination. Au contraire. Je raffole des outils de menuiserie. Plus ils sont chers et inutiles, plus ils me plaisent . Des plus sophistiqués, comme des meuleuses d'angle , perceuses, tournevis électriques ou scies à chantourner , aux plus simples comme les pinces , marteaux et burins de base. Je les respecte , je les révère , je les adore. Le seul problème, c'est que je ne sais pas m en servir . En théorie , oui. Mais en pratique. Qu'à cela ne tienne , je n'ai pas peur d'essayer.

 

La bêtise:



Je dois à Naas le plaisir douteux d'avoir rencontré une femme aussi stupide que charmante, épouse d'un troisième secrétaire à Berne , également aussi stupide que charmant . Un jour elle se lança à corps perdu dans une discussion très intense sur la résurgence de l'antisémitisme. Elle avança sa propre opinion très mûrie: "voyez-vous , j'ai beaucoup réfléchi à ce problème et je crois que l'antisémitisme tient beaucoup à la haine qu'ont les gens pour les juifs."

 

Une injure à laquelle je n'avais jamais pensé:

Un jour , elle avait remis à sa place un opposant politique particulièrement vaniteux en disant que quelqu'un comme lui aurait dû s'abstenir de s'impliquer dans la vie publique.
"Que voulez vous dire ?" S'enquit-il avec une grimace méprisante.
"Il est évident , rétorqua-t-elle (entra autres, elle était sage-femme) qu'a votre naissance , ils ont enterré l'enfant et élevé le placenta ."

 

L'exil:

Mazisi ne connaissait pas un traître mot de français mais crut reconnaître le mot zoulou "lapa", qui signifie aussi "là-bas".
Plus tard , il expliqua qu'il n'avait pas été surpris que le gendarme lui parle en Zoulou: de son point de vue , c'était tout naturel . Ce qui l'avait surpris , et qui lui avait fait plaisir , c'est que le Français ait immédiatement reconnu dans son interlocuteur un Zoulou. A compter de ce jour , Mazisi aima les Français.

 

L'apartheid

Ce n'étaient pas les meurtres,les atrocités,les mutilations et les tortures que l'on considérait , en fin de compte comme le pire mal perpétré par l'apartheid , mais ceci: la violence faite aux esprits,les émotions mises à nu, la souffrance abrutissante infligée aux individus et aux générations.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine
commenter cet article

commentaires

pyrausta 08/05/2013 11:15

Ce livre là me plait bien , tes extraits sont très tentants mais tu penses qu'il faut démarrer par autre chose..Lequel?

pyrausta 08/05/2013 13:14

Je note..merci

luocine 08/05/2013 12:35

pour moi "une saison blanche et sèche" ou "un instant dans le vent"

Yspaddaden 03/05/2013 09:54

J'ai lu "Une saison blanche et sèche" (le titre le plus difficile à articuler que je connaisse...) il y a longtemps et puis plus rien de cet auteur. Je compte sur "Etonnants Voyageurs" pour me donner envie de le lire à nouveau.

luocine 03/05/2013 13:44

et rage de rage, je ne serai pas à Saint Malo ce WE là
Damned!
Luocine

Dominique 02/05/2013 13:39

Je renchéris sur Eeguab et Keisha pour te conseiller Karel Schoeman, son meilleur roman est sûrement "cette vie" tu trouveras un billet chez moi
Brink c'est un très très bon souvenir de lecture, mon préféré étant " les imaginations du sable" comme pour toi c'est lui qui m'a ouvert à la littérature sud africaine
Par contre je n'ai pas été enthousiasmée par cette autobriographie je n'ai pas appris plus avec elle qu'avec ses romans

luocine 03/05/2013 13:43

c'est vrai mais elle fait quand même bien sur tous ses engagements et je vais me précipiter sur Karel Shoeman
Luocine

Aifelle 02/05/2013 10:17

J'ai lu plusieurs de ses romans à leur sortie il y a .... pffuit, ne comptons pas. Celui-ci m'intéresse beaucoup, je ne sais pas trop ce qu'il est devenu après l'apartheid.

luocine 03/05/2013 13:41

c 'est pourquoi je me suis lancée dans la lecture . J 'y retrouve le grand raconteur d'histoires mais je m'y suis aussi un peu ennuyée.
Luocine

jerome 02/05/2013 08:20

Jamais lu cet auteur. Une erreur, à l'évidence.

luocine 03/05/2013 13:40

pour moi oui, mais c'est certain qu'il ne faut pas commencer par ses mémoires . J avais le projet de relire un de ses romans pour me rendre compte s'il avait résisté au fait que l'apartheid a disparu de l'Afrique du Sud.
Je l'ai mis à mon programme
Luocine

keisha 01/05/2013 20:11

Je confirme que Schoeman est à lire absolument (niark niark)
Bon, Brink était déjà noté pour un roman, grâce à Flo je cris.
Et les étonnants voyageurs, dommage que ce soit un peu loin, il me faudrait partir au moins deux jours.

luocine 01/05/2013 20:23

ok pour le niark niark c'est de l"afrikaner?
luocine

Eeguab 01/05/2013 19:21

Un grand écrivain d'un grand pays de lettres.Outre Gordimer,Coetzee,je me permets de t'orienter vers Karel Schoeman,génial.

luocine 01/05/2013 19:36

merci à bientot

Eeguab 01/05/2013 19:35

J'ai lu les quatre traduits en France à ma connaissance.Tu peux les retrouver dans Lire Afrique du Sud,ils sont tous chroniqués.Peut-être une légère préférence pour En étrange pays.A bientôt

luocine 01/05/2013 19:25

je ne connais pas Karel Shoeman , as-tu un titre en particulier?
merci

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard