Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 10:47

 

 

Traduit de l'anglais par Claude et Jean DEMANUELLI

J'ai passé beaucoup de temps à lire ce roman , tout simplement parce que ce qu'il décrit est à peine supportable.
La guerre en Afghanistan vu du côté pakistanais est une horreur et quand un écrivain sait très bien écrire et captive son lecteur, cela devient tragique et trop lourd à supporter parfois.
Je n'ai pas renoncé ,d'abord parce que cet écrivain mérite d'être lu mais aussi parce que je me dis que, vivant dans un milieu tellement épargné ,je n'ai pas le droit de fermer les yeux sur les horreurs des guerres qui secouent la planète.
Nadeem Aslman met son talent d'écrivain au service de la connaissance des civilisations entre elles.
J ai lu  dans un des interviews de l'auteur que ce livre apparaît comme un roman d'amour pour les Indiens et les Pakistanais, et un roman sur l'horreur de la guerre pour les Anglais, les Américains et les Européens .
Pas de doute je fais partie des Européennes!
Et en plus , je me dis que, si les Pakistanais et les Indiens voient dans ce roman ,une belle histoire d'amour, ils ont une conception étonnante de ce sentiment.

Naheed et Mikal s'aiment mais ils sont davantage unis par la mort que par la vie.

Un des aspects les plus intéressants de ce roman , c'est de montrer à quel point les Pakistanais n'ont absolument aucune idée des valeurs de l'occident, et comment les Américains ne connaissent pas mieux les motivations des combattants Afghans ou Pakistanais .
Ce roman permet d'avancer dans la compréhension de ce qui s'est passé pendant cette guerre qui n'est pas encore terminée.

Aucun manichéisme dans les personnages , j'ai été bouleversée par le personnage de l'aveugle(Rohan) qui est un musulman sincère et sans être fanatique commet les pires horreurs au nom de sa foi. Il laisse mourir sa femme pour l'aider à retrouver la foi ! Il renvoie un enfant de son école dont la mère se prostitue pour payer les études de son fils....

Je résume rapidement l'histoire , deux jeunes Pakistanais partent aider les Afghans qui, après le 11 septembre 2001, voient les Américains envahir leur pays.
L'un d'entre eux Jeo meurt victime des seigneurs de guerre , l'autre Mikal sera pris et torturé par les Américains.
Ces deux jeunes élevés ensemble par le père de Jeo, Rohan, directeur d'une école «L'esprit Ardent» sont liés par un sentiment d'amitié très fort.
Hélas ! Ils aiment la même femme, Naheed qui n'est évidemment pas libre de choisir son destin.

Finalement seules les femmes et le vieux Rohan survivront au carnage annoncé dès les premières pages.

La fuite de Mikal, à travers l'Afghanistan et le Pakistan, permet de décrire les rouages de cette guerre religieuse où tous les coups sont permis, les êtres humains sont de simples pions dans les mains de bandits dont le seul intérêt est de satisfaire leurs plus bas instincts: appât du gain, viol des femmes , et surtout écraser tous les gens un peu différents .
La religion est un arme facile à brandir car personne n'ose s'y opposer et fabriquent des victimes consentantes .

La description des paysages rajoute beaucoup, je n'ose dire aux charmes du roman, mais au plaisir de lecture.
Ce n'est certainement pas ce livre qui fera aimer l'Islam , on le sait, tous les fanatismes religieux sont dangereux, mais aujourd’hui celui de l'Islam se gère les armes à la main et il faut remonter aux guerres de religions pour en retrouver l'équivalent en France . Il faut espérer que les musulmans sauront interdire que ces violences là soient perpétrées au nom de leur foi car seuls les musulmans ont le pouvoir de faire apprécier leur religion et de montrer au monde que les horreurs qu'on commet au nom de l'Islam n'ont aucun rapport avec leur foi.

 

Citations :

 

Une belle émotion au début du livre:

Au bout de quelques instants , il avait avoué que son angoisse était due à l'apparition du méchant dans l'histoire que son père lui racontait .

"Mais as-tu jamais entendu une histoire dans laquelle les méchants finissent par gagner?" lui avait demandé Rohan, en riant doucement pour le réconforter.

L'enfant avait réfléchi un moment avant de répondre.

"Non, mais avant de perdre, ils font mal aux gentils. C'est ça qui me fait peur."

 

L 'utilisation des enfants au combat :

"La moitié de gamins ne sont pas des soldats, dit Mikal à un chef taliban. Il serait bon qu'ils restent cachés.

  • Ce serait bon pour eux , peut-être, mais pas pour notre cause,répond l'autre. Tout le monde doit se battre . Cela aussi, ajoute-t-il d'un ton sans réplique , fait partie des plans d'Allah."

 

 

Le drame de Rohan :

"J'ai fait des erreurs quand mon fils était encore enfant , dit Rohan. Sa mère est morte apostat , et, en conséquence , je nous suis imposé , à moi-même et à mes enfants , une forme extrême de piété , les obligeant à prier et à jeûner , leur révélant des choses qu'ils étaient trop jeunes pour concevoir . L'impermanence de ce monde , les tourments de l'enfer et , avant cela, la tombe . J'ai fini par comprendre mon erreur , mais ils ont dû en rester marqués . Je me demande si c'est pour cette raison que mon fils est parti en Afghanistan."

 

la peur et la haine des Américains :

"Je ne tiens pas à être vu en train de soigner un Américain, comme ça en plein vent . On m'abattrait moi aussi. Je connais des gens qui refusent ne serait-ce que de regarder des photos d'Américains."

 

L incompréhension :

  • "On ne peut jamais deviner ce qu'ils veulent les Occidentaux. Pour le savoir , il faudrait manger ce qu'ils mangent, porter ce qu'ils portent, respirer l'air qu'ils respirent . Être né là où ils sont nés.

  • - Pas forcément . Tu as parlé des livres . On peut apprendre dans les livres.
    - Personne d'ici ne peut savoir ce que savent les Occidentaux, dit l'homme. On ne les connaîtra jamais . Le fossé est trop profond, trop définitif. C'est comme si on demandait ce que savent les morts ou ceux qui sont à naître."

 

On en parle ....

Au bonheur de lire que je ne connaissais pas

et voici l'opinion de KROL que je connais bien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Luocine
commenter cet article

commentaires

Sandrine 06/10/2013 16:46

J'ai entendu parler de ce livre toujours en bien, voire plus. Ce qui me retient, c'est que je ne connais rien à ces pays, rien à cette culture et pas grand-chose aux conflits qui opposent ces gens. Je ne suis rien de l'actualité et des livres qui sont à ce point en prise avec ce qui se passe dans le monde me font un peu peur car je passe à côté de choses essentielles...

luocine 07/10/2013 17:46

Sans être une spécialiste de l'actualité , on entend quand même beaucoup parlé de L'islam et des fanatiques islamistes
Mais je comprends très bien ta position , le monde est parfois trop dur à regarder!
à toi de voir, ce livre est vraiment poignant!
Luocine

jerome 06/10/2013 09:33

Dur, dur tout ça... Pas spécialement envie de ce genre de texte en ce moment.

luocine 07/10/2013 17:42

comme je te comprends, si mes sœurs ne m'avaient pas offert ce livre, je ne l'aurais pas lu. mais je suis fière de l"avoir lu d'avoir forcé ma nature.
luocine

jerome 06/10/2013 09:32

Dur, dur tout ça... P

Dominique 01/10/2013 15:18

juste une précision parce que je viens de chercher ce livre pour ne pas l'oublier l'auteur c'est Nadeem sans s sinon le nom ne sort pas en recherche selon les sites utilisés

luocine 01/10/2013 19:18

merci vigilante Dominique je vais rectifier au plus vite
luocine

Nadejda 01/10/2013 12:26

J'ai retenu de ce livre à travers l'horreur de la guerre la beauté poétique, et je ne suis pas d'accord l'auteur ne prend pas parti, il montre tous les aspects de ce conflit affreux où les occidentaux ne sont pas plus "beaux" que les islamistes. Il montre aussi que des êtres tentent de préserver leur amour et la vie, l'éducation malgré la violence. Et je dois être indienne ou pakistanaise car j'ai trouvé que c'était un roman d'amour malgré l'horreur

luocine 01/10/2013 19:16

J'aurais peut-être dû insister davantage sur les tortures des Américains à la recherche d'une vaine vérité à propos des terroristes , mais il me semble que le sujet du livre décrit davantage l'embrigadement de la jeunesse pakistanaise sous la férule de musulmans fanatiques qui utilisent leur foi à des fins personnelles.
Pour moi l'histoire d'amour est trop gâchée par le nombre de morts et la violence de la guerre et aussi par l'impossibilité faite aux femmes de choisir leur destin.
je suis contente que tu n'aies pas trouvé mon commentaire trop orienté car j'ai beaucoup aimé ce livre , il porte en lui un regard d'une rare intensité et je le pense une réelle objectivité.
Luocine

Nadejda 01/10/2013 12:36

Je rajoute un complément car j'ai été trop catégorique dans mon commentaire alors que ton billet est tout à fait nuancé. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre et les autres de cet auteur.

Dominique 01/10/2013 11:34

j'ai lu il y a peu Un verger au pakistan mais qui était nettement moins noir, néanmoins le sujet m'intéresse et je vais garder ta référence même si ce n'est pas pour tout de suite
De toutes façons l'actualité se chargera bien de me remettre le thème en tête hélas

luocine 01/10/2013 11:48

ah ! je me disais bien que j'avais lu sur ton blog une histoire de jardin et du Pakistan, j'ai cherché (cela m'a permis de feuilleter ton blog attentivement et d'y être bien pendant quelques heures mais je ne trouvai spas ce roman, et pour cause!).
Oui tu liras celui-là , c'est triste mais il faut le lire , c'est très bien écrit
Luocine

Aifelle 01/10/2013 06:32

Ce n'est pas ce que j'ai envie de lire en ce moment, je le note quand même pour plus tard, le thème est intéressant (la violence me fait un peu hésiter aussi)

luocine 01/10/2013 11:45

la violence n'est pas gratuite et si tu n'as pas envie de savoir jusqu'où le fanatisme religieux peut conduire les hommes vis à vis des femmes , je te comprends , mais comme moi tu sais que c'est vrai! hélas!
Luocine

denis 30/09/2013 22:08

superbe article et heureux aussi de découvrir ton blog
j'ai mis aussi un lien de mon article vers le tien

denis 01/10/2013 12:45

c'est très simple, tu proposes ton livre en voyageur et quelqu'un d'intéressé t'envoie son adresse en privé et tu lui adresses le livre qui peut ensuite partir chez quelqu'un d'autre...
j'en ai un qui s'est perdu ainsi, c'est le risque si tu tiens absolument à ton livre

luocine 01/10/2013 12:01

voilà une fonction que je ne connais pas bien si tu as du temps explique moi ce qu'est "un livre voyageur"
merci
luocine

denis 01/10/2013 11:46

j'en ai fait un livre voyageur et il part chez Valérie des bafouilles de Figaro, un moyen pour moi de le défendre comme tu dis et je lirai ses autres œuvres car j'adore son écriture

luocine 01/10/2013 11:43

merci pour le lien , et ce livre est à défendre malgrè l'horreur qu'il décrit trop bien*
Luocine

Loo 30/09/2013 20:27

C'est dur de voir que la guerre est devenue un quotidien pour eux. Je ne pense pas prendre le temps de lire mais il doit bien le mériter. Ceci dit je me passe volontiers des scènes de violence.

luocine 01/10/2013 11:42

c'est de la guerre dont on aimerait se passer , mais elle existe et ici elle est bien rendue , comme déclencheur fanatisme religieux
c'est abominable mais vrai
Luocine

krol 30/09/2013 16:48

Je suis en train de le lire. J'ai déjà noté le premier extrait que tu donnes...

luocine 30/09/2013 18:42

j ai hâte de lire ton commentaire!
Luocine

clara 30/09/2013 16:28

je l'ai abandonné à cause des trop nombreuses références religieuses..

luocine 30/09/2013 18:42

moi, c'est la violence qui m'aurait fait arrêter , mais les références religieuses ne m'ont pas gênée, c'est même pour moi l'intérêt du livre.
Luocine

Le blog de Luocine

voldesfous.jpg

Ce blog a déménagé, et ne sera plus mis à jour !

Mettez à jour vos favoris, et rendez-vous sur : www.luocine.fr

Recherche

masse critique

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

mes coquillages

Mes critiques et mes coquillages sont désormais disponibles sur www.luocine.fr

cinéma

médiathèque Dinard